Soutien de l’Udcy à Ouattara: Des militants se révoltent contre Anicet Gnanzi

« Il ne porte plus nos aspirations » (Emile Aléba, meneur)

Depuis quelques temps, le parti de feu Mel Eg Théodore, l’Union démocratique et citoyenne (Udcy) est traversé par la brouille et les tractations menées dans l’ombre, loin des médias, n’ont pu aboutir à un compromis entre l’actuelle direction conduite par Anicet Gnanzi Guéla et un groupe de cadres et militants. Au grand Jour, ceux qui dénoncent l’attitude de M. Gnanzi se sont alors dévoilés au cours d’une conférence de presse à Yopougon, mardi 27 octobre 2020.

Amenés par Serge Emile Aléba, actuel secrétaire national chargé du budget et du patrimoine, ces militants ont déclaré ne plus se reconnaître dans la ligne adoptée par Anicet Gnanzi lequel aurait sans consultation préalable adhéré aux idéaux du Rhdp et devenu de ce fait un soutien inconditionnel du 3e mandat d’Alassane Ouattara.

Dans une interview diffusée le 22 juillet par connectionivoirienne.net, M. Gnanzi faisait valoir à juste titre ceci : « Le président Ouattara a proposé passer la main à une nouvelle génération mais le sort en a décidé autrement avec le décès subit d’Amadou Gon Coulibaly, candidat déclaré du Rhdp. Ainsi donc, à son corps défendant, il est obligé de reconsidérer cette promesse. Car nulle autre personne que lui, dans la situation actuelle, ne peut mieux porter les couleurs du Rhdp pour les prochaines élections ». Il avait ajouté que l’Udcy, son parti, serait partie prenante de cette 3e candidature du président sortant. Il avait promis au cours de cette même interview, une convention qui devait se prononcer sur cette question. Jamais cette convention prévue à Jacqueville n’a pu se tenir à ce jour.


Pour Serge Aléba et ses camarades, un tel positionnement est aux antipodes de la ligne tracée par le président fondateur Mel Théodore qui aurait choisi de se ranger, dans les circonstances actuelles, du côté des défenseurs de la constitution, du côté des citoyens qu’on brime. « Les militants ont retiré leur confiance en leur président Anicet Gnanzi. Ils ne le reconnaissent plus comme président. En restant silencieux face aux dérapages actuels, il a démontré qu’il ne portait plus nos aspirations. (…) Au mépris de nos textes, il a décidé d’engager le parti dans une aventure contraire aux aspirations de la majorité. Il est resté sourd aux cris de détresse de ceux qui sont victimes des dérapages à Dabou, à Bongouanou… Nous voulons réaffirmer l’engagement de l’Udcy à œuvrer auprès des forces du progrès », a contre-attaquer Emile Aléba, lequel affirme que ce qui est en cours n’est ni une dissidence, ni la formation d’un mouvement ou d’un courant au sein de l’Udcy mais une œuvre de restauration du parti. « Nous sommes l’Udcy ! C’est l’Udcy qui a décidé d’écarter ceux qui ont trahi les aspirations pour continuer sa marche », a-t-il précisé. M. Aléba qui avait à ses côtés, Eric Zadi secrétaire national à la promotion des cadres donne rendez-vous à tous les militants dans les jours à venir afin de booster ce combat et inscrire l’Udcy dans la ligne politique qu’elle n’aurait jamais dû abandonner. Celle de la dignité, de la lutte pour l’instauration d’une vraie démocratie, selon lui.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire