Le Grapa-PDCI propose le report de la présidentielle en Côte-d’Ivoire pour au moins 6 mois

Adresse du Grapa-PDCI en prélude à la présidentielle en Côte-d’Ivoire

La Côte d’Ivoire se rapproche à grands pas de l’élection présidentielle d’Octobre 2020 (un peu plus d’un mois). Cette élection marque un tournant crucial pour l’avenir de la Nation Ivoirienne sur les valeurs de la cohésion sociale, la justice, la démocratie et la paix qui fût la seconde religion d’entend. Le GRAPA PDCI veut, par cette adresse diagnostiquer la situation préélectorale qui prévaut en côte d’ivoire et proposer des solutions à cet effet.

DIAGNOSTIQUE POLITIQUE

Une élection durable et paisible entend l’apport inclusif de tous les acteurs de la scène politique ivoirienne. A ce moment, nombreux sont des acteurs emprisonnés ou exilés ; privés de leur droit inaliénable et constitutionnel de citoyens ivoiriens. Des différents responsables de partis politiques en exil n’ont pas la possibilité de faire campagne vue que le pouvoir ne leur donne pas le droit de rentrer chez eux en côte d’Ivoire. Comment peuvent-ils se présenter à l’élection présidentielle sans être inscrits sur la liste électorale c’est-à-dire sans être eux même électeurs ? Est-ce possible d’être candidat à distance et sans être au contact de la population ? Est-ce cela la démocratie dans la cohésion sociale selon l’idéologie de Felix Houphouët Boigny dont se clame le RHDP – parti au pouvoir ? Non. La réponse n’est pas affirmative. Il y a lieu d’affirmer ici qu’il y a de sérieux problèmes politiques à régler avant d’organiser la prochaine élection présidentielle en côte d’ivoire.

DIAGNOSTIQUE TECHNIQUE

Techniquement, même si les acteurs majeurs sont engagés dans le processus électoral, force est de constaté que ce processus traine beaucoup d’insuffisances et d’irrégularités. Les périodes d’enrôlement se sont tenues pendant la crise sanitaire du COVID19 sans aucune mesure barrière pour les concitoyens apeurés et traumatisés du fait de la pandémie. De plus, un constat d’appropriation des appareils d’enrôlement par le parti au pouvoir en faveur de ses militants du RHDP qui a défavorisé l’inscription massive des ivoiriens des autres organisations et partis politiques autre que le RHDP. Enfin, le délai des réclamations a été très court et inattendu. Tout ceci a donné une liste électorale très confuse et bâclée donc limitée. Ces nombreuses défaillances et irrégularités techniques enregistrées çà et là n’ont pas permis à tous les aspirants à l’enrôlement de le faire.

L’organe technique chargée d’organiser les élections (CEI), composée à majorité des partisans du RHDP parti au pouvoir n’a pas été reformée comme ordonnée par la cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP).

Tout cela a crée un climat de suspicion généralisé, de défiance entre l’opposition et le pouvoir avec pour conséquences graves dont les scènes de violence et de tueries dans des localités et villes du pays. Aussi, dût à l’absence de mécanisme consensuel de nomination de ses membres, la CEI se retrouve face au manque flagrant d’impartialité et d’indépendance des commissaires tant centraux que locaux. Si l’opposition n’a aucun moyen d’empêcher la tenue de cette élection fin Octobre prochain, alors elle n’a d’autres choix que d’y participer parce qu’elle ne veut nullement servir la politique du siège vide au pouvoir en place : ce à quoi s’attend le RHDP n’est-ce pas !


L’inscription frauduleuse sur la liste électorale d’un grand nombre de pétitionnaires fictifs, sans compter des cas de doublons, de mineurs, des non- nationaux en possession de cartes électorales. Le plus surprenant, cette liste électorale comporte également des noms de personne déclarées décédées.
L’actuelle liste électorale a été dénoncée par les différentes plateformes et partis politiques de l’opposition y compris le PDCI RDA. Cette revendication est étrangement ignorée par le régime au pouvoir. Certainement parce que le RHDP veut pousser l’opposition significative au boycotte générale de ce scrutin présidentielle d’octobre 2020. C’est dire que Le pouvoir veut organiser cette élection sans la participation de l’opposition. Le RHDP sournoisement veut y aller seul : meilleur moyen de garantir la victoire de son candidat qui se retrouvera certainement seul face à des candidats de 5eme choix, donc des accompagnateurs. En plus d’une liste électorale irrégulière et a problème, nous avons le cas de la commission électorale indépendante (CEI) Qui se trouve être également a problème et « cancérogène ». La CEI n’est pas inclusive et consensuelle. Elle est à majorité dominée par des partisans du parti au pouvoir le RHDP avec l’absence de l’opposition significative dont le PDCI RDA. Pire, Le président de la république et candidat déclarée du RHDP a nommé15 membres à la commission centrale qui du coup sont aux ordres de son parti politique …etc.

SOLUTIONS:

Au vu des aspects ci-dessus, le Grapa- pdci démontre que les conditions ne sont pas réunies pour des élections crédibles, paisibles, justes et transparentes en Côte d’Ivoire et ce, à un peu plus d’un mois de échéance présidentielle. C’est pourquoi Le Grapa – pdci demande:

1. exceptionnellement le report d’au moins 6 mois l’élection présidentielle d’octobre 2020 afin que celle-ci soit organisée de façon inclusive, transparente, juste et dans un climat politique et social apaisé.
2. la refonte de la commission électorale indépendante (CEI) afin de la rendre consensuelle et crédible en accord avec tous les belligérants – opposition significative et le RHDP parti au pouvoir.
3. au gouvernement de créer une plateforme d’échanges politiques avec la présence d’un modérateur / facilitateur neutre pour que toutes les exigences et doléances et propositions de l’opposition soient prises en compte afin de permettre à l’organisation d’une élection présidentielle inclusive et transparente.
4. au gouvernement de saisir la communauté internationale. Assigner un certificateur agréé des nations unis, afin de crédibiliser la régularité des élections.
5. le toilettage de la liste électoral, en Soustraire les personnes non conformes à la constitution Ivoirienne.
6. la rupture de la convention entre la société VODOO et la CEI. Mettre en en place une structure informatique non partisane composée d’experts pour le compte de la CEI.

MOTION SPECIALLE

Le Grapa- pdci félicite SEM Aimé Henri Konan Bédié, président du PDCI RDA pour son leadership d’homme de dialogue, de paix et de cohésion sociale et l’encourage à maintenir la barre du navire ivoire dans une opposition responsable et mûre pour une Alternance négociée effective du pouvoir. L’encourage, à maintenir le rassemblement de toute l’opposition pour une victoire éclatante en faveur de la démocratie, de la réconciliation et de la paix.

Fait à Londres le 13 septembre 2020

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire