Presse Côte-d’Ivoire: Le régulateur (ANP) suspend Le Bélier Intrépide et inflige un avertissement à Fraternité-Matin

Manuella YAPI

L’Autorité nationale de la presse (ANP, régulateur) en Côte d’Ivoire, a suspendu le quotidien Le Bélier Intrépide (proche de l’opposition) pour avoir publié une contribution contenant des termes « injurieux » à l’encontre du président Alassane Ouattara et a aussi infligé un avertissement au quotidien gouvernemental Fraternité-Matin suite à la « catégorisation » des candidats à la présidentielle d’octobre, a annoncé un communiqué mardi.

Le Conseil de l’ANP, réuni jeudi, « a suspendu le quotidien Le Bélier intrépide pour sept parutions », en raison de « graves violations » constatées le 27 août, dans une « contribution extérieure signée «le comité de veille PDCI/Nestor Koffi » renfermant des termes méprisants, outrageants, discourtois, injurieux et abaissants à l’encontre du président de la République et de la fonction qu’il incarne ».

Par la « publication de tels articles abjects, incitant à l’insurrection » dans son journal, « le directeur de publication a transgressé les dispositions de l’article 14 du code de déontologie, qui énoncent que le journaliste doit s’abstenir de toute atteinte à l’éthique sociale dans le traitement de l’information », selon le régulateur.

publicité

Fraternité-Matin a pour sa part reçu un « avertissement », pour s’être « livré dans son édition du 02 septembre » à une « catégorisation des candidats et à un examen de leurs dossiers de candidature, au point de préjuger des rejets », dans une analyse « signée Benoit Hili, parue sous le titre «Fin de dépôt des dossiers pour la présidentielle 2020/ces candidatures de plaisanterie et de provocation» ».

Dans cet article, « Fraternite-Matin, se subrogeant au Conseil constitutionnel, qualifie certains candidats de « outsiders » qui « ne s’avouent pas vaincus » en dépit « des échecs répétés » », a déploré l’ANP, ajoutant qu’ »une telle pratique est contraire aux principes de neutralité, d’impartialité, d’équité (…) qu’incarne le journal de service public ».

Les entreprises de presse éditrices des deux journaux disposent chacune « des délais de recours de droit commun pour saisir la juridiction administrative compétente », conclut le communiqué.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire