Côte d’Ivoire: Le domicile d’Affi N’guessan incendié à Bongouanou

Serge Alain KOFFI

Les affrontements qui ont éclaté vendredi entre autochtones et allogènes à Bongouanou, dans l’est de la Côte d’Ivoire, se sont poursuivis samedi dans la ville, où la résidence du président du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) Pascal Affi N’guessan a été incendiée par des individus, ont rapporté des habitants à Alerte Info.

Plusieurs policiers et gendarmes avaient été déployés vendredi pour contenir les affrontements qui s’étaient soldés par d’importants dégâts matériels, notamment des commerces détruits.

Les violences se sont poursuivies samedi. Des individus ont ainsi incendié la résidence de Pascal Affi N’Guessan, par ailleurs député et président du conseil régional de Bongouanou, qui avait déjà subi le même sort en avril 2011, après la chute de l’ancien chef de l’Etat Laurent Gbagbo.


Ces violences interviennent au lendemain de son appel au boycott actif de la présidentielle du 31 octobre.

Jeudi, lors d’une conférence de presse conjointe, l’ancien Premier ministre et Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), avaient annoncé qu’ils demandaient à leurs militants d’ “empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin et de mettre en application le mot d’ordre du boycott actif’’.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Côte d’Ivoire: Le domicile d’Affi N’guessan incendié à Bongouanou

  1. ========= DU SANG, DU LABEUR, DES LARMES ET DE LA SUEUR ====

    Récipiendaire du très Prestigieux Prix Nobel de Littérature en 1953, Sir Winston Churchill aura marqué à jamais l’histoire de la Couronne Britannique.

    Ce que peu de nos contemporains (je parle ds ceux qui ont une fois entendu ce nom !) savent par contre c’est qu’il a été un écrivain prolifique.

    Tiré de son plus célèbre discours, son exaltant
    « Je n’ai rien à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur » fait corps avec tout ce qui est identité et même l’âme de l’héroïsme britannique.

    ===== LE DERNIER DES LIONS ====

    Le vieux Lion ou Le dernier des Lions c’est selon, la réputation du Premier Ministre du Royaume Uni n’est pas surfaite. Célèbre pour ses brillants talents d’orateur et d’écrivain, ce fut un brillant politicien qui a alterné entre le pouvoir et l’opposition !

    Un chef d’opposition (1945-1951) pendant six ans donc après qu’il eut pourtant conduit son pays aux côtés des alliés à la grande libération de 1945 et qu’il fut un acteur majeur des grandes conférences qui ont tracé le devenir des États après la grande guerre, de Téhéran à Yalta, aux côtés de Staline et Roosevelt ! Il retrouveta son poste après 1951…

    Le Dernier des Lions, brillant chef de guerre par ailleurs, affectionne particulièrement cette citation :

    « On ne peut être tué qu’une seule fois au combat, mais plusieurs fois en politique. »

    ==== ALORS COMBIEN DE FOIS AFFI SERA-T-IL ENTERRÉ POLITIQUEMENT ? ====

    En lançant hâtivement son mot d’ordre de désobéissance civile, en s’affranchissant d’un texte écrit où son concept aurait pu être décrit avec précision et conséquences, en voulant jouer à Gbagbo ou à Mamadou KOULIBALY, AFFI avait oublié son histoire et son parcours à lui. En un mot comme en mille, il s’était tout à la fois oublié et fourvoyé.

    Les multiples tentatives de se justifier après, et qui l’enfoncent parfois tant dans la tête, la confusion semble installée, n’y changeront rien !

    À Arrah, dans sa propre région, c’est un car de transport qui s’est retrouvé dans le décor avec passagers et bagages. À Bangolo ce sont des camions lourds chargés de Bauxite qui seront brûlés sur la voie NATIONALE. Et dans l’un desquels un cadre nouvellement affecté à Danané viendra connaître une mort horrible suite à un terrible accident.

    Vendredi et Samedi à Bongouanou ce n’est pas que sa maison qui a subi les dommages collatéraux de ce cycle de la violence attaque-reaction, vandalisme gratuit-représailles immédiates !

    Commerces er biens des allogènes comme des autochtones n’y ont échappé !

    On cite entre autre le cas de l’IEGT de Bongouanou.

    En ce mois d’octobre oû les rentrées scolaires sont la préoccupation de tous les parents d’élèves, qu’adviendra-t-il de ceux et celles qui fréquentent l’Institut de l’enseignement général et technique (IEGT) de la ville ?

    Voici pourquoi en installant la guerre de mots qui conduit parfois à la guerre tout, il faut savoir tourner la langue sept fois dans la bouche avant de livrer son propre village à un siège en règle ! Un siège désastreux qui peut être long et au sortir duquel il n’y restera que pleurs et regrets infinis. Désolation et RUINE totale avec mort d’hommes souvent des innocents.

    ====== LES RUINES ===

    Connaissez vous Oum Kalthoum la Cantatrice égyptienne ?

    Non ! Comme d’habitude….

    L’astre d’Orient comme on la surnommait nous a laissé un répertoire immense.

    Al Atlal traduit généralement par Les Ruines, en fait partie.

    En vérité, les paroles sont un poème du grand poète égyptien Ibrahim Nagi. Repris en chant d’amour par Oum Kalthoum sur une musique de Riad Al Sunbati.

    Le Raïs Gamel A. NASSER au lendemain de la cinglante défaite de 1967 lors la guerre des Six Jours, qui consacra une désillusion et un profond désenchantement par rapport au projet d’une nation panarabe. Nasser citera les vers de « Al-Atlal » pour annoncer la défaite militaire essuyée par l’Égypte.

    LES RUINES de Oum Kalthoum, voici une chanson que AFFI devra écouter désormais avant de se lancer dans des aventureux mots d’ordre de désobéissance active !

    L’Etat est un tout et les leaders politiques par delà leurs petites ambitions politiques, ne doivent pas perdre de vue que Al Qaida est à nos portes et toute fragilisation de notre système sécuritaire peut avoir des conséquences néfastes très durables. Mais surtout un impact social inimaginable.

    Voici pourquoi un Jean-Marie Michel Mokoko, ancien général et chef d’Etat Major congolais, homme politique congolais qui à incité la population à la désobéissance civile prendra le 11 mai 2018, 20 ans de prison pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État ». Saint Cyprien, de la même promotion que feu Mathias DOUE, avec une visibilité à l’international pour avoir occupé de très hautes fonctions dans des organisations régionales africaines, MOKOKO est presque tombé dans l’oubli depuis 2016.

    « Du sang, du labeur, des larmes et de la sueur » pour recevoir quoi en retour ?

    Le retrait d’une candidature validée par le Cœur Constitutionbelle ?
    L’avènement d’un inculte comme AFFI au poste de Premier Ministre ?
    Le retour aux affaires d’un champion de la gabegie comme Bedié ?
    Le retour d’un État idéalisé dans lequel on a manipulé la Constitution pour mettre Yacé au garage en faveur de la montée d’un Bedié ?
    Ou simplement une hypothétique transition politique, voie UNIQUE par laquelle certains se reverront dans une fonction ministérielle ?

    Afin que nul n’en ignore et que chacun prévienne à son niveau qui doit l’être !

Laisser un commentaire