Pilotage à vue des opposants en Côte-d’Ivoire: Le danger d’une probable bérézina* (la déroute)

PILOTAGE A VUE. A quel jeu joue l’Opposition ivoirienne dite significative et où va-t-elle !? Le 7 janvier 2021, elle a fustigé le jeu trouble du Pouvoir mais a néanmoins annoncé sa participation aux législatives du 6 mars avec l’objectif affiché de décrocher la majorité à l’Assemblée nationale. Une semaine plus tard, le 14 janvier, elle se rétracte et demande le report du scrutin.

Il faudra finir par se convaincre que notre Opposition, sans plan précis, s’est installée dans le pilotage à vue.

Dans son discours d’investiture, le 14 décembre 2020, Alassane Ouattara a pourtant déclaré que les législatives auraient lieu au premier trimestre 2021. Joignant l’acte à cet engagement, la CEI a, dans un communiqué en date du 26 décembre, donné les dates du dépôt de candidature (4 – 20 janvier) et du scrutin (6 mars).

Mieux, durant les discussions avec le Pouvoir (21-29 janvier), l’Opposition a fait l’impasse sur ce chronogramme, disant bénéficier de la majorité effective dans le pays.


Mais au pied du mur, elle réalise qu’elle pourrait mettre la charrue devant les bœufs. D’un, le choix des candidats se révèle un casse-tête avec la vieille garde qui s’oppose au changement générationnel. De deux, les listes uniques sont un parcours du combattant non seulement entre les deux tendances rivales du FPI, mais au sein de toute l’Opposition confrontée à une sourde querelle de leadership.

Face au danger d’une probable bérézina, l’Opposition engage un autre combat pour gagner du temps. Mais elle sait qu’elle prêche dans le désert. « Il n’y aura pas de prorogation », lui a répondu Coulibaly-Kuibiert, président de la CEI, pour la renvoyer à ses chères études.

F. M. Bally

*Bérézina: C’est une déroute, une mauvaise situation

L’expression fait référence à la déroute de l’armée napoléonienne en 1812. A cette date, Napoléon a mené ses troupes face aux Russes, à Moscou. Mais ceci fut une grossière erreur de la part de l’Empereur, qui se trouva bloqué devant la rivière, nommée Bérézina, qui était infranchissable. Son armée a connu de grosses pertes, à cause du froid et de la famine. Ainsi, cette situation critique a donné cette expression pour qualifier une déroute ou une situation compliquée et désagréable.

Commentaires

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire