Covid: À 3.200 dollars, remdesivir, concurrent de la chloroquine, est un traitement pour « riches »

Le traitement par remdesivir coûte actuellement 3 200 dollars, à raison de 520 dollars la dose unique. Le traitement dure au minimum cinq jours dans la première phase.

La société américaine Gilead, a déclaré qu’elle facturerait désormais aux gouvernements 2 340 $ pour un traitement de remdesivir de 5 jours, un médicament dont il a été prouvé qu’il raccourcit le temps de récupération des patients de Covid-19, rapportent Financial Times et Bloomberg.

Comparée à la chloroquine [fortement combattue par les lobbying de Gilead, composés de médias et de médecins], le remdesivir semble hors de portée pour la grande majorité.

Le groupe américain de biotechnologie a déclaré que les programmes gouvernementaux de soins de santé dans les pays développés seraient facturés au montant forfaitaire de 390 $ par flacon pour le médicament. Un traitement de cinq jours utilise six flacons.

Le remdesivir, un médicament autrefois considéré comme un traitement potentiel contre le virus Ebola, est le seul médicament de marque à avoir été approuvé en cas d’urgence par les autorités de réglementation américaines pour traiter la Covid-19.

En Inde, des laboratoires estiment pouvoir produire sous peu de remdesivir à 1 dollar l‘unité sous licence générique, avec ou sans l’accord de Gilead.

Avec FinancialAfrik

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Covid: À 3.200 dollars, remdesivir, concurrent de la chloroquine, est un traitement pour « riches »

  1. > En Inde, des laboratoires estiment pouvoir produire sous peu de remdesivir à 1 dollar l‘unité sous licence générique, avec ou sans l’accord de Gilead.

    Un cas de conscience sérieux est ici posé : nous faisons face à une pandémie (mondiale, donc) qui cause des milliers de morts quotidiens. Est-il éthiquement acceptable qu’un laboratoire en profite pour s’en mettre plein les fouilles ? En même temps, la solution indienne décourage ouvertement la recherche scientifique et les investissements colossaux qu’on y engloutit. C’est le modèle libéral triomphant de nos sociétés qui montre ici toutes ses limites. En tout cas, la question est « violente » !

Laisser un commentaire