Assassinat du commissaire Akoun en Côte-d’Ivoire: Un adjudant de police mis aux arrêts à Béoumi

Source: Policesecours

Abattu dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 octobre 2020 dans un bar à Cocody sous quartier Angré, la mort tragique du commissaire de police de 1ère classe Charles Akoun n’a pas encore fini de livrer tous ses secrets.

En cause, un nouveau rebondissement dans cette affaire qui a soulevé une vague d’indignation dans le pays. L’enquête policière en cours révèle en effet l’implication d’un adjudant de police en service à Béoumi dans le centre du pays, et répondant au nom de Blé Hippolyte Groazié.

Exploitant toutes les pistes, des échanges téléphoniques entre l’agent de police désormais au centre de tous les soupçons, et les braqueurs au soir du crime, ont été découverts par les enquêteurs.

Mieux encore, une étude balistique réalisée au cours des investigations a prouvé l’utilisation de son arme de dotation, un pistolet de marque Sig Sauer, dans le crime du commissaire qui officiait à la police criminelle.


Quant au reste de l’enquête qui place toujours l’adjudant de police Blé Hippolyte Groazié en tête des suspects: la révélation de sa présence à Abidjan et principalement dans la zone du crime la même soirée, contrairement à son poste à Béoumi qu’il soutenait plutôt, et l’implication de son frère en fuite, demeurent autant d’indices probants dans cette affaire.

Faut-il le relever par ailleurs, l’un des suspects interpellé aux premières heures de l’enquête à San Pedro dans le sud ouest du pays à 355 km d’Abidjan, a été relâché. Selon les dernières informations en notre possession, l’individu n’aurait aucun lien avec les bandits.

Pour rappel, le commissaire de police de 1ère classe Charles Akoun a été abattu dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 octobre 2020 dans un bar sis à Angré dans la commune de Cocody, au cours d’une attaque menée par trois bandits, après en avoir tué un des bandits.

Les enquêtes allant bon train, tiennent à ce jour l’adjudant de police Blé Hippolyte Groazié, comme principal suspect dans cette affaire.

A-t-il lui-même ouvert le feu sur le commissaire Akoun ? Présent par hasard sur le lieu du soit-disant « braquage » ? Ou le coup de feu est-il parti de son frère en fuite ? Groazié connaissait-il la victime ? La suite de l’enquête le dira.

Adriel

Commentaires

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire