Côte-d’Ivoire: Message à Guillaume Soro Kigbafori

Au leader générationnel Guillaume Soro Kigbafori…

C’est connu. En temps difficile, les rats à la conviction flottante, exclusivement guidés par des motifs carriéristes et des intérêts pécuniaires ou stomacaux, abandonnent toujours le navire. Cela est la preuve patente que dans une lutte, on a nécessairement deux catégories d’hommes : ceux dont la  »fidélité » reste inébranlable tant qu’il y a des postes à distribuer, de l’argent à partager, de l’honneur et du prestige à gagner et qui s’esbignent à la moindre difficulté ou alerte en vue de faire allégeance au nouveau Maître ou Guide qui peut leur offrir, même momentanément, ce lucre, cet ascendant et ce confort dont ils raffolent et ceux qui, aux antipodes de cette première engeance, épousent le combat par réelle conviction, parce que convaincus de l’idéal à quêter et des valeurs à promouvoir.

On les reconnait à ce qu’ils restent de marbre malgré les coups reçus, les périls cyniquement dressés et les tentatives d’intimidation qui essaiment leur parcours. Il ne faut donc pas t’offusquer ou te laisser abattre, cher leader générationnel, par les infidélités qui te sont quotidiennement faites, du manque de gratitude et des scélératesses qui te sont, avec une simplicité animale, servis par des gens qui, dans un futur très proche, ne se gêneront point, toute honte bue, de s’inviter devant toi, à plat ventre, pour te seriner, à nouveau, de leurs professions de foi teintées de papelardise et de leur bagou à deux sous, lorsque tout rentrera dans l’ordre. La nature humaine est ainsi faite. Dans le cadre de mes études, j’ai eu la chance d’étudier cette nature humaine à travers les enseignements donnés via des ouvrages par ces émérites penseurs que sont Machiavel, Hobbes, Freud, Malson … et je ne suis guère surpris de cette levée de boucliers et cette croisade iniques contre ta modeste personne malgré le combat épique et herculéen que tu as eu à mener pour la reconnaissance des droits politiques et civiques de toute une aire géographique de ce pays.


Sans toutefois posséder des dons de mage, j’en avais vaticiné de façon fort argumentée sur la base d’indices rationnels il y a plus plus de six ans aujourd’hui, jour pour jour, devant un de tes conseillers politiques qui me donnent certainement raison à présent. Mais je considère toutes ces tracasseries comme des sensations intermédiaires à vivre dans cette marche glorieuse vers le pinacle où se dresse majestueusement ce Graal qui t’ouvre les bras, t’attend assurément, cher leader générationnel. Il ne faut surtout pas démordre, car même dans l’adversité la plus intenable, l’homme sage, accompli, taillé dans du roc et présentant un profil psychologique similaire à celui du surhomme nietzschéen, reste toujours impavide, compos sui, compos mentis. La vérité étant le nom de Dieu (El Acr, disent les Arabes), il pourvoira certainement. J’ai dit. Dieu nous aide !!!

Docteur Sékou Oumar Diarra

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire