Côte-d’Ivoire: Ce qui s’est passé à l’Ag de Yopougon qui parraine Drogba

Après Yamoussoukro le 13 juin 2020 où des présidents de Commissions régionales des arbitres (CRA) ont accordé leur parrainage à Sory Diabaté, des arbitres de la même amicale se sont désolidarisés pour choisir Didier Drogba. Les faits se sont déroulés le lundi 20 juillet au foyer de la Bae à Yopougon. 225 membres de l’Amicale des arbitres de football de Côte d’Ivoire (Amafci) ont pris part à cette assemblée générale ayant trois points à son ordre du jour : informations – mise en place d’un comité ad-hoc – choix du candidat à parrainer pour l’élection du président de la Fif.

Les choses sont allées très vite sous la conduite de Danon Roland, président de la Cra d’Abidjan et Gnahoré Loba, président de la Cra d’Issia par ailleurs président de la conférence des présidents des Cra.

Au chapitre des informations, ceux-ci ont informé leur auditoire de ce que l’Ag du 13 juin à Yamoussoukro n’a pas respecté les textes de l’Amicale et qu’en conséquence, les arbitres se devaient de réagir contre ce qu’ils ont qualifié de mascarade orchestrée par l’un des leurs. Coulibaly Souleymane, c’est de lui qu’il s’agit, n’était plus habilité, selon leurs dires, à diriger leur faîtière car son mandat avait expiré depuis 2019 après un intérim de deux ans. Coulibaly Souleymane, ont-ils informé, refusait via ses proches collaborateurs, son secrétaire en l’occurrence d’organiser une nouvelle Ag en vue de renouveler les instances. Ce, en dépit de plusieurs démarches notifiées par des courriers auxquels M. Coulibaly n’aurait jamais daigné répondre.
[06:16, 21-07-2020] Sylvain Debailly: A ce propos, Gnahoré Loba explique :  »Charaf Aboubacar a été élu le 10 octobre 2015 pour un mandat de quatre ans. Son mandat prenait fin le 10 octobre 2019. Le 12 mai 2018, l’AG de Treichville a même décidé que le mandat de celui qui sera élu devrait être un intérim pour juste achever le mandat en cours. Depuis le 11 octobre 2019, le mandat de Coulibaly Souleymane a expiré. Moi le président de la conférence des présidents, je lui ai écrit le 4 mai 2020 pour lui rappeler que son mandat a expiré et que par conséquent il devait organiser une AG élective. Il a fait la sourde oreille en rétorquant que son mandat finit en 2022. C’est faux ! Donc au moment où il présidait la réunion des Cra à Yamoussoukro, son mandat avait expiré ». Suite à ce refus de leur président intérimaire, M. Gnahoré fait savoir qu’une pétition a été lancée au sein des membres de l’association afin de dégager une majorité des deux tiers pour l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire. Cette pétition, ajoute-t-il, a été bien accueillie et signée par lesdits membres. Il n’y avait plus qu’à convoquer cette AG qui a fait salle comble.

Pourquoi 25 personnes à l’AG qui a parrainé Sory Diabaté ?

A cette question les organisateurs répondent que, Coulibaly Souleymane a commis un vice de procédure. En principe, avons-nous appris, les textes, (on parle de l’article 19) ne prévoient pas le parrainage par un collège électoral. Mais que cette pratique s’est instaurée par habitude et par contrainte financière car déplacer tous les membres statutaires s’avérerait coûteux. Dans le cas d’espèce, poursuit monsieur Loba, il aurait été acceptable que celui qui convoque la réunion en informe des jours auparavant les différents présidents régionaux. Et que ceux-ci à leur tour, consultent leur base à l’effet de recueillir leurs avis avant de se rendre à l’AG. Au lieu de cela, M. Coulibaly aurait convoqué des présidents triés sur le volet sous prétexte que les autres ne seraient pas à jour de leur cotisation qui s’élève à la modique somme de 5000 FCFA. Et parmi les non invités, figurent Danon Roland, Gnahoré Loba et des figures emblématiques de l’arbitrage en Côte d’Ivoire dont le doyen Dérou Michel. Les invités auraient eu comme frais de transport 25 mille FCFA ainsi que la prise en charge du séjour d’environ 50 mille FCFA.

C’est l’ensemble de ces manquements qui révolte le groupe qui s’est réuni lundi à Yopougon.

Un comité de pilotage dit comité ad-hoc a été mis en place par les participants. Il est composé de sept personnes. Entre autres, Danon Roland, Loba Gnahoré, Béhi Joachim de la Cra de Bayota, Dosso Séaba d’Agboville, Djetouan Ehui de Bonoua. Ils ont eu un délai de six mois pour ramener le calme et la cohésion dans la maison avant d’organiser une nouvelle assemblée générale élective.

C’est ce comité de pilotage qui, pour conclure les assises a organisé le vote pour désigner le candidat à parrainer. Contre le vote par acclamations de Yamoussoukro qui a plébiscité Sory, les dissidents ont répliqué par un vote à bulletin secret et avec urne. Un vote démocratique mais pas tout à fait transparent (aucun votant n’a signé sur le listing), à l’issue duquel Didier Drogba a obtenu le score soviétique de 218 voix pour et deux, contre.

Les organisateurs devraient incessamment rencontrer leur candidat ainsi choisi pour lui présenter les résultats obtenus. L’ancien capitaine des éléphants jusque-là malmené devrait s’en servir pour déposer son dossier de candidature. C’est un autre challenge qui commence car du côté de la maison de verre de Treichville on fait valoir que c’est une seule organisation des arbitres qui est reconnue, celle qui a choisi Sory Diabaté.

Nous allons inéluctablement vers un imbroglio électoral car aussi bien que l’Ag extraordinaire de Yopougon est critiquable, celle de Yamoussoukro n’est pas moins irréprochable. Elle est attaquable à tout point de vue. La balle est dans le camp de DD11.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.