Côte-d’Ivoire: Très âgé, lent, déconnecté et dépassé par les réalités d’aujourd’hui, Bédié a perdu son dernier combat politique

DAVID CONTRE GOLIATH. Bédié (photo) n’a pu mener à son terme le « dernier combat politique » de sa vie pour prendre le pouvoir en 2010. Les circonstances de la vie lui donnent l’opportunité de le livrer au bénéfice de la stabilité du pays, en 2020.
Mais il évolue sur un terrain glissant. Et doit lâcher du lest, au sein de l’Opposition qu’il dirige, pour éviter l’explosion en plein vol. Ainsi, la « vacance du pouvoir présidentiel » n’est plus à l’ordre du jour et le Conseil national de transition (CNT) paraît mort-né.

De plus, si le mot d’ordre de désobéissance civile n’est pas levé, les manifestations, de plus en plus aléatoires, apparaissent comme des tempêtes dans un verre d’eau.

C’est David contre Goliath. Car, en face, le Pouvoir, avec ses gros sabots, maintient la ligne dure qu’il a adoptée depuis son installation en 2011: la répression avec une justice à double vitesse. De nouveaux détenus et exilés sont alors venus grossir les rangs de ceux de la crise post-électorale (2010-2011), pour davantage isoler Bédié et affaiblir une Opposition décapitée.
Et Alassane Ouattara, après des moments de doute, est sur des nuages. Il a payé au prix fort le soutien de Macron en cadeautant la France: il a arraché, avant la présidentielle controversée, à China Railway le projet d’extension de l’aéroport international d’Abidjan pour le donner à Bouygues, pourtant définitivement éliminé en avril 2019.


Et alors, marchant sur les principes et les valeurs, bafouant les textes, le président français est devenu le nouveau Young-jin Choi: il a certifié l’élection et donné un certificat de légitimité à Ouattara, entraînant dans son sillage la communauté internationale.

Mais la partie n’est pas encore pliée. Car tous savent la fracture du pays à l’issue de cette présidentielle truquée. Et recommandent, avec insistance, le dialogue inclusif pour la réconciliation nationale.

C’est l’occasion rêvée pour Bédié et l’Opposition, en posant des préalables, de sortir des sentiers battus de stériles arrangements opportunistes, pour préconiser des solutions durables aux crises politiques en Côte d’Ivoire, en s’inspirant de la pensée d’Hippocrate: « Avant de guérir quelqu’un, demande-lui s’il est prêt à abandonner les choses qui le rendent malade. »

F. M. Bally

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

3 commentaires sur “Côte-d’Ivoire: Très âgé, lent, déconnecté et dépassé par les réalités d’aujourd’hui, Bédié a perdu son dernier combat politique

  1. Je me demande bien ce qui vous prend souvent? Quelqu’un qui a 78 ans est jeune peut-être? En plus vous n’êtes même pas sûrs que votre jeune atteindra l’âge de celui que vous traitez de vieux! Vous devriez être plus modérés dans vos propos.

  2. J’étais en culottes très très courtes quand le paternel s’était écrié « ce type va tuer Ali ». On était au second round du « Rumble in the jungle » ce combat légendaire au Zaïre entre Georges Foreman et Cassius Clay alias Mohamed Ali, « payé par Houphouët-Boigny pour les Ivoiriens » selon la formule consacrée. Spectacle télé en noir & blanc dont la suite est entrée dans les anales de la boxe, avec ce fameux huitième round. Malheur à qui vend déjà la peau de l’ours…

  3. ====== L’HÉRITAGE AUX JEUNES GÉNÉRATIONS =====

    Moussa TRAORE….
    Amadou Toumani Touré…
    Mamadou TANDJA….
    Jerry John Rawlings….
    Sidi Ould Cheikh Abdallahi….

    La liste progresse. Le cercle se rétrécit…. Comme un impitoyable étau maléfique. La série noire est en marche.

    Face à ce mouvement insondable, une véritable sagesse est de se dire que TOUT A UNE FIN et que notre tour n’est pas loin ! Et de s’y préparer de la plus belle des manières à défaut d’avoir pu le faire tout au long d’un très opportuniste mandat présidentiel tombé du ciel.

    Le poète Alfred Vigny dans L’ESPRIT PUR et LA MORT DU LOUP donne une idée de ce qui peut être utile au monde après nous et une leçon de sortie du monde.

    Relisons L’esprit pur !

    À ÉVA

    I
    Si l’orgueil prend ton cœur quand le peuple me nomme,
    Que de mes livres seuls te vienne ta fierté.
    J’ai mis sur le cimier doré du gentilhomme
    Une plume de fer qui n’est pas sans beauté.
    J’ai fait illustre un nom qu’on m’a transmis sans gloire.
    Qu’il soit ancien, qu’importe ? — Il n’aura de mémoire
    Que du jour seulement où mon front l’a porté.

    II
    Dans le caveau des miens plongeant mes pas nocturnes,
    J’ai compté mes aïeux, suivant leur vieille loi.
    J’ouvris leurs parchemins, je fouillai dans leurs urnes
    Empreintes sur le flanc des sceaux de chaque roi.
    À peine une étincelle a relui dans leur cendre.
    C’est en vain que d’eux tous le sang m’a fait descendre ;
    Si j’écris leur histoire, ils descendront de moi.
    ……..
    ======

    De NZUEBA que retiendra la jeunesse ivoirienne ?

    PAS certainement le sombre ouvrage LES CHEMINS DE MA VIE…

    La paternité de l’éphémère CNT, cette tout aussi triste initiative ?

    Les exploits de la gabegie des années 70 réitérés dans les années 90 ?

    Il est temps de méditer sur demain. Au lieu de finir comme un autre HB (Habib Bourguiba) Bedié a ENCORE du temps pour éviter de sombrer dans l’oubli de la mémoire collective.

    « Il faut appeler les choses par leur nom …quand on les connaît », proclame un de nos penseurs ivoiriens.

    Si le pouvoir clément de Ouattara lui a épargné une fin en réclusion criminelle, pendant qu’étaient traqués ceux que Bedié a poussé à la faute suprême contre la Sécurité de l’Etat, ce n’est pas parce que NZUEBA est un fin stratège.

    Personne ne voudrait être coupable de conduire à sa dernière demeure un vieillard fut il animé par de noirs désirs.

    Mon cher @Coigny, les simagrées de Bedié, ce n’est pas une affaire de vendeurs de peaux de loup avant la chasse !

    Jeune élève j’ai été un lecteur assidu des aventures du Captaine SWING des trappeurs, « Les Loups de l’Ontario », qui ont fait fortune entre autres activités, dans le commerce des peaux d’Ours…

    J’ai gardé cette lecture jusqu’à nos jours. Le dernier numéro que j’ai pu me procurer l’album 87 raconte une histoire d’un CAPITAINE FELON…Entre deux aventures de cette BD, une page culture est insérée et qui traite des GRANDS FELONS….

    Faute de sortir par la bonne porte et au bon moment, la liste des Felons, du CNT entre autres, s’allongera encore.

Comments are closed.