Côte-d’Ivoire: « Laurent Gbagbo étonné de voir une condamnation sur son casier judiciaire »

L’affaire de demande de passeport de Laurent Gbagbo ne cesse de prendre d’autres proportions au fur et à mesure que les jours passent. Après le refus de renouvellement des documents arrivés à expiration, la surprise de constater l’absence de son nom sur la liste électorale, l’ancien chef de l’État s’étonne encore que mention soit faite d’une condamnation sur son casier judiciaire.

La condamnation par contumace prononcée le 29 octobre 2019 serait en relation avec l’affaire dite « des braquages » de l’agence Bceao en Côte-d’Ivoire durant la crise électorale de 2010-2011. Laurent Gbagbo a en effet fait l’objet d’une condamnation de 20 ans de prison ferme dans cette affaire. Ses principaux co-accusés étaient l’ancien gouvernement central de la Bceao, Louis André Dakouri-Tabley et son ancien ministre du Budget Koné Katinan, toujours en exil dans un pays de la sous-région.

Par Sylvie Kouamé

Communiqué de presse de maître Habiba Touré

« Paris, le 3 aout 2020 – Alors que le Président Laurent Gbagbo a introduit
une demande de passeport, le Porte-Parole du Gouvernent, Monsieur Sidi
Tiemoko Touré, au sortir du Conseil des Ministres, a dévoilé qu’il nous
serait également remis un casier judiciaire et un certificat de nationalité.
Cela nous avait surpris.


Mais le 31 juillet 2020, nous avons eu le fin mot de l’histoire. En effet, il a
été remis un casier judiciaire à Michel Gbagbo qui, à notre fort étonnement,
présente une condamnation qui serait intervenue le 29 octobre 2019 à
l’encontre du Président Gbagbo, et pour laquelle il n’a pourtant reçu ni
convocation, ni décision judiciaire.

A l’examen de ce casier judiciaire, il apparaît que ce document a été établi,
au lendemain du Conseil des Ministres, c’est à dire le 30 juillet 2020, soit 2
jours après la demande de passeport ordinaire introduite par le Président
Gbagbo, et cela dans la précipitation tant il est truffé d’erreurs.

Jamais le Président Gbagbo n’a pensé qu’une simple demande de passeport,
document auquel tout citoyen ivoirien a droit, aurait entraîné autant de
réactions incompréhensibles et infondées, de la part des autorités
ivoiriennes, et ce par l’intermédiaire de la CEI et des autorités judiciaires.

Cependant, quels que soient les désagréments qu’on lui cause, le Président
Gbagbo entend rentrer chez lui, et se veut rassurant.

Le Président Gbagbo tient à rappeler aux autorités ivoiriennes que son
retour en Côte d’Ivoire, et l’exercice démocratique de son droit de vote
s’inscrivent dans un esprit de réconciliation qui ne devrait pas les inquiéter.

Habiba TOURE
Avocat Personnel du Président Laurent GBAGBO »

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Côte-d’Ivoire: « Laurent Gbagbo étonné de voir une condamnation sur son casier judiciaire »

  1. Quand l’on est mû par de mauvais instincts, on accumule forcément les bourdes. Au RDR (dit aussi le Restaurant ou le RHDP), le ridicule le dispute désormais à la méchanceté. Vous transférez quelqu’un à la CPI. Vous connaissez donc sa nouvelle adresse. La CPI, à laquelle vous avez envoyé vos avocats, experts, témoins et autres groupes de pression, le disculpe des charges alléguées contre lui. Vous en prenez acte, en Conseil des Ministres. La personne est placée sous contrôle judiciaire restreignant ses déplacements. C’est à ce moment précis que vous surgissez du bois avec une affaire de braquage pour un procès.

    Comment juger une personne sous contrôle judiciaire en Belgique sachant pertinament qu’elle ne possède pas le don d’ibiquité ? Si encore vous lui aviez transmis une convocation à se présenter devant les services du sombre Adou Richard. Non, rien de la sorte, alors que son adresse est connue, et que les services de la CPI (aux mains de qui vous l’avez remis) peuvent lui transmettre votre convocation. LG a raison de s’étonner de la mention d’une condamnation sur son casier judiciaire : c’est une plaisanterie d’un goût plus que douteux. En l’espèce (les plaisanteries), les plus courtes sont les meilleures et celle-ci n’a que trop duré !
    ___________________________________________
    La méchanceté ne saurait être un programme de gouvernement. Adieu RHDP !

Comments are closed.