Pour KKS la Côte-d’Ivoire a besoin d’une nouvelle constitution, sa lettre ouverte au Chef de l’État

Lettre ouverte au Président Alassane Ouattara

Monsieur le Président,

Aujourd’hui, 21 novembre 2020, sera porté en terre, en même temps que plusieurs autres de nos compatriotes tombés, le jeune Toussaint KOFFI, vous savez, le jeune décapité dont la tête a servi de ballon de football.

En méditant sur les causes et les raisons d’une telle barbarie, mais surtout en réfléchissant aux réponses immédiates pour une catharsis nationale, j’ai réécouté avec la plus grande attention votre allocution du 17 novembre 2020 devant les instances de votre parti. En ma qualité de Neutre Réconciliateur, j’en ai scruté avec intérêt le moindre mot. Je veux saluer la réaffirmation de vos bonnes dispositions au dialogue et votre volonté de rétablir la confiance entre toutes les filles et tous les fils de la Côte d’Ivoire. Toutefois, et cela ne m’a pas échappé, j’ai bien noté que l’air triomphateur du discours n’a pu cacher votre amertume et vos profonds regrets ‘’au regard de la gravité de ce qui s’est passé.’’ Sous cette formule fourre-tout, vous avez surement voulu, par pudeur, éviter de raviver l’onde traumatique déjà si insupportable des circonstances épouvantables du massacre de nos compatriotes, ‘’Quatre-vingt-sept (87)’’avez-vous dit. Tous massacrés au feu, à l’arme blanche et l’arme de guerre, auxquels il faut ajouter de nombreux mutilés et des milliers de blessés, de déplacés et de réfugiés. D’où votre cri de ‘’cœur’’ : ‘’Je suis révolté’’.

Monsieur le Président,
Cet élan de compassion et d’humanisme que je veux croire sincère est tout à votre honneur et je le verrais bien volontiers comme un exaucement de mes prières de tous les jours à Dieu de ramener chaque homme et chaque femme de ce pays à plus d’amour et d’humanité. Permettez-moi cependant, avec tout le respect que je vous dois, d’exprimer à mon tour, une saine révolte devant votre révolte.

En effet, Monsieur le Président, vous ne pouvez affirmer, sans mettre en cause votre bonne foi, que vous ignoriez les conséquences de votre décision obstinée de maintenir le scrutin présidentiel au 31 octobre 2020 et ce, malgré les multiples avertissements, les mises-en garde insistantes et les révélations détaillées mises à votre disposition. Non Monsieur le Président, sauf oubli de votre part, ce qui est humain, ou mauvais fonctionnement de vos services, vous ne pouvez être surpris au point d’en être révolté par ce qui se passe aujourd’hui car les enchainements des évènements que nous vivons depuis ces derniers mois sont en tout point de vue conformes aux informations que j’ai confiées, à votre demande et à votre intention, en juillet 2018, à votre Ministre des affaires politiques d’alors.

Soyons honnête, Monsieur le Président, soit vous avez été incrédule et c’est un grave péché, soit vous avez fait preuve de négligence ou de mépris, et c’est irresponsable, ou vous avez agi en toute connaissance de cause et c’est cynique, Ce que je n’ose pas croire.

Monsieur le Président, permettez-moi d’émettre quelques réserves sur la sincérité de vos regrets et de votre révolte et ce, d’autant que tout le long de votre allocution, vous n’avez fait preuve de la moindre contrition sur votre propre responsabilité entant que Chef de l’Etat au moment des faits. Bien au contraire, comme toujours sous le régime des plus forts, alors même que vous n’avez eu assez de mots forts pour les ‘’féliciter pour avoir bravé et vaincu les actes de violences, les intimidations et les menaces de toutes natures” vous ne voyez curieusement de victimes que de votre côté et, bien entendu, les coupables de l’autre. D’où vos exhortations au pardon à vos partisans et la promesse du bâton pour les autres. Et pourtant, il est de notoriété publique car largement documenté, que la réalité est tout autre. Vouloir passer par perte et profit, une tragédie aussi grave en tentant de la reléguer au rang d’une banale parenthèse à vite refermer, est au mieux, une grave méprise de la réalité profonde.

Un regret sincère et une révolte sincère d’un patriote auraient conduit à dire, PLUS JAMAIS ÇA ! et à envisager toutes les dispositions et toutes les voies pour qu’il en soit ainsi. Or en excluant d’office la transition à laquelle vous en appeliez pourtant vous-même dans des conditions bien moins calamiteuses en 2000, vous fermez en réalité la porte à la seule voie appropriée et efficace pour atteindre cet objectif. Heureusement, et c’est l’objet de cette missive, vous avez bien voulu autoriser aux rêveurs de rêver. ‘’ ceux qui passent leur temps à parler de transition peuvent continuer de rêver, il n’y aura pas de transition en côte d’ivoire’’ avez-vous tranché. Merci Monsieur le Président de nous laisser au moins le loisir de rêver car la vie s’arrête là où il n’y a plus de rêve. Merci de me permettre de continuer de rêver et donc de vivre. Merci de me permettre de continuer de rêver à cette TRANSITION, non pas à celle que vous redoutez tant, celle qui s’impose par les armes, mais celle dont je fais la promotion depuis bientôt deux décennies et que j’ai baptisée : ‘’TRANSITION DEMOCRATIQUE, CONSENSUELLE ET INCLUSIVE’’. Cette TRANSITION CONSENSUELLE qui consiste à nous asseoir tous, Ivoiriens du Nord, du Sud, de l’Est, de l’Ouest et du Centre, du PDCI, du FPI, du RDR… de la société civile, en somme toutes les forces vives de la Nation, pour nous parler, pour nous pardonner, pour nous réconcilier et bâtir un nouveau Consensus National pour la poursuite dans la paix, l’amour et la fraternité, de la marche glorieuse de notre pays vers le développement et le bien-être social de nos concitoyens.


Voilà la TRANSITION dont j’ai toujours rêvé, voilà la TRANSITION dont je continue de rêver, avec votre permission Monsieur le Président. C’est cette TRANSITION que nous décidons librement et consensuellement et non aucune autre, que je vous ai toujours suggérée, à vous et à toute la classe politique. C’est cette TRANSITION DEMOCRATIQUE, CONSENSUELLE ET INCLUSIVE que je propose aujourd’hui encore comme la seule voie divine vers la ré-légitimation de nos institutions et la restauration de la confiance et de la paix en Côte d’Ivoire, car la vérité que ne manque surement pas de vous rappeler sans cesse votre conscience, est que le scrutin du 31 octobre, ainsi que l’attestent les rapports de tous les observateurs indépendants, n’a pu réunir les conditions minimales et notamment environnementales et sécuritaires d’une élection démocratique à suffrage universel et participatif, et que de ce fait, il n’a pu avoir ni la nature, ni la réputation de conférer ni la légalité ni la légitimité à un quelconque conçurent. Vous comprendrez alors, Monsieur le Président, que comme vous en 2000 à propos de l’élection de votre prédécesseur, les Ivoiriens soient en droit de contester votre légitimité.

Réfléchissez-y Monsieur le Président et souvenez-vous que notre ego, ce tyran qui se prend pour le Dieu omnipotent et omniscient en nous, peut nous emmener souvent à des certitudes et à de l’arrogance qui peuvent s’avérer en fin de compte trompeuses. La tragédie nationale que vous déplorez vous-même aujourd’hui, alors que vous promettiez au peuple, la main sur le cœur, que les élections seraient des plus pacifiques, en est une éloquente preuve.

Réfléchissez-y, Monsieur le Président.
En aurez-vous la volonté ? En avez-vous la vocation ? la capacité ?
Je sais une chose, que nous le voulions ou pas, avec nous ou sans nous, c’est la voie de Dieu et Dieu se donnera les moyens de l’imposer. Elle s’imposera car nos 87 compatriotes n’ont pas donné leurs vies en sacrifice pour des strapontins. Non ! Monsieur le Président, nos compatriotes n’ont pas donné leur vie pour quelques mesurettes et arrangements à huit-clos entre quelques privilégiés fussent-ils de respectables fils de la nation et anciens Présidents de la République. Nos compatriotes de tout bord (vos partisans comme ceux de l’opposition) ont fait le sacrifice de leur vie pour que plus jamais une élection ne se transforme en guerre civile et en tragédie nationale en Côte d’Ivoire. Le jeune Toussaint KOFFI a offert sa tête pour que plus jamais, une constitution ne soit à interprétations diverses et variables selon les jours et les bords, pour embraser la Côte d’Ivoire. Le peuple a l’obligation et le devoir sacrés de donner droit à ce cri du sang de nos sacrifiés de Bonoua, de Divo, de Bangolo, de Daoukro, de Dabou, de Toumodi, de Téhiri, de M’batto, de Bongouanou, d’Aféri, de Sikensi, de Elibou, etc..

Cela doit se faire dans le cadre d’un dialogue national avec toutes les forces vives de la Nation et aboutir à un nouveau contrat social, une nouvelle constitution avec des règles claires et sans équivoques qui mettent un terme définitif à ces trente années de larmes et de sang.

Monsieur le Président, cette lettre est déjà longue, nous ne pourrons pas tout y dire, le temps nous manquera car il est midi et nous devons observer une minute en la mémoire de tous nos compatriotes tombés et dont certains, comme le jeune Toussaint KOFFI, sont portés en terre en ce moment même.

Yako à vous et à tous et surtout, merci de m’avoir permis de rêver.

Dieu bénisse la Côte d’Ivoire
Respectueusement,

KONAN Kouadio Siméon (KKS)

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire