Covid-19 et isolement d’Abidjan en Côte-d’Ivoire: Le grand bluff, ce qui se passe aux check-points

Par Connectionivoirienne

Dans son plan de riposte anti covid le gouvernement ivoirien a décidé d’isoler le grand Abidjan du reste du pays. Ceci visait à freiner la propagation de la maladie vers les contrées du pays. Mais cette mesure est mise à rude épreuve. Le gouvernement lui-même a exclu de cette mesure certaines catégories d’opérateurs économiques, notamment les transporteurs de marchandises.

Cette dérogation est la porte ouverte à tous les dérapages, du pain béni pour que la corruption s’invite dans la l’application de la directive et que cette corruption compromette tout espoir de vraiment protéger l’arrière-pays du mal de ces derniers temps.
Ce qui se passe sur nos routes qui desservent l’intérieur du pays à partir d’Abidjan est à l’image du pays où l’on ruse toujours avec les restrictions imposées depuis le début de l’épidémie de coronavirus. Des convois de marchandises passent, c’est ce qui est autorisé. Mais en plus, des convois entiers de voyageurs chaque matin partent d’Abidjan et arrivent à franchir les check-points de contrôle sous les yeux de nos policiers, gendarmes et agents de santé commis au contrôle. Des malins prennent même les chemins tortueux de la brousse pour contourner les poste de contrôle pendant que les véhicules qui les transportent passent, vides. Tout ceci avec la complicité des hommes en tenue qui dans bien des cas sont impuissants ou pris de compassion devant certains cas qui relèvent du social. Ceux qui voyagent dans ces conditions en payant le plus souvent le quintuple du tarif habituel n’ont pas le choix. On a urgemment besoin d’eux de l’autre côté du rideau parce qu’ils doivent débourser des moyens pour enterrer des parents, assister tel ou tel frère en détresse ou encore des affaires familiales à régler qui nécessitent leur présence absolue quand ce ne sont pas des obligations professionnelles qui les font se déplacer.

Au corridor, devant les agents, on a toujours une situation contraignante à expliquer. Et on finit toujours par passer non sans ‘’renter dans le contexte’’. Ici, les conducteurs des véhicules comprennent mieux le langage et règlent parfois tout à la place des passagers dans le tarif qu’ils ont déboursés au départ du voyage.

Dans ce business juteux, des agents des forces de sécurité sont devenus des transporteurs occasionnels. C’est sûr qu’avec eux, le passager ne subira point de contrôle et le voyage est tranquille jusque dans les villes voisines de Sikensi, N’douci Tiassalé ou Divo.

‘’A quoi sert l’isolement proclamé d’Abidjan puisque, ici personne n’est refoulé et tout voyageur réussit toujours à transpercer la muraille anti-covid ?’’, se demande un voyageur déçu devant ce laxisme mêlé de corruption.

Abidjan isolé certes, mais on peut toujours voyager. Il faut simplement en avoir les moyens. Débourser entre 10 et 15 mille FCFA pour se rendre à Gagnoa, Divo ou Yamoussoukro. Les chiffres de la propagation de la maladie peuvent battre des records pendant ce temps, comme celui de 430 cas, relevé le vendredi 19 juin 2020. On s’en fout !

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Covid-19 et isolement d’Abidjan en Côte-d’Ivoire: Le grand bluff, ce qui se passe aux check-points

  1. ISOLEMENT…

    La bonne affaire…Abidjan isolée…uniquement pour certains…

    Les lambdas…source d’opportunités financières…les opposants…source de contradictions politiques…

    L’intérêt…la décision unilatérale…légale…

    Heureusement que le…covid-19 est là…pour ne pas être taxé…d’anti-démocratique…

Laisser un commentaire