Côte-d’Ivoire: L’ONG belge Crisis Group préconise le retour de Soro et Gbagbo pour « apaiser le climat »

Christian Charles KOSSONOU

L’International Crisis Group (ICG), une Organisation non-gouvernementale, a annoncé mardi que le retour en Côte d’Ivoire de l’ex-chef d’Etat Laurent Gbagbo et de l’ancien président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, à l’approche du scrutin présidentiel du 31 octobre, « serait un geste capable d’apaiser le lourd climat actuel » marqué par « des violences », dans un communiqué.

« Le retour en Côte d’Ivoire de Guillaume Soro et de Laurent Gbagbo, en vertu des récentes décisions de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), serait un geste capable d’apaiser le lourd climat actuel », a annoncé la note de l’ICG.

Selon cette ONG, le retour de l’ex-chef rebelle, Guillaume Soro, en exil en France, « permettrait notamment d’éviter d’attiser l’animosité au nord du pays entre ses partisans et ceux  » du président sortant Alassane Ouattara qui brigue un troisième mandant jugé « illégal » par l’opposition.

Concernant Laurent Gbagbo, actuellement en Belgique, dans l’attente de son procès en appel à la Cour pénale internationale, ICG estime que son arrivée en Côte d’Ivoire permettrait d’éviter « de nouvelles fractures dans le pays », après la crise postélectorale de 2010-2011 qui a fait plus de 3.000 morts.

Le 14 septembre, le Conseil constitutionnel a rejeté le dossier de candidature de Gbagbo et Soro au scrutin présidentiel d’octobre, en raison de la perte de leurs droits civiques et la radiation de leur nom de la liste électorale, après des condamnations judiciaires.

Sur des saisines de leurs avocats, la CADHP avait ordonné à l’Etat ivoirien, dans deux ordonnances, de « surseoir » aux décisions de la justice ivoirienne, afin de leur permettre d’être candidat.

« Ce sont des décisions nulles et de nul effet qui porteraient atteinte à notre souveraineté. Nous ne les appliquerons pas », avait renchérit le président ivoirien, Alassane Ouattara.

Réunie au sein d’une coalition, l’opposition a invité les populations à « la désobéissance civile » et posé plusieurs préalables à l’organisation du scrutin d’octobre, dont le retour de Soro Guillaume et de Laurent Gbagbo sur les terres ivoiriennes.

Crisis group préconise un report du scrutin et l’ouverture d’un dialogue
rubrique
POLITIQUEauteur
Anselme BLAGNON
ABIDJAN, 29 septembre 2020 – 11H24 GMT [ALERTE INFO]-


International crisis group (ICG) a préconisé mardi le report de la présidentielle ivoirienne du 31 octobre et l’ouverture d’un dialogue entre les différentes parties, estimant que les conditions « les conditions actuelles ne permettent pas la tenue d’un scrutin apaisé, dans un rapport.

« Ce report, dont la durée devra être déterminée par les différents participants au dialogue, ne devrait pas être fixé après le 13 décembre 2020, date à laquelle le président élu doit prêter serment, et ce afin d’éviter une vacance du pouvoir », indique l’organisation dans son rapport.

En Côte d’Ivoire, le climat politique est tendu, après l’annonce le 06 août de la candidature du président Alassane Ouattara avec des violences qui ont fait « au moins cinq morts et 104 blessés.

Le 14 septembre, le Conseil constitutionnel ivoirien a validé quatre candidatures dont celle de M. Ouattara, qui brigue un troisième mandat controversé sur les 44 reçues.

La juridiction a rejeté les dossiers de l’ancien président Laurent Gbagbo et de l’ex-chef de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, tout comme ceux de plusieurs opposants.

Pour dénoncer la candidature du président sortant qu’elle qualifie de « forfaiture », l’opposition appelle à la « désobéissance civile » et des manifestations sur l’ensemble du territoire.

« Il est difficile de concevoir comment, dans un tel climat de confrontation et de défiance, l’élection pourrait avoir lieu sans heurts et comment ses résultats pourront être acceptés par l’ensemble des parties », s’est inquiété ICG, soulignant que le report semble être « la meilleure solution pour éviter à la Côte d’Ivoire de plonger dans un nouvel épisode violent de la longue crise. »

Le report pour lequel plaide l’organisation « devrait permettre l’organisation d’un large dialogue visant à apurer une partie du contentieux, notamment concernant la composition de la Commission électorale (CEI), la révision du fichier électoral, les modalités d’un retour des exilés politiques et le sort de certains de leurs partisans, toujours emprisonnés.

Pour qu’il soit « fructueux », l’ONG pense que « l’opposition devrait accepter de faire des concessions réalistes à partir » de sa longue liste d’exigences. »

En dépit de tensions évoquées Alassane Ouattara a assuré que le scrutin « se déroulera dans le calme et dans la transparence le 31 octobre », conformément à la Constitution.

L’ONU, les Etats-Unis et l’Union européenne ont appelé à l’organisation d’un scrutin « impartial, transparent, inclusif et équitable, emportant l’adhésion de tous les citoyens ».

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

2 commentaires sur “Côte-d’Ivoire: L’ONG belge Crisis Group préconise le retour de Soro et Gbagbo pour « apaiser le climat »

  1. Pendant que nous sommes et vue la position de chacun , pourquoi ne pas attendre que les elections se passent entre les 04 candidats retenus , et après le PR ELU VA SE PERMETTRE DE REGLER LES PROBLEMES DE GBAGBO ET SORO . FAIRE REVENIR CES DEUX PERSONALITES EN état actuel ferrait reporter les elections et on serra dans une transition de 05 ans , sans développement ,sans réalisations et actions concrètes pour le pays puisque la gestion serra commune et personne n’aura de comptes à rendre à qui que ce soit .tout le système serra à plat car chacun aura son agenda caché pour attendre 2025 et pendant ce temps les populations souffre

  2. peut on faire une transition avec les gars de Affi , soro , gbagbo , bedié et ADO dan un même gouvernement à l’heure actuelle ? si on ne veut pas que le pays avance alors allons y à une transition

Laisser un commentaire