La colonne de militaires français aperçue dimanche en Côte-d’Ivoire « se rendait au Mali »

Des hommes des forces françaises stationnées en Côte d’Ivoire, des véhicules de transport des troupes, chars et autres matériels logistiques ont été aperçus, dimanche 27 décembre, aux environs de 18h à Bouaké et se dirigeant vers le Nord ivoirien. Il n’en fallait pas plus pour que les réseaux sociaux s’emballent, s’enflent et laissent place à de nombreuses supputations et interprétations en tous genres.

Selon nos informations, cette longue colonne de l’armée française ne se rend pas au nord pour renforcer le dispositif sécuritaire ivoirien et parer à toute menace terroriste : « Ça peut être une autre mission. Mais, nous n’avons pas connaissance de cette menace et nos forces sont, d’ailleurs, à la tâche. Pour le moment, nous n’avons besoin de renfort », clarifie notre interlocuteur.

Et notre source croit savoir que « c’est simplement une relève des troupes françaises de la Minusma au Mali. Les Français le font par la voie terrestre dans les deux sens, en passant par la frontière du Nord de notre pays », renseigne-t-elle.


Même si l’attaque de la localité de Kafoloh dans le département de Kong dans la région du Tchologo (Ferkessédougou) est toujours présente dans les esprits, la franche collaboration entre les services de renseignements de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Burkina Faso a permis de juguler le fléau ; notamment aux frontières communes de ces pays reliés par la géographie et les relations multiséculaires. Lesquels services bénéficient également de l’appui de pays étrangers amis en matière de lutte contre le terrorisme.

Notre source s’empresse de rassurer les Ivoiriens : « ils peuvent dormir tranquillement et passez les fêtes de fin d’année sereinement. Nous veillons au grain pour leur sécurité », dit-t-elle, en forme de conclusion.

Il faut noter que de récentes velléités d’attaques djihadistes dans la localité de Tengrela, ville ivoirienne frontalière avec le Mali, avaient été éventées grâce au partage de renseignements entre les services de sécurité ivoirien et malien. Ainsi, un dispositif lourd de surveillance permanente des frontières a été installé par les forces de défense et de sécurité de la Côte d’Ivoire en vue de glaner des informations fiables et parer, par la même occasion, à toute éventualité.

Batchêba Ouattara
Lebanco.net

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire