Côte-d’Ivoire: «Le Royaume Sanwi est-il devenu la succursale d’un parti?», inquiétudes d’un cadre Agni au Canada

Affaire ‘’des chefs renient Amon Tanoh’’ – Beaucoup d’interrogations après la sortie des têtes couronnées: Aka Aouélé fortement mis en cause «Rien ne justifie qu’un frère soit traité de manière déshonorante»

L’affaire fait grand bruit dans la région du Sud Comoé. Un groupe de chefs a jugé bon de prendre des sanctions contre l’ancien ministre Amon Tanoh Marcel, qui avait vertement attaqué le président Ouattara lors du meeting de l’opposition le 10 octobre dernier. Dans cette contribution, un cadre de la région réagit à ce scénario et réfute un mauvais coup qui porterait la griffe de l’actuel ministre de la santé Aka Aouélé.

« Il nous a été donné de voir une vidéo folklorique de chefs coutumiers se réclamant de la Communauté villageoise d’Eboué et du collectif des Chefs Cantons du Département d’Aboisso, Royaume du Sanwi, région du Sud-Comoé, statuant en premier et dernier ressort, constatant la déchéance morale, la déchéance coutumière, et l’exclusion territoriale pleine et entière de la Communauté de monsieur Marcel Amon Tanoh. Dans ledit communiqué, il est noté entre autres que monsieur Marcel Amon Tanoh a tenu des propos xénophobes incitant à la haine et à la guerre civile. La suite de la lecture nous donne les véritables raisons de ce cirque. Le ministre Marcel Amon Tanoh ne soutient pas monsieur Alassane Ouattara dans sa forfaiture de piétiner la constitution ivoirienne en briguant un troisième mandat. Un Agni digne et fier ne se renie pas. Il respecte les valeurs humaines. M. Marcel Amon Tanoh a donc décidé librement et sans contrainte de le quitter. Ce volte-face de celui qui est considéré comme un compagnon de longue date n’est pas du goût des sbires de monsieur Alassane Ouattara. D’où ce grossier montage qui a pour unique but d’intimider toute personne qui ramerait à contre-courant du RHDP.

Le Royaume du Sanwi est-il devenu une succursale du RHDP ? La véritable déchéance morale n’est-elle pas celle que nous présentent ces personnages qui ont dénaturé la royauté Agni en allant jusqu’à lire un communiqué pour renier un fils parce qu’il a décidé d’aller contre Alassane Ouattara ? Etait-il nécessaire de déplacer ces « guignols »à Abidjan quand on sait que le royaume Sanwi se trouve à Krindjabo, si tel est que ces personnages ont la caution du Royaume pour agir en son nom ? Le siège du Sanwi ne se situe pas à Abidjan. Ces « chefs coutumiers » manipulés et manipulables à souhait, non représentatifs de la chefferie Agni (rien qu’à la lecture de la liste jointe, l’on est en mesure de le détecter) jettent l’opprobre sur tout un peuple. L’on est sûr que c’est à la lecture du communiqué que certains se sont rendu compte de ce qu’il en était réellement et du rôle peu honorant qu’ils jouaient.


Le ministre Marcel Amon Tanoh s’est exprimé au cours du meeting de l’opposition du samedi 10 octobre 2020 au stade Houphouët-Boigny en son nom propre et non au nom du peuple Sanwi, encore moins au nom de la population d’Eboué. Qu’il soit reconnaissant à monsieur Alassane Ouattara ou pas n’engage que monsieur Marcel Amon Tanoh. Pour des pécules des personnes sont prêtes à vilipender leur frère quitte à le renier. Cet acte vu nulle part ailleurs est le fait du sieur Aka Aouélé. En effet, le Président du Conseil Régional du Sud-Comoé et Coordinateur Régional de campagne RHDP Sud-Comoé est l’instigateur de cette bouffonnerie parce qu’il veut plaire au roi. Les faits se déroulent à la salle Félix Houphouët-Boigny de l’hôtel du district d’Abidjan, le jeudi 15 octobre 2020. Convoyés depuis Aboisso pour assister à l’investiture du comité de campagne RHDP dirigé par le ministre AKA Aouélé, ils seront ensuite transportés à un autre endroit où ils étaient attendus devant des caméras pour lire cette déclaration produite à leur insu.

Le peuple DIGNE du Sanwi reste toujours DIGNE et serein face à cette énième manipulation, cette mascarade grotesque et ne saurait s’associer à un tel acte. Rien ne justifie qu’un frère soit traité de manière déshonorante à cause de ses idées politiques. Arrêtons de politiser nos chefs coutumiers.

« Oser après trente (30) ans d’abus des bienfaits du Président de la République Alassane Ouattara, à qui il doit quasiment sa carrière, sa notoriété et le seul titre de ministre qu’il a eu à exercer; oser sous-entendre après deux (02) mandats à la tête de notre pays avec un bilan positif et visible de tous; oser penser après tout ce que le pays a traversé après la triste parenthèse de l’ivoirité que notre Président de la République pour qui il a travaillé durant les deux mandats, par magie et par amnésie d’un homme perdu, est redevenu étranger. Oser le penser relève de l’ivresse. Oser le dire en public relève de la pure folie». Si l’on comprend bien, ils traitent le ministre Marcel Amon Tanoh d’ingrat ; or à bien y réfléchir, on peut se demander qui a profité de l’autre ? En parlant d’ingratitude, que dire alors des anciens militants du PDCI-RDA aujourd’hui militants du RHDP qui crachent leur venin en permanence sur l’ancien parti ? Finalement l’ingratitude est la chose la mieux partagée au sein du RHDP.

Pour conclure, on pourra paraphraser la dernière phrase qui est ainsi libellée « La présente décision est faite pour servir et valoir ce que de droit avec effet immédiat afin de mettre fin au libertinage d’expression mettant en péril la nation pour des intérêts personnels de recherche perpétuelle de poste au sein de l’Etat » : À qui celle-ci s’adresse-t-elle ? À celui qui a démissionné du gouvernement parce qu’il n’y retrouve plus les valeurs auxquelles il est attaché ou bien à celui qui veut à tout prix y rester car obnubilé par son envie de demeurer ministre en sacrifiant même son honneur ?

Comme le dit ce proverbe Agni « même si tu ne t’entends pas avec ton frère, tu ne peux pas le remplacer par un étranger. »

Aka Lambert Ottokra

Un cadre du Sanwi

blank

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire