Côte-d’Ivoire: Révérend-père Zagba à Ouattara « Se taire…c’est se rendre coupable » (Lettre ouverte)

Révérend Père Jean-Louis ZAGBA +++
Prêtre Exorciste & Cérémoniaire Episcopal

Lettre ouverte
à S.E.M. Alassane Dramane Ouattara, Président de la République
de Côte d’Ivoire

Monsieur le Président,

Ne souhaitant pas rester spectateur, devant la situation très préoccupante qui prévaut en ce moment dans notre cher pays la Côte d’Ivoire, je me permets de m’adresser à vous via ma plume, aux fins d’appeler votre attention sur un point de prime importance.

Celui qui vous adresse ces mots est Prêtre de Jésus-Christ, Ivoirien de père et de mère, qui a appris à chérir « La République de Côte d’Ivoire qui est Une et Indivisible, Laïque, Démocratique et Sociale » (Article 49 Alinéa 1 de la Constitution)? et ce depuis sa tendre enfance à travers le Scoutisme, qui se veut être une école de Patriotisme.

Nonobstant ce que d’aucun pourrait croire et/ou faire croire, la laïcité de l’Etat ne sous-entend pas que le domaine, plus vaste de la notion de Patrie, exclut la participation active des Religieux.

En sus, m’appuyant sur l’Article 19 Alinéa 1 de notre Constitution qui dit ceci et je cite: « La liberté de pensée et la liberté d’expression, notamment la liberté de conscience, d’opinion philosophique et de conviction religieuse ou de culte, sont garanties à tous. Chacun à le droit d’exprimer et de diffuser librement ses idées. »; j’ai pleinement la latitude de m’adresser à vous en votre qualité de Président de tous les Ivoiriens. Sachez d’entrée de jeu que mes propos n’auront aucune connotation POLITIQUE.

Se taire lorsque tout va mal, c’est se rendre coupable vis-à-vis de l’entité spirituelle formée par l’âme de toutes les Ivoiriennes et de tous les Ivoiriens, Vivants et morts…, car il en va de la vie de notre Nation.

Monsieur le Président de la République, je suis vraiment gêné, et la grande majorité des Ivoiriens avec moi; nous sommes tous gênés, et ce, au plus haut point; ainsi, ma lettre se veut être un « soufflet » qui aura le mérite de vous réveiller… Oui! de rappeler à votre mémoire attentive, le Serment solennel que vous avez prêté le Mardi 03 Novembre 2015.

Traditionnellement, chez les Chevaliers de l’antiquité, le soufflet était donné pour que le récipiendaire se souvienne de son Serment, afin qu’il ne l’oublie JAMAIS.

Prêter Serment, ce n’est pas une simple formalité administrative; et bien loin d’être une banale sensiblerie ou une scène théâtrale au cours de laquelle on réunit des copains à la bonne franquette, c’est prendre un ENGAGEMENT en donnant sa parole qui doit revêtir un caractère sacré, en présence de Dieu.

Je vous remets ici les thèmes du serment que vous avez prêté;
« Devant le Peuple Souverain de Côte d’Ivoire, je jure solennellement, et sur l’honneur, de respecter et de défendre fidèlement la Constitution, d’incarner l’unité nationale, d’assurer la continuité de l’Etat et de défendre son intégrité territoriale, de protéger les droits et libertés des citoyens; de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge dans l’intérêt supérieur de la Nation. Que le Peuple me retire sa confiance, et que je subisse la rigueur des lois si je trahis mon serment. »

Ce sublimissime texte, j’en suis persuadé, vous l’avez, en guise d’anti-sèche, au chevet de votre lit et sur le plateau de votre bureau, depuis maintenant 10 ans. Il vous est familier, car tous les Ivoiriens veulent croire qu’il trouve un écho favorable au plus profond de vous. puisque l’enfreindre, serait ajouter au parjure, la déchéance morale.

Nous allons maintenant, au fil de l’eau, le disséquer pour en ressortir la quintessence à la Lumière des valeurs divines et morales, puisque nous vous savons très croyant en Dieu.

1. Devant le Peuple Souverain de Côte d’Ivoire.
Comme le stipule la célèbre citation française: « La voix du Peuple est la voix de Dieu », soit en latin: « Vox populis, vox Dei », c’est bien en présence de Dieu, Monsieur le Président que vous avez prêté Serment, et ce Peuple Ivoirien « Souverain » est plus grand que vous, s’appuyant d’une part sur la lettre de Saint Paul aux Hébreux qui dit:  » Or les hommes jurent par Celui qui est plus grand qu’eux, et le Serment est une garantie qui met fin à tous les différends. » (cf Hébreux 6 : 16); et d’autre part, sur l’Article 49 de notre Constitution en son Alinéa 2: « Le principe de la République de Côte d’Ivoire est le gouvernement du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple. »

On peut tromper une partie du Peuple pendant un certain temps, mais on ne peut tromper tout le Peuple tout le temps; comme on ne peut pas envoûter tout le Peuple, tout le temps…

2. Je jure solennellement, et sur l’honneur, de respecter et de défendre fidèlement la Constitution…
Vous avez bien prononcé, ayant la main droite levée; main droite qui symbolise la franchise, la sincérité et la lumière de la conscience bien réglée: « JE JURE », et le Roi Salomon de vous instruire:  » C’est un piège pour l’homme que de prendre à la légère un engagement sacré, Et de ne réfléchir qu’après avoir fait un voeu. » (Proverbes 20:25).

Lorsqu’on est un homme d’honneur, on n’a qu’UNE SEULE PAROLE;;;

Monsieur le Président, il sera salutaire pour votre image, votre famille et vos proches de suivre les sages conseils de l’Apôtre Jacques qui dit ceci et je cite: « Avant toutes choses, mes Frères, ne jurez ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment. Mais que votre oui soit oui, et que votre non soit non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement. » (Jacques 5:12)


Il n’est pas encore trop tard pour vous, de vous rappeler cette Maxime/question du premier père de notre Nation, feu le Président Félix Houphouët Boigny qui disait: « Ai-je fait, bien fait pour mon pays ce que je dois? »

Avoir bien fait ou bien faire passe inexorablement par le respect et la défense de la Constitution, dont la parution au Journal Officiel de la République de Côte d’Ivoire fut le 8 Novembre 2016, lorsque votre second mandat courait toujours, à la suite de votre prestation de serment du 03 Novembre 2015.

J’ai usité « second » mandat plutôt que deuxième mandat, et vous sachant francophile, je crois que vous m’avez amplement compris.

3. d’incarner l’unité nationale, d’assurer la continuité de l’Etat et de défendre son intégrité territoriale;

Dès lors que vous avez prêté Serment, il vous revenait d’unir et de réunir, comme deux murs, bâtis sur deux fondements opposés, toutes les filles et les fils du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest en passant par le centre de ce Peuple Ivoirien en présence duquel vous avez pris votre engagement solennel.

Mais fort a été de constater que plutôt que de réconcilier les Ivoiriens, vous les avez divisé. Au lieu d’être le ciment de la Fraternité qui doit joindre les briques pour construire l’édifice d’un Etat de droit, pour que  » tous rassemblés pour ta gloire te bâtiront dans le bonheur… » (Extrait de l’Hymne national), nous avons assisté durant une décennie à une discrimination sans pareil.

4. De protéger les droits et libertés des citoyens.

Je me fais votre pense-bête:
Lisons ensemble, quelques Articles de notre Constitution:
Article 3:
Alinéa 1: Le droit à la vie est inviolable.
Alinéa 2: Nul n’a le droit d’ôter la vie à autrui.

Article 22
Aucun Ivoirien ne peut être contraint à l’exil.

Article 28
Alinéa 1: L’Etat s’engage à respecter la Constitution, les Droits de l’homme et les libertés publiques. Il veille à les faire connaître et à les diffuser au sein de la population.

5. De remplir consciencieusement les devoirs de ma charge dans l’intérêt supérieur de la Nation.
Depuis vous accession au pouvoir d’Etat, nous assistons à deux cas de figure:
Il y a une partie de la population Ivoirienne qui est malade parce qu’elle mange trop et toute seule, et une autre, non moins grande, qui est également malade parce qu’elle meurt de faim.

L’intérêt supérieur de la Nation, c’est la répartition égale des biens sur l’ensemble du territoire national.

L’intérêt supérieur de la Nation, c’est de respecter la Constitution qui vous interdit un mandat de plus qui va au-delà du second que vous êtes en train de finir.

L’intérêt supérieur de la Nation, c’est de nous laisser un bon souvenir de vous en créant une cohésion sociale, et un climat de Paix entre toutes les forces vives de celle-ci.

Enfin, l’intérêt supérieur de la Nation, c’est de vous préparer à rendre le Baudrier et la Grande Croix de Président de la République, sans tache à votre successeur, par une cérémonie de passation de charge à l’issue d’une élection JUSTE, TRANSPARENTE, PACIFIQUE et INCLUSIVE, à laquelle vous ne prendrez pas part.

6. Que le Peuple me retire sa confiance, et que je subisse la rigueur des lois si je trahis mon serment.
C’est très certain, vous répondrez au Juge Suprême des rois…. Quand à nous Ivoiriens, nous vous pardonnons, car vous ne savez pas ce que vous faites.

Vous connaissez très bien le Peuple Ivoirien. Il n’a pas la vengeance dans son ADN, mais sachez-le, il vous a retiré sa confiance.

C’est le lieu de vous dire sans faux fuyant ni restriction mentale aucune que VOUS AVEZ TRAHI VOTRE SERMENT. Et le Prophète Osée vous le rappelle avec force. « Ils prononcent des paroles vaines, des Serments faux lorsqu’ils concluent une alliance. Aussi, le châtiment germera comme une plante vénéneuse dans les sillons des champs » (Osée 10:4).

Nous prions le Dieu de la Côte d’Ivoire de daigner vous absoudre pour tous les actes contraires à la Constitution que vous avez posé; et le prions également pour toutes les filles et les fils de la Mère Patrie à l’intérieur comme à l’extérieur du territoire, afin que la flamme de la Paix et de l’Amour anime tout un chacun.

Conclusion
La Mère Patrie manifeste l’ardent désir de faire le deuil de tous ses enfants tombés; elle ressent le pressant besoin de penser les plaies des blessés émotionnels et physiques. Les Esprits Bienheureux et les âmes errantes ont fort besoin de reposer en Paix.

L’aura terrestre de notre chère Côte d’Ivoire a besoin d’être purifiée et lavée du sang versé surtout depuis trois décennies.

Ainsi parle Seigneur, l’Eternel; « Il y a des Esprits Célestes qui se sont levés pour tirer vengeance du sang des Martyrs sur le sol Ivoirien, à cause du piétinement de la Constitution et qu’aucun rituel ne pourra freiner.

J’invite mon Peuple à la repentance et à la culture de l’Amour. »

Que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent!

Révérend Père Jean-Louis ZAGBA +++
Prêtre Exorciste & Cérémoniaire Episcopal

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire