Côte-d’Ivoire: Des pistes de réflexion s’ouvrent après la plainte pour diffamation d’Hamed Bakayoko

« Comment votre conso de coke fout la merde en Afrique de l’Ouest », tel est le titre d’une série de cinq articles publiés dans le cadre d’une enquête début juin 2020 dans le journal ‘’Vice Media’’.

Ladite enquête, réalisée par les journalistes d’investigation Nicholas Ibekwe et Daan Bauwens, avait pointé du doigt le ministre d’Etat, ministre de la Défense Hamed Bakayoko. Cependant, un mois environ le déclenchement de cette affaire, des informations reçues par APR News permettent d’ouvrir la réflexion à équidistance des deux parties.

Docteur Daan and Mister Bauwens

L’histoire est célèbre : le docteur Jekyll, un philanthrope obsédé par sa double personnalité, met au point une drogue pour séparer son bon côté de son mauvais. C’est ce dernier qui, nuit après nuit, prendra finalement le dessus et le transformera en monstrueux Mister Hyde.

Cette nouvelle, écrite par Robert Louis Stevenson et publiée en 1886, est devenue une référence dans la culture mondiale comme allégorie de la double personnalité, tiraillée entre le bien et le mal, de chaque être humain.

Que dire de DAAN BAUWENS ? Ce jeune journaliste (il a 36 ans) qui a été récemment projeté sous les feux des projecteurs en Côte d’Ivoire grâce à une enquête minutieuse menée sur le narcotrafic en Afrique de l’ouest, et sur les complicités qu’il écrit avoir savamment établies entre certaines autorités de premier plan en Côte d’Ivoire et les parrains de la pègre.

Daan Bauwens est né en 1983 en Belgique, il est polyglotte, brillant journaliste, ayant travaillé en Israel, en Turquie, en Belgique, au Maroc ou encore au Japon ; avant d’obtenir un prestigieux prix : le prix « Fullbright » pour le journalisme narratif.

Daan a vécu jusque très tard avec sa maman, Pat Mechele, elle-même professeur à l’académie des Arts de la ville de Gent (Gand) et professeur au Conservatoire Royal de Waregem.

Il est intime avec Julie Cafmeyer, une actrice de théâtre et « columniste » pour le journal “De Morgen” qui écrit également des pièces de théâtre.

Voilà en quelques lignes le portrait officiel de Daan Bauwens tel que le décriront ses partisans et ses avocats lors du procès potentiellement hyper-médiatisé qui l’opposera bientôt au Ministre d’Etat Hamed Bakayoko, suite à la plainte en diffamation portée par ce dernier contre le jeune prodige du journalisme belge.

Il est a redouter dans le même temps que les juges et les journalistes d’investigations s’intéressent d’un peu plus près à d’autres volets de la personnalité et de la vie de Daan Bauwens.

En effet, comme rapporté par notre confrère « 7INFO », dans un premier temps, on ne peut passer sous silence cette étrange coincidence, Daan Bauwens s’est récemment acheté une maison à Bissegem, Meensesteenweg (Belgique). Bissegem est une section de la ville belge de Courtrai située en Région flamande dans la province de Flandre-Occidentale. Nul doute que les avocats du plaignant s’intéresseront à l’origine des fonds qui ont servi à payer cette maison ; et à la forme du paiement d’autant que son acquisition coincide étrangement avec le changement de version de l’article à polémique et l’insertion du nom du Ministre de la Défense.

Daan Bauwens y a aménagé le 27 Mai 2020 il y a donc tout juste quelques semaines.

Autre détail troublant susceptible de ternir quelque peu l’image de jeune premier de Daan Bauwens ; l’article incriminé par le Ministre de la Défense fait référence à une de ses sources principales comme étant un « escort boy » abidjanais (NDLR : en clair un prostitué). Comment Daan Bauwens a-t-il réussi à infiltrer et gagner la confiance d’un prostitué en juste quelques jours de séjours à Abidjan ? Quelques recherches sur internet tendent à indiquer que Daan Bauwens est membre actif chez “UTSOPI” à Antwerpen (Anvers) et Gent (Gand). UTOPSI, c’est l’Union des Travailleu(r)euses du Sexe Organisées Pour l’Indépendance. Il dispose même d’une adresse email #####@utopsi.be

Sur son site internet UTSOPI se présente comme une jeune association, qui existe depuis le 15 Décembre 2015 : « Nous sommes un collectif de travailleuses et travailleurs du sexe en Belgique, auto-organisé, pour plus d’empowerment et d’autonomie. UTSOPI, c’est l’Union des Travailleu(r)ses du Sexe Organisé .e.s Pour l’Indépendance. Pour l’indépendance de nos vies, de nos corps, de nos choix. »

Daan Bauwens est un mystère. André Malraux ne croyait pas si bien dire en écrivant : « Pour l’essentiel, l’Homme est ce qu’il cache : un misérable tas de secrets »

Nul doute que la fumée s’estompera progressivement et que les ivoiriens seront fixés à moyen ou à long terme sur le bien-fondé ou non des allégations de Daan Bauwens.

Source APR News
FDD/ La rédaction

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

2 commentaires sur “Côte-d’Ivoire: Des pistes de réflexion s’ouvrent après la plainte pour diffamation d’Hamed Bakayoko

  1. APR News, des avocats d’enquête pour Hamed ou un journal d’information. Deux parties en conflit, j’espère nous aurons la repique concernant l’autre partie.
    Que Dieu nous donne longue vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.