Côte-d’Ivoire: Pour le maire Arsène Yemonli Gah, « Ouattara sera massivement voté à Bangolo »

Propos reccuillis par Réalisée par Emmanuel de Kouassi ppour Connectionivoirienne.net

Arsène Yemonli Gah, Maire de la commune de Bangolo dans cette interview annonce que le candidat du rhdp sera gagnant dans sa commune en vue du développement de cette commune.

Connectionivoirienne.net: Dans quelle ambiance se déroule la campagne dans votre commune?

Arsène Yemonli Gah: À Bangolo, nous faisons la campagne à l’image de la campagne nationale au sein du rhdp. Nous privilégions le porte-à-porte selon le mot d’ordre de la hiérarchie qui a recommandé une campagne de proximité. Il s’agit de convaincre quelques sceptiques sur les projets du candidat du rhdp.

Parliez vous de convaincre les sceptiques, votre ville est la plus connue pour ses  prises de position contre votre candidat, n’avez vous pas d’appréhension à propos?

Soyons réalistes et que tout le monde comprenne que ce qui s’est passé ici à Bangolo a eu certes  un impact négatif sur la ville de Bangolo et les élus que nous sommes,  mais toute proportion gardée, il y a des endroits ou les manifestations sont encore plus violentes avec mort d’hommes. Ici nous avons condamné les actes de vandalisme posés par nos jeunes. Nous avons eu des rencontres avec eux en présence de tous les cadres et de la chefferie traditionnelle. Nos jeunes se sont mis à genou pour demander pardon et nous même avons pris le devant pour demander pardon au gouvernement. Et depuis cette date, il n’y a plus eu un petit bruit ici à Bangolo.
Ce qu’il faut retenir, nous avons une société beaucoup plus jeune qui a besoin d’être de l’encadrement des cadres et d’insertion dans le tissu social et professionnel. Vu les actions que nous menées auprès d’eux et que nous continuons de mener, je suis convaincu que les élections vont se faire dans le calme à Bangolo et il est sûr que le président Alassane Ouattara sera massivement voté. Je peux vous en donner l’assurance. Nous sommes en train de nous atteler à convaincre le maximum.

Qu’est que votre parti promet pour le développement de Bangolo après le 31 octobre?


Le département de Bangolo est un département très enclavé en matière de développement. Nos écoles, nos centres de santé, nos routes, l’emploi des jeunes et l’électrification de nos villages. Et lors de plusieurs rencontres avec notre hiérarchie, nous avons fait savoir nos besoins au gouvernement. Lors de la dernière visite du premier ministre, feu Amadou Gon Coulibaly, j’ai eu le privilège de parler au nom du département de Bangolo et au nom des cadres pour égrainer les problèmes de notre département. À la suite de cette rencontre, plusieurs projets ont été lancés dans toute la région. Partant de ce fait, nous sommes convaincus que président Alassane Ouattara va se pencher sur le reste de nos requêtes après son élection. Moi si j’ai adhéré au rhdp, c’est parce que je veux le développement de Bangolo, parce que j’ai été élu sans la couverture d’aucun parti. Donc je suis du côté de la population. Elle est sensible au développement et pour qu’un candidat s’impose à Bangolo, il doit travailler au développement de Bangolo. Et j’en suis convaincu que le président Alassane Ouattara a entendu le cri de cœur de nos populations.

Votre mot de fin.

Je lance un appel à toute la population ivoirienne. Nous n’avons qu’un seul pays que nous avons le devoir de préserver. Sachons raison gardée dans nos actes. Ne détruisons pas le peu que nous avons déjà acquis. En ce qui concerne ma région, mon département et ma commune, je souhaite que tous les partis ici à Bangolo adoptent un comportement citoyen, fraternel et constructif. Nous avons un  intérêt commun qui est le développement de Bangolo. Œuvrons à cet effet. Ce qui ce fait ailleurs est plus violent que ce qui se passe ici à Bangolo. Mais c’est le nom de Bangolo qui reste négativement cité. Mais faisons en sorte que Bangolo demeure une ville de paix dans ces temps très fragiles, faisons l’exception de la non-violence. Ce n’est pas dans la violence que nous allons nous faire entendre. C’est dans le dialogue que la paix sera une réalité dans notre pays. Que les élections du 31 octobre soient paisibles et que la Côte d’Ivoire retrouve sa quiétude.

blank

Author: La Rédaction