Côte-d’Ivoire: Le garde des Sceaux interpelle les magistrats et greffiers « rarement présents à leur poste »

Jocelyne LIADE

Le ministre ivoirien de la Justice, Sansan Kambilé, a interpellé les magistrats et greffiers « rarement présents à leur poste » et « souvent sans autorisation », dans le cadre de nouvelles directives instaurées pour la gestion des juridictions, après avoir constaté une « persistance de mauvaises pratiques » dans le milieu, dans une note vendredi.

« Au niveau de l’encadrement et de la discipline des magistrats et des greffiers, les chefs de cours, de tribunaux et de sections de tribunaux doivent servir ou faire servir aux magistrats, greffiers et agents interministériels qui se rendent coupables de retards chroniques, d’absences irrégulières… », peut-on lire dans la note.

Le ministre va plus loin en demandant à leur hiérarchie de « transmettre à la Chancellerie ou l’inspection générale avec un rapport assorti de leur avis toutes les plaintes reçues contre des magistrats, greffiers et autres agents. »

Toujours au niveau de l’encadrement et de la discipline des magistrats et des greffiers, M. Kambilé, selon qui les démarcheurs sont toujours présents et actifs au sein des juridictions, a demandé à ce que toutes les dispositions soient prises « pour qu’aucun démarcheur ne soit présent dans les juridictions. »

Les nouvelles directives concernent également les commissaires de justice qui eux, en plus de s’absenter « pendant plusieurs mois sans autorisation, ne résident plus dans le ressort de la juridiction de rattachement depuis plusieurs années, laissant leurs tâches à de « simples secrétaires ou assistants. »

Pour ces derniers, le ministre de la Justice a demandé à l’inspection générale des services judiciaires de veiller à ce qu’aucun commissaire de justice « ne s’absente jusqu’à 15 jours ou pendant plus de 15 jours sans l’autorisation du procureur général ou du substitut résident compétent. »

Sansan Kambilé a par ailleurs invité à « plus de célérité dans le traitement des dossiers d’instruction et les dossiers civils communiqués afin d’éviter toute lenteur dans les procédures y afférentes. »

Pour finir, M. Kambilé a appelé l’inspection générale des services judiciaire à la « stricte » application de toutes ces directives scindées en huit points afin de « remédier aux situations évoquées. »


Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire