MTN Côte-d’Ivoire «impactée» par la pandémie du covid-19 poursuit sa restructuration

«Le Covid 19 a impacté les activités de Mtn mais…» (Dg)

La société prête pour le basculement à 10 chiffres

Le directeur général de la société de téléphonie mobile d’origine sud-africaine MTN était face à la presse le 19 août dernier, au siège de la compagnie pour dresser un bilan partiel de sa gestion au moment où le pays sort progressivement de la pandémie du Covid-19. Djibril Ouattara, arrivé en 2019, a dressé un tableau pas tout à fait reluisant, selon ses objectifs de départ, mais il a rassuré quant à la résilience de son entreprise, face à ce choc conjoncturel.

La société aux 12,5 millions d’abonnés, fait-il savoir, n’a pas sombré même si au cours de la période de confinement bien des segments d’activité ont connu une régression. « Le groupe continue d’avoir une très forte croissance tant sur le plan de l’harmonie que sur le plan financier. Le 2e trimestre 2020 a été impacté par la pandémie en Côte d’Ivoire alors que nous avions entamé une phase de restructuration l’année dernière », a exposé Djibril Ouattara révélant un taux de croissance du chiffre d’affaires de 10 % sur la période. Cette croissance a-t-il indiqué, est portée par l’augmentation des appels et par la progression de l’internet mobile. Pendant ce temps, le segment des transactions financières mobile money décroissait. Ceci est dû à la forte perte de l’emploi et à la baisse générale de l’activité économique, selon l’orateur.


Le Dg a saisi l’occasion pour expliquer que si la croissance a été présente malgré la pandémie, c’est en raison d’importants investissements réalisés, entre 35 et 40 milliards de FCFA. Ceci pour faire face à la forte demande surtout l’offre en direction des entreprises et des distributeurs dont le réseaux dépasse le chiffre de 80.000.

S’agissant de la numérotation à 10 chiffres dont le basculement interviendra en janvier 2021, le directeur général fait savoir que sa compagnie a anticipé ce changement depuis 2019. « Nous travaillons sur la numérotation à 10 chiffres pour être prêts. Les contraintes sont plus que lors du passage de la numérotation à 8 chiffres parce qu’il y a désormais l’internet, les réseaux sociaux etc. Mais en accord et en harmonie avec le régulateur, tout se passe bien », a expliqué pour sa part, Hyacinthe Séka le directeur technique.

Selon les données de la direction générale, les revenus sont pour l’instant tirés par la voix, vient ensuite l’internet. 40 % des clients ont des smartphones et 51 % du trafic data utilisent la technologie 4G. ‘’L’utilisation data n’est pas encore massive’’, a précisé le Dg.

SD à Abidjan

sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire