Tramadol, la cocaïne du pauvre, fait des ravages au Liberia, en Côte-d’Ivoire…au Ghana

Le tramadol est connu pour être la cocaïne du pauvre. Reportage au Liberia et en Côte d’Ivoire pour rencontrer un dealer, un consommateur, une autorité et un médecin et tenter de comprendre pourquoi les jeunes sont attirés par cet antalgique et en deviennent dépendants.

Le tramadol est un anti-douleur dérivé de l’opium, qui fait des ravages en Afrique de l’Ouest, particulièrement chez les jeunes. Addiction, effets secondaires… tout y est!

Au Liberia, nous rencontrons un dealer de tramadol qui vend des comprimés surdosés en toute connaissance de cause, « pour gagner de quoi vivre », et une équipe de prévention qui essaie de dissuader les jeunes de consommer cette drogue.


De l’autre côté de la frontière, en Côte d’Ivoire, c’est un jeune d’Abobo qui confie à Patricia Huon les raisons pour lesquelles il a commencé à consommer du tramadol… et ne peut plus s’en passer.

En Côte d’Ivoire, beaucoup de jeunes en consomment pour ses effets euphorisants mais aussi, souvent, pour se donner de la force au travail, pour oublier la misère du quotidien. Auparavant vendus en pharmacie, les produits sont désormais vendus au marché noir: les autorités ivoiriennes ont constaté une énorme augmentation des saisies en 2018.

En 2019 elles ont commencé à prendre des mesures plus restrictives. Mais le nombre de consommateurs devenus dépendants est élevé, et les produits continuent de circuler clandestinement.

Suivez le reportage ici

DW

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction