Côte d’Ivoire: “L‘opposition n’est pas prête à aller’’ au scrutin de fin octobre (Mamadou Touré)

Serge Alain KOFFI

Le porte-parole adjoint du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti au pouvoir en Côte d’Ivoire), Mamadou Touré, a soutenu samedi à Abidjan que l’opposition ivoirienne conteste la candidature du chef de l’Etat Alassane Ouattara à la présidentielle parce qu’elle “n’est pas prête’’ pour ce scrutin, prévu fin octobre.

“La réalité, c’est que notre opposition n’est pas prête à aller aux élections et on l’entend dans les discours (…) Si on ne veut pas d’un candidat on ne vote pas pour lui. Mais quand on est dans une logique non démocratique où on ne veut même pas qu’il y ait des élections, et on prend toutes sortes de prétextes pour créer une situation de chaos, ça ne va pas’’, a affirmé Mamadou Touré, à une rencontre d’échanges avec des jeunes sur la problématique de l’emploi, au palais de la culture de Treichville.

Le porte-parole adjoint du RHDP, par ailleurs ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, avait à ses côtés sept autres membres du gouvernement (Epiphane Zoro-Bi Ballo, Félix Anoblé, Sidi Touré, Siandou Fofana, Brice Kouassi, Abdramane Cissé, Belmonde Dogo) lors de ce meet-up qui s’inscrivait dans le cadre de la semaine nationale de la jeunesse.

Dans le second thème (Paix, cohésion nationale et élections), les panelistes ont répondu aux questions de quelques jeunes en se prononçant sur la situation socio-politique en Côte d’Ivoire, où depuis quelques jours et à l’appel de quelques organisations de la société civile, des partisans de l’opposition manifestent dans plusieurs villes du pays pour protester contre la décision de M. Ouattara de briguer un troisième mandat.


Ces manifestations ont tourné en des affrontements avec les forces de l’ordre ou des heurts avec les partisans de M. Ouattara dans certaines villes. Cinq personnes sont mortes dans ces violences, selon un bilan officiel de la police nationale.

En 2019, M. Ouattara (78 ans) avait plusieurs fois évoqué le transfert du pouvoir à une nouvelle génération mais avait également assuré que si l’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo et le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition) Henri Konan Bédié (86 ans) étaient candidats, alors lui également le serait.

Pour M. Touré, “Si Bédié et Gbagbo avaient renoncé à être candidats, on aurait pu prendre le chef de l’Etat à défaut sur sa parole’’

En mars, M. Ouattara, élu en 2010 puis réélu en 2015, avait annoncé passer le relais à son premier ministre Amadou Gon Coulibaly pour le scrutin d’octobre. Mais celui-ci est décédé le 8 juillet. Après ce décès, M. Ouattara est revenu sur sa décision le 6 août en annonçant qu’il briguerait finalement un troisième mandat.

“En un mois, on n’a pas le temps de faire le consensus autour d’un candidat qui va fédérer tout le monde’’, a admis le porte-parole adjoint du RHDP, qui assure toutefois que son parti a “des cadres compétents et des hommes de valeur’’.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire