Contribution: Quel modèle économique pour la Côte d’Ivoire ?

Il m’apparaît pertinent de rappeler que dès 2011 (prise de fonction) Ouattara a choisi de conforter une politique économique libérale, favorable aux investisseurs étrangers.

Il est aussi bon de savoir que la politique économique, tout comme la politique monétaire a pour objectifs de favoriser la croissance économique, d’assurer le plein-emploi et la stabilité des prix en permettant l’équilibre de la balance commerciale.

De cette promesse de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent en 2020 et au regard du fonctionnement de notre économie, nous pouvons en déduire que celle-ci est plutôt d’inspiration libérale avec une coloration que nous qualifierons de keynésienne (le moteur de l’activité économique étant dans cette situation, la consommation des ménages et des entreprises).

Dans cette conception keynésienne, l’Etat se doit d’assurer toutes les fonctions régaliennes, les fonctions économiques (équilibre général des marchés) et des fonctions sociales (redistribution pour corriger la répartition primaire des revenus et des richesses). Sans omettre la prise en charge solidaire de certains risques individuels. C’est ce que nous désignerons comme étant l’Etat providence.

A partir de cette compréhension que nous tentons d’établir, le rôle de notre Etat s’est traduit par des choix économiques, ces dix dernières années, bien éloignés de l’inspiration keynésienne qui devrait caractériser notre économie.

La croissance ivoirienne essentiellement portée par une politique de grands travaux, d’infrastructures modernes (routes, ponts, marinas, ports, échangeurs, stades…), l’électrification du pays et surtout la transformation d’Abidjan, vitrine dont Ouattara veut être absolument fier.

Oui ! Ces efforts ont sans doute permis le doublement en dix ans du PIB (passant de 21,5 milliards d’Euros en 2010 à 49,7 milliards d’Euros en 2020), mais il est aussi de bon ton de souligner les limites de cette politique macroéconomique. Les investissements (politique des grands travaux) réalisés s’appuient très largement sur les financements extérieurs qui reposent sur les BOT (Build Operate and Transfer) méthode magique ou douteuse ?

En réalité qu’est-ce que le BOT ? « Son principe est qu’il consiste à confier à un opérateur privé la conception, le financement, la construction et l’exploitation d’une grande infrastructure, pendant une période dont la durée est fonction du temps nécessaire pour amortir le capital investi. Le BOT est généralement un modèle utilisé dans les partenariats public-privé. En raison de la nature à long terme de l’accord, les redevances sont généralement élevées pendant la période de concession permettant au promoteur d’atteindre un taux de rendement interne et satisfaisant pour son investissement ».


Examinons les infrastructures et ouvrages réalisés avant la prise de fonction de Ouattara (2010) et ceux ayant bénéficié dernièrement du modèle BOT en Côte d’ivoire :

– Pour ceux que l’on peut attribuer aux prédécesseurs de Ouattara :

· Pont de Jacqueville initié sous Laurent Gbagbo,

· Pont Félix Houphouët Boigny,

· Pont HKB réalisé selon la méthode BOT

– Pour ceux après 2010 :

· Stade olympique d’Ebimpé : don de la Chine,

· Echangeur de Bracodi : don du Japon

· Autoroute de Grand-Bassam

· Route côtière : inutilisable.

– Les projets en préparation sous la méthode BOT :

· Deuxième terminal à conteneurs de Vridi, y compris Terminal RORO

· Construction de la ligne de chemin de fer Man-San Pedro

· Remblaiement de la baie lagunaire de Vridi

· Construction d’un quai minéralier au port de San Pedro

– Les projets PPTE participent :

· Aux réalisations d’électrification,

· Aux raccordements d’eau.

Malgré tout on observe encore des grandes villes mortes, peu dynamiques. Le choix d’une économie d’endettement n’est peut-être pas la bonne stratégie ? L’économie ivoirienne devrait passer à une économie de marchés financiers (économie basée sur l’autofinancement et par le recours au marché financier qui a pour vocation de mettre directement en présence offreurs et demandeurs de capitaux). La Côte d-Ivoire se doit de privilégier le marché financier que nous qualifierons ici de « désintermédié » pour opérer en circuit court, au moyen des actions, obligations et titres divers.

Qu’en est-il des universités promises ? Dans la plupart de nos villes, les CAFOP sont devenus des universités. L’université d’Abobo était anciennement l’école d’agronomie.

Voici, résumé, l’approche de notre économie faite de « bric et de broc ».

En conclusion, le modèle ivoirien produit trop d’externalités négatives. Le développement du pays n’est pas inclusif. Derrière les grands travaux de notre « bâtisseur » se cachent les déguerpis de leur lieu de vie (1,2 millions de personnes). De nombreux bidonvilles sont sacrifiés sur l’autel de ce développement inégalitaire et très centralisé.

Lacisse Abdou, cadre Pdci, délégation Lyon-Ouest (France)

Professeur d’Economie et Gestion, Académie de Lyon (France)

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire