Héritage Zouglou Côte-d’Ivoire: Bon retour au mythique duo Yodé et Siro !

Par Connectionivoirienne

Bravo à vous d’avoir osé. Vous nous réconciliez une fois de plus avec le zouglou. Cette musique de lutte typiquement ivoirienne qui a un rôle de veilleur et d’éveilleur.

Avec  »héritage », certains peuvent se sentir concernés voire indexés.

Mais, s’il y a eu hier, il doit avoir aujourd’hui. Yodé et Siro ont été là sous Bédié et sous Gbagbo pour interpeller. Aujourd’hui, ils ne font pas autre chose. Ils ont plutôt gardé le cap sans se renier.

Oui, ils disent crûment ce qu’ils ressentent à l’égard de notre société actuelle comme ils l’ont fait hier. C’est à leur honneur et à l’honneur du zouglou.

C’est pour ça qu’ils iront plus loin à la différence de ceux qui ont choisi l’indignation sélective et qui perdent leur voix et leur langue devant les dérives du moment. A chacun son  »héritage »

Zouglouuuuuuu !!!

SD

Yodé et Siro ont fait leur part

Quand les gens de la diaspora souffrent de voir les Ivoiriens devenir progressivement étrangers
dans leur propre pays et qu’ils invitent l’opposition à défendre le peuple qu’elle compte gouverner
demain au lieu de subir les caprices et décisions de Ouattara, il se trouve malheureusement des
compatriotes pour répondre qu’il est facile de critiquer quand on est à l’étranger et que Ouattara
est si puissant qu’aucun Ivoirien vivant dans le pays ne peut condamner les travers de son régime.
Yodé et Siro, dont l’excellent morceau « On dit quoi ? » vient de sortir, sont-ils hors du pays ? Ont-
ils attendu que Laurent Gbagbo et Blé Goudé soient de retour en Côte d’Ivoire pour dire ce qu’ils
pensent de ce régime tribaliste, criminel et voleur ? Ils savent, ces talentueux et courageux
zougloumen, que se faire l’écho de la souffrance et de la détresse des Ivoiriens les expose à la
persécution, à la prison, voire à la mort, mais ils savent aussi qu’un homme et un peuple dignes
ne peuvent indéfiniment se taire devant l’injustice, l’humiliation et la dictature.

Il est temps de suivre l’exemple de Yodé et Siro que tout patriote ivoirien devrait féliciter et
protéger. Il faudra les soutenir lorsque le prince, se sentant offensé, voudra leur faire la peau. Il
faudra se solidariser avec eux parce qu’ils sont “la voix des hommes sans voix, parce qu’ils sont
capables, partageant la douleur de ceux qui souffrent, de se dresser et de crier au milieu du
peuple, à la face des Grands, quels qu’ils soient et quels que soient le régime et la constitution,
parce qu’ils son ten mesure de se dresser entre un pouvoir aveugle et un besoin muet » (L’abbé
Pierre).

Ce n’est plus le moment de trouver des arguments bidon ou des prétextes de toutes sortes pour ne
pas agir.

L’inscription de certains ressortissants de la CEDEAO sur les listes électorales par le RDR, la
distribution des cartes nationales d’identité à ces étrangers, les illégales nominations faites
récemment au Conseil constitutionnel, le refus de revenir sur la composition de la Commmission
électorale, tout cela annonce la tricherie du RDR, le 31 octobre 2020.

C’est maintenant que l’opposition, la société civile, les chefs religieux traditionnels doivent parler
et agir. Sinon leur silence et leur passivité seront interprétés comme une complicité avec un
régime qui veut continuer à utiliser le faux et la violence pour se maintenir au pouvoir.

Yodé et Siro, qui avaient dénoncé hier les dérives et abus de Konan Bédié et de Laurent Gbagbo,
viennent de faire leur part en mettant à nu l’incompétence et l’échec du régime Ouattara. Toi qui
vis au pays, vas-tu attendre le retour des Ivoiriens de l’extérieur avant de jouer ta partition ?

Jean-Claude Djereke

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.