Amnesty: La police en Côte-d’Ivoire autorise des hommes armés de machettes à attaquer les manifestants

Amnesty international vient de produire un texte très accablant contre les forces de sécurité ivoiriennes. L’ONG les accuse d’avoir laissé des supplétifs civils armés de machettes et de gourdins, s’en prendre à des manifestants non armés dans divers endroits de la capitale ivoirienne, Abidjan. Des accusations très graves déjà rapportées par des témoins, que l’ONG confirme, après enquêtes, et sur la base de témoignages. Plusieurs éléments vidéos avaient circulé ces derniers jours sur les réseaux sociaux, montrant des civils armés qui attaquaient les manifestants en présence de policiers ou gendarmes.

CÔTE D’IVOIRE DEMONSTRATIONS

Cote d’Ivoire: Police allow machete-wielding men to attack protesters

Version anglaise à lire ici

Selon des témoignages exclusifs obtenus par Amnesty International, des policiers en service à Abidjan auraient permis à des groupes d’hommes, dont certains étaient armés de machettes et de gourdins, d’attaquer des personnes qui manifestaient contre la décision du président Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat.

Dans un rare entretien, un policier en service le 13 août dans le district de Yopougon à Abidjan a déclaré à Amnesty International qu’il était alarmé d’entendre ses collègues parler de la manière dont ces civils armés avaient «aidé» la police à disperser les manifestants.

Deux minifourgonnettes (Gbakas) transportant des dizaines de jeunes hommes, certains armés, ont été conduites vers deux lieux de protestation où l’officier était présent. À un endroit, deux hommes à moto escortant les Gbakas se sont approchés du policier responsable et, après une brève conversation, le groupe de jeunes hommes s’est rendu dans le quartier sans entrave et a commencé à courir après et à disperser les manifestants.

(…)


Hier, vers 5h30 du matin, un témoin a déclaré à Amnesty International qu’en quittant son domicile dans le quartier SIDECI du district de Yopougon, au Carrefour SGBCI, il a vu des jeunes, non armés, barricader la route avec des tables. Peu de temps après, une Peugeot 406, trois autres véhicules et un Gbaka blanc sont arrivés transportant des dizaines d’hommes en civil armés de machettes, de couteaux et de gourdins. Ces hommes sont descendus des véhicules et ont lancé une attaque contre les jeunes à la barricade. L’un d’eux a été grièvement blessé à coups de machette et emmené à la clinique de Bethesda. La police est arrivée peu de temps après, a trouvé les hommes armés mais ne les a pas arrêtés.

Le témoin a rapporté avoir vu plus de barricades dans la région de Niangon Nord à Yopougon. Il a également vu environ sept motos et trois véhicules avec des hommes armés de machettes et de bâtons enlever les barricades. La police était présente mais n’a rien fait. Lorsque la police est partie, les hommes armés les ont suivis dans leurs motos et véhicules.

(…)

Répression croissante

Depuis 2019, des rassemblements pacifiques organisés par des organisations de la société civile et des groupes d’opposition sont régulièrement interdits et dispersés avec une force excessive par la police et la gendarmerie.

Le 26 juin 2019, le pays a adopté un nouveau code pénal qui porte davantage atteinte aux droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique. Le code considère comme «rassemblement illégal» tout rassemblement public et non armé «pouvant affecter l’ordre public», des descriptions trop larges avec un fort potentiel d’abus.

«La répression des manifestations est une violation flagrante des droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. Les autorités de Côte d’Ivoire devraient protéger, et non punir, les dirigeants de l’opposition, les dissidents, les journalistes et les défenseurs des droits de l’homme », a déclaré Samira Daoud, chercheuse pour Amnesty international.

Contexte

A la veille des manifestations, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Sidiki Diakité, a annoncé que les manifestations n’étaient pas autorisées et a affirmé que son ministère n’avait pas été officiellement notifié.

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Amnesty: La police en Côte-d’Ivoire autorise des hommes armés de machettes à attaquer les manifestants

Laisser un commentaire