Culture Côte-d’Ivoire: Décédé en mars, NST Cophie’s repose enfin au cimetière de Dimbokro

Lebanco.net

Depuis le vendredi 16 octobre 2020, Ernest Kouadio Koffi alias NST Cophie’s repose à jamais au cimetière municipal de Dimbokro. Il a été conduit à sa dernière demeure, dans un mausolée situé à l’arrière-plan du cimetière, par plusieurs parents, amis, connaissances et fanatiques, sur le coup de 14 heures 30 minutes. Avec en tête la veuve, tout de noire vêtue, tenue par ses sœurs.

Pris de colère, un homme, probablement un proche, s’est mis à crier en ces termes : « Ce n’est pas possible. On ne peut pas enterrer NST Cophie’s dans ces conditions. Quelqu’un qui a représenté dignement la Côte d’Ivoire dans le monde entier, ne peut pas être enterré dans ces conditions. C’est de la sorcellerie. Ce n’est pas normal ». Il s’éloigna après quoi.

Dans sa prière dite avant la mise en terre de l’artiste, le curé commis pour le service a indiqué que la Sainte Bible déclare que l’Homme est poussière et qu’il retournera à la poussière. Mais le plus important est que Dieu dit également qu’il a réservé des places a ceux qui croient en lui dans son royaume. Il a donc demandé au Créateur d’accorder une place à son fils Ernest Koffi. Le serviteur de Dieu a demandé au défunt, de là où il est, de veiller sur son épouse et leurs enfants

Avant l’ultime séparation, il y a eu la levée de corps au préau de Ivosep à Treichville. A cette occasion, le porte-parole de la famille a remercié sincèrement le Chef de l’Etat pour son implication dans l’organisation des funérailles du concepteur du genre musical dénommé : Zogoda Zoué qui signifie le miel, en la langue baoulé. Un rythme qui a fait danser plusieurs années durant les populations en Côte d’Ivoire et même dans le monde entier. Le porte-parole a souligné que le Président de la République s’est occupé des frais de conservation, depuis les Etats-Unis jusqu’ici, en passant par les frais annexes jusqu’à la construction du mausolée. En outre, il a remercié le ministre de l’Economie et des finances, ainsi que tous les membres du gouvernement originaires de Dimbokro pour leur contribution.


On notait à la levée de corps la présence du directeur de cabinet de la ministre de la Culture et de la Francophonie, ainsi que certains de ses proches collaborateurs. Il y avait également Tirbuce Koffi, le chateur Meiway et autres hommes du monde de la culture ivoirienne. Deux points forts ont rythmé ce moment. A savoir l’interprétation de deux morceaux de l’artiste, moment pendant lequel, les âmes les plus sensibles n’ont pu s’empêcher de couler des larmes. Il y a également eu le moment où le cercueil de couleur blanche, a été placé dans le corbillard. A cet instant, l’émotion était à son comble, marquée par des pleurs et des cris. Né le 11 novembre 1955 a Dimbokro, NST Cophie’s a tiré sa révérence le 8 mars 2020 aux Etats-Unis d’Amérique. Il était âgé de 65 ans.

Jeremy Junior
(Envoyé spécial)

Le mausolée de NST Cophie’s au fond du cimetière de Dimbokro

Le concepteur du Zogoda Zoué repose au cimetière municipal de Dimbokro, sa ville natale. Précisément dans un mausolée, bâtit au fond du cimetière. Contrairement à ceux des artistes de sa trempe. Dont la sépulture est généralement construite en bordure, sinon à l’entrée du cimetière. Permettant à la population de se souvenir de leur passage sur terre. C’est le cas des mausolées de Douk saga, DJ Arafat, construits à l’entrée du cimetière de Williamsville. On peut également citer celui de Lougah François, bâtit au rond-point situé à l’entrée de Lakota.

Alors, pourquoi donc le mausolée de NST Cophie’s a-t-il été placé au fond du cimetière de Dimbokro ?.

En outre, il nous été donné de constater que le tour que le corbillard devrait faire avant l’inhumation n’a pas été fait. De même, il est ressorti que les populations ne sont pas sorties nombreuses pour accompagner leur digne fils à sa dernière demeure.

Autant de remarques qui ne sont pas fortuites. Y avait-il une intention manifeste de boycotter les funérailles de l’illustre disparu ? Bien malin qui pourra répondre à ces questions. Les propos tenus par cet homme au cimetière porteraient à confirmer l’hypothèse d’un boycott. Toutefois nous ne pouvons le confirmer. Cependant, si tel a été le cas, le temps nous le dira.

J.Junior

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire