Crise pré-électorale Côte-d’Ivoire: Les confidences d’Essy Amara « j’avais vu venir ça depuis ma candidature en 2015… »

Crises à répétition – « Quand il n’y a pas de solution humaine il y a une solution divine » (Essy Amara)

* Ce que l’ancien ministre a confié à Ldci de Prao

L’ancien ministre de Félix Houphouët-Boigny, Essy Amara a reçu dimanche dernier à son domicile, une délégation du mouvement politique « Les Démocrates de Côte d’ivoire » (Ldci) dirigé par le professeur d’économie Séraphin Prao.

Ldci est allé solliciter l’ancien diplomate ivoirien afin qu’il intervienne dans le sens de la conciliation des positions entre pouvoir et opposition dans ce contexte de tension. Si Prao et ses camardes n’ont pas eu gain de cause, ils ont néanmoins bénéficié des conseils avisés de Essy Amara tirés de sa longue expérience administrative et politique.

Pendant plus d’une heure et demie l’ancien collaborateur d’Houphouet a fait une sorte de radioscopie de la Côte d’ivoire exprimant ses espoirs et désespoirs.

Pour Essy Amara, Houphouët qui a jeté les bases de la nation et de l’unité de ses fils reste un modèle de référence qui devait inspirer les gouvernants actuels. Il s’est désolé de ce que, en dépit de l’houphouetisme revendiqué par certains, le dialogue, l’une des valeurs sûres de cette philosophie politique piétine encore. Ce qui doit primer selon lui, c’est l’édification d’une nation solide.


Il s’est longuement étendu sur la construction de la paix qui selon lui nécessite beaucoup de sacrifices. « Si j’ai été candidat en 2015 c’est parce que j’avais vu venir la situation actuelle« , a confié Essy Amara à ses hôtes du jour. Il soutient qu’il sera difficile de bâtir la paix dans une Côte d’ivoire désacralisée et où l’on parle beaucoup de paix mais peu d’actes sont posés et un pays où l’on célèbre les anti-modèles, le tout guidé par l’adage anglais « make money in short time ». Gagner de l’argentin un laps de temps. C’est pour cette raison il estime que pour que ce pays s’en sorte, il faut commencer par sanctionner les actes de mauvaise gouvernance.

Dans l’impasse actuelle, l’ancien ministre passé par l’Oua (Organisation de l’unité africaine, actuelle Ua) a indiqué que la solution passe par le dialogue. Mais malheureusement constate-t-il personne n’écoute personne. D’où sa conviction que la solution viendra de dieu. « Quand il n’y a pas de solution humaine, il y a une solution divine », dira-t-il en guise de conclusion et au terme d’un long exposé riche en enseignements.

Dans son plaidoyer pour une solution aux crises récurrentes qui minent le pays, Pr. Prao a exprimé des inquiétudes. « Nous avons peur pour l’avenir de la Côte d’ivoire « , a dit le président de Ldci. Pour Pr. Prao, même si le calendrier électoral reste serré, il y a encore de la place pour le dialogue mais un dialogue franc et sincère à même de débarrasser la Côte d’ivoire de cette malédiction de la violence depuis ces 30 dernières années. Il est reparti avec le sentiment d’avoir accompli un pas vers la recherche de la paix et son mouvement entend multiplier ces contacts de haut niveau.

SD à Abidjan

blank

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire