L’opposition en Côte-d’Ivoire ne veut pas reconnaître la présidentielle qu’elle a boycottée

Info brève

Fin du point presse de l’opposition ce dimanche 1er novembre en Côte-d’Ivoire. La plateforme de l’opposition affirme ne pas reconnaître l’élection du 31 octobre qui annonce une large victoire du chef de l’État sortant Alassane Ouattara.

Les opposants annoncent «dès cet instant» l’ouverture d’une transition civile, qu’elle décrète de façon unilatérale.

La plateforme, contrairement à la rumeur n’a pas donné la composition d’un gouvernement de transition qui serait dirigé par Tidiane Thiam.

Plus d’infos suivront.

L’opposition évoque un « taux de participation de moins de 10% »

Edwige FIENDE

L’opposition ivoirienne qui conteste la candidature à un troisième mandat de l’actuel président Alassane Ouattara a évoqué dimanche un « taux de participation de moins de 10% » à l’élection du 31 octobre.

« Le scrutin a été entaché de nombreuses irrégularités notamment la suppression irrégulière de nombreux lieux de vote », a affirmé le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’guessan, au nom de l’opposition, relevant un « taux de participation de moins de 10% », dans une déclaration.


Selon M. Affi, « au moins une trentaine de personnes » ont été tuées, « soit au total près de 110 morts depuis l’annonce de la candidature » de M. Ouattara.

« Les partis et groupements de l’opposition ne reconnaissent pas l’élection, constatent la fin du mandat » d’Alassane Ouattara et « appellent à une transition civile », a-t-il ajouté face à la presse, à la résidence de Henri Konan Bédié, leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

Ces partis ont dénoncé « le simulacre d’élection présidentielle organisée dans un climat d’insécurité généralisé » et souhaité « la mobilisation générale des Ivoiriens pour faire barrage à la dictature et la forfaiture » de M. Ouattara.

Samedi, plus de sept millions d’électeurs étaient appelés aux urnes pour élire le nouveau président, entre M. Ouattara et le candidat indépendant Kouadio Konan Bertin dit KKB, MM.Bédié et Affi, ayant appelé au boycott actif du scrutin.

Des incidents jugés « minimes » par la Commission électorale indépendante (CEI) ont été enregistrés dans des communes d’Abidjan et localités de l’intérieur du pays, lors de l’élection.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction