Côte-d’Ivoire: Isolée diplomatiquement, Simone Gbagbo « rêve » d’un « gouvernement de transition » de l’opposition

Simone Gbagbo appelle l’opposition à « mettre en place un gouvernement de transition »

Anselme BLAGNON

L’ex-Première dame ivoirienne Simone Gbagbo, a appelé samedi l’opposition qui a décidé de boycotter la présidentielle pour contester la candidature à un troisième mandat du président sortant Alassane Ouattara, à « mettre en place un gouvernement de transition », évoquant une « vacance de pouvoir » car « il n’y a pas eu élection », dans une déclaration.

« Ce jour 31 octobre 2020, il n’y a pas eu élection en Côte d’Ivoire. Notre pays se retrouve, ce soir donc, dans une situation de vacances du pouvoir présidentiel », a dit Mme Gbagbo, estimant qu’ »il est temps que toute la société ivoirienne, plus particulièrement l’opposition politique, la société civile et les patriotes se donnent les moyens de mettre en place un gouvernement de transition. »

Selon l’ex-Première dame, par ailleurs 2? vice-présidente du Front populaire ivoirien (FPI pro Gbagbo), « ce gouvernement aura pour missions principales de jeter les bases d’une vraie réconciliation nationale et de créer, dans les meilleurs délais, les conditions d’une élection présidentielle, démocratique et apaisée. »

Samedi, plus de sept millions d’électeurs étaient appelés aux urnes samedi pour élire le nouveau président, entre M. Ouattara et le candidat indépendant Kouadio Konan Bertin dit KKB, l’ancien président Henri Konan Bédié et l’ex-Premier ministre Affi N’Guessan, ayant appelé au boycott actif du scrutin.

Au cours de la journée, quelques incidents, jugés « minimes » par la Commission électorale indépendante (CEI) ont été enregistrés dans des communes d’Abidjan et plusieurs localités de l’intérieur du pays.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

ELECTION PRESIDENTIELLE 2020: MADAME SIMONE EHIVET RELEVE L’URGENCE DE LA MISE EN PLACE D’UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION

Mes chers compatriotes


Ce samedi 31 octobre 2020, devrait se tenir l’élection du président de la République de la Côte d’Ivoire.
Face à l’entêtement du Chef de l’État sortant, M. Alassane Dramane Ouattara, de briguer un troisième mandat anticonstitutionnel, l’opposition a lancé depuis le 20 septembre 2020, un mot d’ordre de désobéissance civile, pour faire barrage au viol de la constitution, notre loi fondamentale.
Ce mot d’ordre a été fidèlement suivi sur toute l’étendue du territoire national.
C’est le lieu de remercier le peuple de Côte d’Ivoire qui a fait preuve de bravoure et de patriotisme. C’est aussi le lieu de présenter ma compassion à toutes les familles endeuillées et mes vœux de prompt rétablissement aux blessés.
Chers compatriotes,
Ce jour 31 octobre 2020, il n’y a pas eu élection en Côte d’Ivoire. Notre pays se retrouve ce soir donc, dans une situation de vacance du pouvoir présidentiel.
Il est temps que toute la société ivoirienne, plus particulièrement l’opposition politique, la société civile et les patriotes qui se soucient de l’avenir de notre pays, se donnent les moyens de mettre en place un gouvernement de transition.
Ce gouvernement aura pour missions principales, de jeter les bases d’une vraie réconciliation nationale et de créer, dans les meilleurs délais, les conditions d’une élection présidentielle, démocratique et apaisée.
La Côte d’Ivoire doit se remettre sans tarder sur les rails de la vraie démocratie, pour un développement harmonieux et dans la paix.

Que Dieu bénisse la Cote d’ivoire,
Je vous remercie
Simone EHIVET GBAGBO

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Côte-d’Ivoire: Isolée diplomatiquement, Simone Gbagbo « rêve » d’un « gouvernement de transition » de l’opposition

  1. ==== LES MOYENS DE SA POLITIQUE =====

    « Ce jour 31 octobre 2020, il n’y a pas eu élection en Côte d’Ivoire. Notre pays se retrouve ce soir donc, dans une situation de vacance du pouvoir présidentiel…. »

    Avec tout le respect qu’on devrait lui témoigner on ne peut s’étonner par tant de méprises de celle qui devrait incarner une image d’une ancienne première dame.

    Méprise mais aussi manque de lucidité !

    L’élection ivoirienne a été supervisée par toutes les organisations internationales de premier plan. Sans elles l’opposition ivoiriennes avec toutes ses limites organisationnelles et humaines, va toujours patauger dans le « surplace ».

    La Constitution est censée être le texte qui gouverne la République. Elle a servi de base à la validation des candidatures pour l’élection de 2020. L’opposition bien au fait des textes et des organes de gouvernance existants a participé à cette étape qui a conduit à la liste de 4 candidats. Dont AUCUN n’a osé DÉSISTÉ ay scrutin du 31 octobre 2020. Et cela à l’étonnement d’ailleurs desdites organisations internationales qu’on sollicitait par ailleurs comme arbitre pour une négociation avec le pouvoir. Leur fin de non recevoir vaut ce qu’elle vaut !

    La vacance du pouvoir présidentiel elle même est gouvernée par la même constitution. Donc par des textes qui en définissent les conditions ?

    Dans quelle posture ce discours s’inscrit ? Tout leader d’opinion peut il se lancer dans un appel de ce genre sans s’exposer à la rigueur de la loi ?

    Devons nous subir l’inconséquence de tous ces retraités de l’administration qui ont leur vie active derrière eux pour briser l’avenir des enfants ?

    En cette période de rentrée scolaire et universitaire, devons nous tolérer ce discours de la part d’anciens enseignants qui ont eu tout de l’éducation nationale ?

    L’appel à l’insurrection est il la seule offre politique crédible quand Gbagbo appelle à des négociations ?

    ===== LES SCENARII POSSIBLES EN AVRIL 2011 ====

    Au 11 avril 2011, un monde s’est effondré pour certains.

    Quels étaient les scénarii possibles ?

    SCENARIO 1 : LA TABLE RASE ET CHAOS GÉNÉRAL

    C’est le chaos possible qui nous attendait. Un scénario à la liberienne ou une somalisation du pays. Chaque faction du camp des vainqueurs récupère un morceau du pays et le pouvoir central inexistant se contente alors de ce qui lui revient à Abidjan. En 2020 les anciens politiciens Bedié Ouattara Gbagbo qui ont été évincés dans chaque camp vivent en exil doré ou ont été passés par les armes par de nouveaux acteurs…

    SCENARIO 2 : SITUATION MAL MAÎTRISÉE ET CYCLE DE MASSACRES

    Le pouvoir ne réussit pas à faire face aux attaques des hommes des hommes de l’ex pouvoir qui se sont repliés sur SAN PEDRO et qui bénéficient de l’appui d’une base arrière au Libéria voisin. Cette instabilité conduit à des massacres récurrents de populations et la communauté internationale vit avec. En 2020 de nouveaux accords de cessez le feu de Lagos IV sont en cours de négociation.

    SCENARIO 3 : SITUATION MAÎTRISÉE DIFFICILEMENT EN 7 ANS

    Petit à petit de 2011 à 2017 l’accalmie revient. Mais l’environnement délétère a fait fuir beaucoup d’investissements. Après de multiples retournements de situations, une relative accalmie survient. Le nouveau gouvernement negocie un nouveau retour de la BAD prévue pour 2022 si tout va bien… En 2018 on prépare le budget pour réaliser un troisième pont à Abidjan. Le Pont dit « PONT de LA RÉUNIFICATION ». Avec les batailles, le port de San Pedro à été détruit. Les chinois se proposent de reprendre tous les travaux et l’exploitation pour 30 ans à partir de 2021.

    SCENARIO IV : DEUX MIRACLES POUR LE PRIX D’UN SEUL !

    Plus que le miracle économique lui même qui survient à partir de 2012, il y a la paix intérieure et la maîtrise des troupes combattantes par le pouvoir qui réussit à apaiser ses hommes et à éviter un chaos humain.

    Le pays connaît une embellie économique extraordinaire. Des infrastructures nouvelles ont été réalisées dans toutes les régions. Le pays a retrouvé le dynamisme de fin 1980.

    En 2020 l’opposition qui a été épargnée par des massacres qui ont été évité en 2011, invite la population à une insurrection populaire….

    Nous voici tels qu’en nous mêmes !

Laisser un commentaire