12 accords entre usiniers et gouvernement signés pour renforcer la transformation de l’hévéa en Côte-d’Ivoire

En Côte d’Ivoire, le gouvernement vient de faire un nouveau pas pour développer la filière hévéa. Il a en effet signé hier 12 conventions d’investissement avec les usiniers pour que ceux-ci absorbent le reste de la récolte d’hévéa non traitée d’ici 2023.

En Côte d’Ivoire, l’exécutif a paraphé hier, 12 conventions spécifiques d’investissement avec des opérateurs du segment de la transformation de l’hévéa. C’est ce qu’indique un communiqué du Centre d’information et de communication gouvernementale (CIGC).

Cette démarche a pour objectif de permettre à l’industrie de renforcer sa capacité d’usinage pour absorber toute la production de fonds de tasse (caoutchouc humide non transformé) d’ici 2023. Dans ce cadre, les usiniers s’engagent à augmenter d’au moins 400 000 tonnes, leur volume global de caoutchouc naturel transformé sur la période 2020-2023.

Par ailleurs, ceux-ci devront également mettre en œuvre des projets d’investissement d’environ 56,5 milliards Fcfa, utiliser en moyenne 80 % de leur capacité installée de transformation et créer près de 1 800 emplois sur ladite période.

De son côté, le gouvernement devrait mettre en œuvre plusieurs mesures fiscales et douanières d’accompagnement comme l’octroi entre 25 et 75 % de crédits d’impôt en fonction de la zone d’installation, de la capacité nominale et du montant des investissements des opérateurs.

Pour rappel, la Côte d’Ivoire a produit 780 000 tonnes de caoutchouc en 2019. La filière anticipait avant la crise du coronavirus, un volume de 850 000 tonnes en 2020. Le pays transforme actuellement 55 % de sa récolte de latex.

Espoir Olodo
Ecofin

Le Conseil Hévéa – Palmier à huile et le CEPICI coordonnent la mise en œuvre de la convention entre l’Etat et les industriels du caoutchouc

Abidjan, 17 juin 2020 (AIP) – La coordination et le suivi de la mise en œuvre de la convention signée mardi à la Primature entre l’Etat ivoirien et 12 entreprises de transformation de de caoutchouc naturel seront assurés par le Conseil Hévéa – Palmier à huile, en lien avec le Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI).

« Dans le cadre de la réforme des filières hévéa et palmier à huile adoptée en août 2017, le Gouvernement a décidé de redynamiser la filière hévéa afin de faire face aux nouveaux défis et contraintes majeures auxquels cette filière est confrontée, du fait de la chute des cours mondiaux et de l’insuffisance des capacités de transformation locale de la production nationale, aussi bien pour la première que pour la deuxième transformation », rappelle le Conseil Hévéa – Palmier à huile, dans une note d’information transmise à l’AIP.

L’objectif fixé est d’améliorer les revenus des producteurs d’une part, et d’autre part, de faciliter l’accroissement de la production usinée d’au moins 400 000 tonnes supplémentaires (correspondant à une augmentation de plus de 50% des capacités d’usinage installées), pour permettre de transformer la totalité de la production de caoutchouc naturel à l’horizon 2021 et de parvenir à la deuxième transformation, afin de générer davantage de valeur ajoutée.

A cette effet, le Gouvernement en Conseil des Ministres, a donné son agrément pour l’appui à l’accroissement par les opérateurs eux-mêmes, de la capacité nationale d’usinage, afin d’absorber toute la production locale. Cet appui se fera à travers des conventions spécifiques d’investissement avec l’Etat, prenant en compte l’octroi de crédits d’impôts.

Afin de renforcer la compétitivité des unités de transformation du caoutchouc naturel et favoriser l’accroissement de la capacité nationale d’usinage, le Gouvernement a initié des rencontres avec l’Association des professionnels du caoutchouc naturel de Côte d’Ivoire (APROMAC) et l’Association des usiniers producteurs de caoutchouc naturel (AUPCN), en vue de définir des mesures d’accompagnement spécifiques.

A ce titre, les entreprises industrielles qui s’engagent à la présente convention peuvent bénéficier des avantages additionnels tels que des mesures fiscales et douanières incitatives spécifiques pour les investissements réalisés dans le secteur de la transformation de l’hévéa au titre de la création et du développement d’activités.

(AIP)

cmas

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.