Le RHDP est un géant aux pieds d’argile en Côte-d’Ivoire (Jean-Francois Fakoly)

Alassane Ouattara et le RHDP ont réussi l’exploit de dresser contre eux toute la classe politique (1). Cependant, la montagne de la majorité risque d’accoucher d’une souris, si elle se complait dans des élucubrations et jouissances purement verbales. Dépeindre avec force détails les travers du régime ou répéter ad nauseam que nous sommes dans une dictature émergente n’a en soi aucune vertu libératrice. Pour libérer la Côte d’Ivoire, il faut urgemment procéder à une analyse stratégique des forces du RHDP (2) avant de mettre en place une contre-stratégie capable de le vaincre ; je propose le « dérisionnisme » (3).

1. L’UNANIMITÉ CONTRE LE RHDP

Jamais en Côte d’Ivoire acteur politique n’a fait autant unanimité de rejet que Ouattara et son RHDP. Les critiques les plus acerbes proviennent des anciens alliés. À force de parjures, le parti au pouvoir s’est vidé de sa substance et se retrouve réduit à sa plus simple expression. En effet, après la saignée consécutive au départ du MFA, de l’UPCI, du PDCI, de l’UDPCI, des pro-Soroistes et de tout ce que ce parti pouvait comporter encore de légalistes et de démocrates, il ne reste plus que les militants indécrottables de la Case (RDR) et les « sardinnards » et adeptes de la « gondronphilie », c’est-à-dire ces esprits politiquement candides pour qui la démocratie peut être sacrifiée sous l’autel des réalisations pharaoniques, dont le symbole en ce qui concerne Ouattara est le goudronnage.

Le rejet de Ouattara et du RHDP déborde le cercle des partis politiques. En effet, la mobilisation contre son 3e mandat a été lancée par Pulchérie Gbalet, une militante de la société civile, aujourd’hui emprisonnée. Le cardinal Jean-Pierre Kutwa, haut dignitaire du clergé catholique, vient d’enfoncer le clou lors de sa dernière conférence de presse en disant tout haut ce que tous les Hommes de Dieu sincères et épris de vérité pensent tout bas. Quand on sait le mépris que vouent les religions en général aux manquements à la parole donnée, il ne pouvait en être autrement. Le projet de 3e mandat hérisse également le poil de certains Imams. L’un d’eux sous le couvert de l’anonymat, me confiait ceci : une grande partie du Saint al Coran traite de l’arrogance du pouvoir (Yada). On sait comment Pharaon, incarnation de l’arrogance, a fini, avec son armée, englouti par la Mer rouge, alors qu’il s’obstinait à poursuivre Moïse et son peuple pour les tenir, en esclavage. Dans la même veine, le serviteur de Dieu ajoute, pour un musulman, personne n’est irremplaçable. Le simple fait d’y songer constitue en islam un péché majeur. Pour preuve, rajoute-t-il, à la mort du prophète Mohamad (PSL) alors que certains fidèles étaient inconsolables parce que le pensant irremplaçable, son ami et fidèle compagnon Omar al Katab a eu ses propos passés à la postérité : « que celui qui vénère Mohamad sache que Mohamad est mort, mais que celui qui vénère Dieu sache que Dieu est éternel ». La leçon en termes laïques est que pour le musulman, personne n’est irremplaçable et qu’il faut demeurer fidèle aux principes et non aux hommes.
Mais revenons à la classe politique, être du côté de la vérité ou de la majorité ne garantit aucunement la victoire. De même que, de façon symétrique, être impopulaire et haï par la majorité des citoyens ne suffit pas à perdre le pouvoir dans un régime non démocratique. Pour instructifs qu’ils soient, les Jeudis de Koulibaly, ne suffiront pas à ébranler le régime. L’esbroufe Franklin Nyamsi, peut continuer d’exhiber son regard de Sirus et infliger des corrections magistrales, par ailleurs méritées, aux dignitaires du régime, cela ne libèrera pas pour autant Alain Lobognon, Kanigui Soro et les autres embastillés. La dénonciation et la critique sont des conditions nécessaires, mais non suffisantes pour remporter la victoire. Pour vaincre le RHDP, il faut connaitre sa stratégie. Comme l’Affirme Maurice, empereur byzantin du 6e siècle : « est bien avisé le général qui, avant d’entrer en campagne, étudie soigneusement l’ennemi et se trouve à même de se protéger contre les points forts dudit ennemi et de tirer avantage de ses faiblesses ».

1. LA STRATÉGIE DU RHDP : LE BOUCLÉ-GÉRÉ

publicité

Selon le premier ministre Hamed Bakayoko, l’élection de 2020 est « bouclée et gérée ». La stratégie n’a pas encore été mise en œuvre, mais on peut dès à présent en dénoncer le principe. Bouclé-géré signifie que les dés des élections sont pipés. Cela est tellement vrai que le parti n’a pas hésité a présenté comme candidat à cet important scrutin, un grand malade aujourd’hui décédé et dont l’impopularité semblait aussi incurable que le mal qui l’a emporté. Son remplaçant à la candidature bien plus populaire reste cependant forclos par la limitation des mandats, selon deux des plus éminents constitutionnalistes que compte la Côte d’Ivoire, les Pr Francis Wodié et Bléou Martin. Entre l’illégitimité du premier candidat et l’illégalité du second, tout indique que la stratégie du RHDP ne se base ni sur l’onction démocratique ni sur le droit. Mais alors, sur quoi compte le RHDP pour se maintenir au pouvoir ?
Le bouclé-géré renvoie explicitement au vocabulaire militaire. Le bouclage désigne le quadrillage d’une zone, d’un territoire donné et sa prise de contrôle totale par les hommes en arme. Ces principaux ingrédients en ce qui concerne les élections sont : contrôle des organes de proclamation des résultats (Conseil constitutionnel), proclamation de l’État d’urgence et couvre-feu, déploiement massif des forces de sécurité pour tuer la révolte dans l’œuf. La connaissance des mœurs politiques ivoiriennes et les nombreux retours d’expérience (RETEX) sur les crises postélectorales ont permis de développer, au sein de la grande muette, une véritable science du maintien et du rétablissement de l’ordre. Nos forces de sécurité maitrisent très bien la gestion des foules. En réalité, le bouclé géré n’est pas une nouveauté. Le premier à le mettre en œuvre est Laurent Gbagbo, lors de la crise postélectorale de 2011. Le RHDP avait ainsi lamentablement échoué a manifesté du fait du bouclage opéré par Dogbo Blé et ses collègues. Gbagbo a perdu le pouvoir parce qu’il n’avait pas la France avec lui et parce qu’il avait une opposition armée en face (FRCI) ; ce qui n’est pas le cas du RHDP. Disons-le tout net, comme le montre si bien l’exemple du Togo et du Cameroun, avec d’une part une bonne maitrise de l’armée ou du moins de ses unités opérationnelles, et de l’autre la bienveillance de la France aucune manifestation insurrectionnelle n’est possible dans la France-Afrique. Il existe toutefois une lueur d’espoir.

2. QUE FAIRE ? LE DÉRISIONNISME

Éviter la confrontation directe pour la simple raison que c’est le point fort de l’adversaire. En effet, la guerre, la prévention des coups d’État et la gestion des manifestations violentes fait partie de la formation des forces de sécurité. Il suffit qu’on leur en donne les moyens et que le régime ait une certaine légitimité à leurs yeux pour que le travail soit fait proprement. Il ne faut pas se leurrer, la prégnance en Côte d’Ivoire des considérations ethniques sur l’intérêt national fait que tout régime, fût-il illégal ou illégitime, peut trouver au sein des forces de sécurité assez de partisans prêts à le défendre becs et ongles. Ailleurs, la survivance des régimes de Paul Biya et de Faure Gnassingbé ne repose que sur cette lapalissade.
L’héroïsme contre un adversaire matériellement supérieur et sur son terrain favori est une bêtise. Comme l’eau qui fuit les hauteurs et emplit les creux, il faut éviter la force de l’ennemi pour frapper sa faiblesse (Sun Tsu). Une des stratégies non violentes les plus éprouvées parmi les plus de 200 répertoriées à ce jour est le dérisionnisme. Il s’agit d’utiliser l’humour pour manifester. Selon Mark Twain « l’espèce humaine dispose indéniablement d’une arme très efficace : le rire (…) rien ne tient contre le rire ».

Sur cette couture, le peuple ivoirien dispose d’un immense trésor connu sous le nom de l’humour ivoirien, qui pourrait à être mis à contribution pour inventer de nouveaux modes de manifestations. L’opposition pourrait par exemple, comme la Fesci l’a déjà expérimenté, faire manifester des gamins de l’école primaire ou encore organiser une manifestation de soutien au 3e mandat. Le trésor d’imagination est inépuisable en la matière. Ne vous y trompez pas, cette stratégie est d’une efficacité redoutable. Elle a fait ses preuves dans les révolutions fleuries (Europe de l’Est) et a grandement inspiré le printemps arabe. En effet comme le fait si bien remarquer Srdja Popovic (1995) : « Si vous êtes flic, vous passez beaucoup de temps à étudier les gens violents. Mais rien dans votre formation ne vous a préparé à gérer des gens rigolos ».

En définitive, la curasse du soldat et les boucliers antiémeutes sont vulnérables non aux jets de pierres, mais au rire. L’humour ivoirien si réputé pourrait fournir les armes de la subversion. Il faut impérativement sortir des chemins battus dont l’échec est programmé. Moins que la force brute du régime, ce qui vaincra l’opposition est son manque d’imagination, la répétition de recettes éculées et inefficaces. Le RHDP est un géant aux pieds d’argile, il suffit de le chatouiller sur l’orteil pour qu’il s’effondre dans un grand éclat de rire.

Jean-Francois Fakoly

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire