Recalé, Amon Tanoh dénonce lui aussi « le peu de crédibilité du conseil constitutionnel » en Côte-d’Ivoire

Serge Alain KOFFI

L’ancien ministre ivoirien des Affaires étrangères, Marcel Amon Tanoh, a affirmé mardi à Abidjan qu’il prenait “acte’’ du rejet par le conseil constitutionnel de sa candidature à l’élection présidentielle du 31 octobre, “qui confirme’’, selon lui, “le peu de crédibilité’’ de la juridiction.

“Je prends acte de cette décision qui confirme le peu de crédibilité du conseil constitutionnel ainsi que de la Commission électorale indépendante (CEI) comme j’ai eu à le dire à plusieurs occasions’’, a déclaré M. Amon Tanoh, lors d’un point de presse.

Au cours d’une audience, retransmise lundi soir en direct à la télévision nationale (RTI 1), le président du Conseil constitutionnel, Mamadou Koné, a rendu publique la liste définitive des candidats au scrutin.

Le Conseil a annoncé la validation de la candidature contestée du chef de l’Etat sortant Alassane Ouattara. Il a en revanche rejeté 40 dossiers de candidature sur les 44 réceptionnés, dont celui de l’ex-ministre des Affaires étrangères, pour défaut de parrainages.


“Ma candidature a été rejetée au motif que j’ai recueilli 1% de parrainages dans 13 régions uniquement sur les 17 requises au minimum’’, a rappelé M. Amon Tanoh, qui assure avoir “déposé une liste de 22 régions dans lesquelles (il a) obtenu plus de 1%, voire même 2% dans certains régions, comme l’atteste les documents (que lui) a remis la CEI’’

Alors, M. Amon Tanoh “(s)’étonne que le conseil constitutionnel n’ait reçu que 13 régions au lieu des 22’’ qu’il dit avoir “déposé auprès de la CEI’’.

Il ajoute n’avoir “pas été saisi par l’une ou l’autre de ces deux institutions pour compléter (son) dossier, conformément à la procédure arrêtée’’.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

3 commentaires sur “Recalé, Amon Tanoh dénonce lui aussi « le peu de crédibilité du conseil constitutionnel » en Côte-d’Ivoire

  1. Le pouvoir « Satanique » de DRAMANE vient de prouver leur slogan :  » 2020 TOUT est bouclé d’avance… »…. C’est possible que KKB soit le seul qui « affrontera » DRAMANE.

  2. On nous a décrit ici un homme de droit, ancien rebelle certes, mais major de sa promotion lors de ses études universitaires en France : Koné Mamadou. Et cet homme serait incapable de lire sa propre copie, balbutierait, buterait sur des mots… Et pire, utiliserait comme argument de droit, ce qu’aurait déclaré le plaisantin Affi N’Guessan ? Je ne peux le croire. Et ceci donne du crédit à Chris Yapi, crédit d’autant plus fondé que l’investigateur annonçait déjà 1 jour avant, la liste des 4 retenus par Ouattara. Donc, quand Chris Yapi affirme que l’arrêt lu par Koné Mamadou porte le griffe de Bacongo et consorts qui ont rédigé la copie, il y a de quoi y croire plus dur que fer. Sans compter les diverses menaces à l’intégrité physique, et à la séquestration.

    En bref, Koné Mamadou et les membres de son Conseil n’ont pu délibérer ; on leur a imposé un torchon écrit depuis le palais, mal ficelé et mal fini avec des coutures visible à 1km de distance. L’histoire retiendra que celui pour qui des dizaines de milliers d’Ivoiriens ont perdu la vie au motif d’« exclusion arbitraire » sera celui-là même qui aura, une fois parvenu au pouvoir, pratiqué l’exclusion arbitraire de façon encore plus abjecte, plus grossière et plus massive. Ses affidés répondront que untel a fait ceci, a fait cela. Ce qui confirme bien que la méchante et bête vengeance est le cœur idéologique du pouvoir de Ouattara.
    ___________________________________________
    La méchanceté ne saurait être un programme de gouvernement. Adieu RHDP !

  3. Comment le dossier d’un KKB a été retenu et approuvé par acclamation ??? alors que ceux des Amon Tanoh, Mamadou Koulibaly, Mabri…. ont tous été refusés………. Toute ivoirien intelligent sait que le Conseil Constitutionnel n’a fait que lire et communiquer une note(dictée préparée) venue de la haut(du labo du RDR) comportant les noms des quatre(4) .

Laisser un commentaire