Côte-d’Ivoire: Le commissaire de police de Bonoua reçoit la visite de la hiérarchie sur son lit d’hôpital

Message DGPN
« Le Directeur Général de la Police Nationale, accompagné de ses Directeurs Généraux Adjoints, ont rendu ce Vendredi 14 Août 2020 une visite de compassion au Commissaire, chef de service du Commissariat de Police de Bonoua. SERVIR, NOTRE VOCATION. MERCI DE
NOUS FAIRE CONFIANCE. »

Violemment pris à partie hier après la mort d’un jeune manifestant, tué selon des témoins par un policier, le commissaire Coulibaly Karna n’a eu son salut qu’en trouvant refuge chez le roi de Bonoua, espace sacré en pays Abouré que nul ne peut pénétrer sans autorisation. Les locaux du commissariat ont par la suite été saccagés par une foule en furie et incendiés.

Les négociations engagées par le roi, la notabilité et le maire PDCI de la ville Jean-Paul Améthier, avec les manifestants furieux ont duré jusque tard dans la nuit. Ce n’est que suite au repli de ces derniers que le commissaire a pu être transporté à l’hôpital.

Le DG de la police nationale a promis tout faire pour que la lumière soit faite sur les circonstances de la mort du jeune manifestant.


blank

blank

blank

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Côte-d’Ivoire: Le commissaire de police de Bonoua reçoit la visite de la hiérarchie sur son lit d’hôpital

  1. – Yako à ce pauvre commissaire de police ;
    – Bravo à ce jeune homme qui au péril de sa vie, a protégé l’officier et empêché son lynchage par la foule déchaînée ;
    – Merci à la royauté de Bonoua qui a hébergé, protégé et exfiltré le réfugié ;
    – Honte aux policiers qui ont pris la poudre d’escampette, laissant leur commandant en chef aux prises avec les manifestants. La hiérarchie saura les « grader » comme il se doit.

    Bon. Tout ceci ne nous explique pas QUI a tiré une balle en pleine tête d’un manifestant aux mains nues. Je vois les élans de compassion en direction du commissaire commotionné, mais rien en faveur de ce jeune homme dont la vie a pris brusquement fin : ni compassion, ni promesse d’enquête (on fait des enquêtes balistiques chez nous, au fait ?), ou de punition pour un fait aussi grave ! Une vie humaine, quand-même !!! On aurait eu un peu plus d’égards pour un chien écrasé…

Laisser un commentaire