Football : Symphonie en Côte-d’Ivoire autour de Jacques Anouma « candidat pour restaurer la CAF »

Présidence de la Caf – Symphonie ivoirienne autour de Jacques Anouma

Jacques Bernard Anouma, ancien président de la fédération ivoirienne de football (Fif), membre du comité exécutif de la Fifa est candidat à la présidence de la Confédération africaine de football (Caf). Ce lundi 21 décembre 2020, il a présenté sa candidature à la grande famille de la presse ivoirienne. C’était à la salle de conférence du ministère des affaires étrangères devant un public très sélect et qualitatif.

Des membres du gouvernement à commencer par le premier responsable du département du sport ivoirien, Paulin Claude Danho, puis le ministre le ministre des affaires étrangères Ally Coulibaly qui a transmis le soutien particulier du ‘’grand capitaine’’ Alassane Ouattara, le ministre des eaux et forêts Alain Richard Donwahi, le ministre de la ville, François Amichia. Les anciens ministres des sports, Laurent Dona Fologo, Siguidé Soumahoro, le président intérimaire de la Fif, Déoulé Omer, le président du Comité national olympique, le général Lansana Palenfo. Des diplomates et des hommes du milieu politique avec la présence remarquée de Jean Louis Billon du Pdci. Tous comme un seul homme, sont venus adouber la candidature de Jacques Anouma qui brigue le 12 mars 2021, la présidence de la Caf. Un fauteuil qu’il convoite depuis 2013 et qui ne devrait pas cette fois, lui échapper, porté qu’il est par un vent favorable. Il lui faudra passer par le crible de la sélection des candidatures bien avant (le 12 janvier). Et c’est à ce niveau qu’il a besoin de toute la Côte d’Ivoire sportive et diplomatique pour porter cette candidature.

Finies donc les intrigues avec le pouvoir quand Jacques Anouma voulait se faire réélire à la tête de la Fif entre 2011 et 2012, oubliés ces coups tordus à la Caf en 2013 , menés par un certain Raouaroua quand il défiait l’indéboulonnable Issa Hayatou, voici Jacques Anouma qui transcende tous les clivages pour être l’espoir de tout un pays.

Dans son allocution, le président de l’Unjci Jean Claude Coulibaly dont la faitière était à l’honneur a justement déclaré : « Les journalistes ont décidé d’apporter leur soutien à un homme pour ce qu’il a fait. Un président exemplaire qui a insufflé une dynamique à notre sport roi ». Pour le président de l’Unjci, les qualités de manager de Jacques Anouma plaident en sa faveur d’autant plus que, relève-t-il, la Caf traverse une zone de turbulence. Cette organisation panafricaine, insiste-t-il, a besoin d’un meneur d’hommes pour redorer son blason. « Vous n’êtes pas seul dans ce combat, vous avez toute la Côte d’Ivoire avec vous et les journalistes sont prêts à vous accompagner dans la campagne médiatique », a rassuré Jean Claude Coulibaly.
Même son de cloche chez le ministre des Sports Paulin Claude Danho. « La Côte d’Ivoire a fait du sport un pilier essentiel de sa transformation. La candidature de Jacques Anouma est donc l’affaire personnelle du gouvernement », a déclaré le ministre qui informe également l’opinion qu’il a installé un comité des sages autour de cette candidature. Ce comité, fait-il savoir, est présidé par l’ancien ministre Laurent Dona Fologo.
« Je suis candidat pour… »


Très attendu pour ses premiers mots, Jacques Anouma avec le ton et la tempérance qu’on lui connaît, ne s’est pas encombré de fioritures pour décliner les objectifs pour lesquels il veut la tête du foot africain. « Déterminés, nous le sommes. La compétition dans laquelle nous nous engageons est capitale pour l’avenir du football sur le continent. En quelque sorte une autre coupe d’Afrique se joue. Vous savez que les éléphants ont été deux fois champions d’Afrique, alors nous espérons tous faire honneur au dicton « Il n’y a jamais deux sans trois. (…) Je suis candidat pour restaurer notre maison commune, je suis candidat pour une gestion moderne, responsable et transparente de la CAF… J’ai une vision claire, j’ai un projet de développement innovant qui s’intitule sobrement ‘’Servir le football africain’’. L’ancien président de la Fif a exprimé sa volonté d’être ce président 100% disponible, 100% dédié à sa mission. Pour lui, le football africain a de l’expérience à revendre et peut servir de référence mondiale avec une gestion saine qu’il veut incarner. Dans son aventure, il mise d’abord sur le soutien de son pays qui lui est désormais acquis à 100 %, par les discours que nous avons entendus. Tous les postes sont bien occupés dans cet élan de solidarité depuis le président de la République (à l’arrière) jusqu’au candidat et aux membres de son staff à l’attaque. Toute idée qu’il caricature par un système de jeu : « Notre schéma tactique de base est un 4-4-2 évolutif ».

Pour le ministre des affaires étrangères Ally Coulibaly, la diplomatie ivoirienne ne saurait être en marge de cette candidature. Il rassure que Jacques est un connaisseur du football et qu’il fera un bon président de la Caf. Il a vanté les mérites du candidat de la Côte d’Ivoire et a déclaré : « Nous ferons tout pour que tous nos efforts aboutissent à son élection et toute l’Afrique mesurera ce qu’il représente à l’image de son pays ».

SD à Abidjan

sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire