Côte-d’Ivoire: L’opposition fissurée entre micros partis radicaux pro-Soro et modérés autours de Bédié et Gbagbo…

Par Connectionivoirienne

Politique nationale – Quelle posture face au pouvoir Ouattara

Une aille plus radicale de l’opposition comprenant GPS de Soro et d´autres petits partis politique, se démarque de Bédié , Affi et Gbagbo et annonce ne pas cautionner le dialogue politique sans condition, et les élections législatives à venir ! Elle sera face à la presse ce lundi 11 janvier 2021 pour expliquer sa position radicale.
Selon ses détracteurs cette aile a peur d´aller aux élections, car craignant d´en sortir bredouille parce que sans le sous et avec une partie de ses responsables en prison ou en exil, ce groupuscule est incapable de mobiliser.
«C´est du chantage que Soro fait après avoir promis un coup d’état qui a donné les résultats lamentables que nous avons vus, il veut encore nous tirer vers le bas», a lâché un cadre du PDCI proche du nouveau secrétariat intérimaire de ce parti que nous pu joindre à Paris.

La Cdrp de Bédié se casse

La plateforme politique mise en place par Henri Konan Bédié pour contrer son ex-allié Alassane Ouattara a mal à sa cohésion. Après le virage manqué du CNT, les membres de la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (Cdrp) ont eu du mal à accorder leur violon quant à l’attitude à tenir face au pouvoir issu du scrutin controversé du 31 octobre 2021. Le dialogue amorcé avec le pouvoir pour sortir de l’impasse aura été la principale forme de discorde. Si pour certains membres de la Cdrp, il fallait maintenir le statu quo en boycottant l’offre de dialogue, pour les autres, ce rendez-vous se présentait comme une aubaine

pour rééquilibrer le rapport de force qui était déjà en faveur du pouvoir.

Évidemment le pouvoir a trouvé là une occasion en or pour porter l’estocade. Diviser pour régner, cette stratégie a marché jusque-là et Ouattara n’a pas hésité à en user. L’invitation au dialogue amorcé par le premier ministre Hamed Bakayoko mentionne exclusivement le Pdci, Eds, le Fpi d’Affi puis bien d’autres en faisant abstraction de la Cdrp, une coalition qui comprend plus de 22 partis et mouvements politiques affiliés. Du coup, des frustrations naissent car parmi les non-invités figurent d’importants protagonistes à la crise comme le GPS de Guillaume Soro, Lider de Mamadou Koulibaly, le Rpci de Bamba Moriferé en exil. Ils ont vite compris la manœuvre. Ils sont indésirables et ruminaient depuis lors,vengeance contre le pouvoir mais aussi vengeance contre les principaux alliés Pdci-Rda et Eds.

Nous avons rencontré le meneur de cette nouvelle fronde de l’opposition Henri Niava aux Deux Plateaux, le jour même de la conclusion du dialogue par la signature du rapport final, le 29 décembre 2020. Il n’avait pas hésité à dire qu’il n’était guère associé à ce qu’il qualifiait de « traîtrise ». Ce jour-là, il tenait dans ses mains un draft d’une déclaration et promettait d’en faire le grand déballage les jours qui suivent.


Ce jour est arrivé. Ce dimanche 10 janvier 2021, la presse a reçu une invitation à une conférence émise par des partis ou groupements de partis non contents des conclusions du dialogue. Ils accusent les participants et les signataires de l’opposition particulièrement de ne pas avoir posé de conditions. Henri Niava et ses dissidents accusent même leurs alliés de s’être laissés aller au jeu du pouvoir en laissant de côté l’essentiel des revendications, notamment la reprise de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Pourtant Eds et le Pdci avaient différé leur signature et s’en étaient expliqués avançant que des points d’ombre nécessitaient une clarification et qu’il fallait également attendre la fin du dialogue annoncé entre les principaux leaders Ouattara, Bédié et Gbagbo.

On verra bien ce lundi 11 janvier 2021, les arguments que développeront l’Usd de Henri Niava, le GPS de Guillaume Soro, le Rpci de Bamba Moriféré, la plateforme Agir de Martial Ahipeaud, le Pit de Daniel Aka Ahizi, pour ne citer que ceux-là. Des leaders qui depuis la fin du blocus chez Bédié n’ont plus mis les pieds à la maison du Pdci encore moins s’afficher publiquement avec les alliés d’hier.

SD à Abidjan avec Sylvie Kouamé

LE PIT  –  L’USD  –  LE RPCI  –  LE PCRCI  –  GPS  –  AGIR  –  LE FDC __________________________________________________________________________________

 

Abidjan, le 10 janvier 2021

 

A MONSIEUR LE REDACTEUR EN CHEF

 

Objet : Report de quelques heures

De notre conférence de presse

 

 

Monsieur le Rédacteur en Chef,

 

Hier dimanche 10 janvier  2021, je vous ai adressée, au nom de nos 7partis et organisations politiques, une demande de couverture, pour la conférence de presse initialement prévue pour ce jour, 11 janvier à 11h à l’Hôtel Belle Côte.

Par la présente, je vous informe que pour des raisons de force majeure, notre conférence de presse est reportée de quelques heures.

Conscient des dispositions que vous avez déjà prises pour nous satisfaire, nous vous prions d’accepter nos sincères excuses pour les désagréments que ce report occasionne à vous-même et à toutes les autres rédactions.

Tout en vous remerciant encore de votre permanente disponibilité et vous renouvelant notre gratitude pour de votre compréhension,

Je vous prie d’agréer nos salutations distinguées.

 

 

LE PORTE PAROLE

 

HENRI NIAVA

     Président de l’USD

Cel : 05628282

 

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire