Covid-19: La politique prend le pas sur la vigilance en Côte-d’Ivoire, vers un couvre-feu ?

Les chiffres du covid-19 inquiètent le comité scientifique de veille. Ils sont repartis à la hausse et le gouvernement est alerté.

«Nous allons vers un couvre-feu et probablement, l’isolement d’Abidjan», me souffle une source généralement bien informée.

Les Ivoiriens l’ont noté. Le Prince de la BIA revient au devant de la scène. Il défile sur les plateaux de télévision. Deuxième vague de contamination. Plusieurs proches ont été affectés. Certains sont sortis des salles d’hospitalisation. D’autres encore en réanimation. « Mon frère sorti de réanimation le jeudi 14 janvier 2021. Trois (3) tests negatifs, malgré les symptômes. Le scanner montre les poumons touchés. Pris en charge rapidement par le Professeur Eholié. Ça va un peu. », raconte le parent d’un malade.

Ceux qui ont vu justement, le professeur Serge Eholié ces derniers jours, le trouvent très épuisé. Mais avec ses équipes, toujours à la bourre.

« C’est un ange ce Monsieur. Pendant mon internement chez lui il était dans ma chambre toutes les 2h tous les jours… », témoigne un cadre ivoirien qui a séjourné dans les Service des maladies infectieuses et tropicales pendant deux semaines, atteint de covid-19. Il y a passé les fêtes de fin d’année. « Je peux te rassurer, tout est gratuit . Prise en charge totale au SMIT. ».


Les chiffres sont partis à la hausse depuis la fin de l’année et les fêtes. Le gouvernement indexe plutôt les voyageurs et vacanciers. Ce vendredi 15 janvier 2021, le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique a révélé 278 nouveaux cas et un décès. Le 28 décembre 2020, la Côte d’Ivoire comptait seulement 24 nouveaux cas.

Les autorités ne veulent pas retourner leurs couteaux contre elles-mêmes. Mais les discours publics et la communication politique sont en déphasage avec la réalité. La politique a pris le pas sur la vigilance sanitaire. Les mêmes hommes politiques qui appelaient à la télévision et dans la presse, au respect des mesures-barrières, sont celles qui ont organisé des rassemblements de grande masse et des caravanes pour la propagande politique avant, pendant et après l’élection présidentielle.

Les mêmes hommes politiques ont actuellement, les yeux rivés sur les législatives 2021 prévues le 6 mars en Côte d’Ivoire. Ils attendent les arbitrages en cours dans leurs staffs respectifs pour envahir le terrain.

Fernand Dédeh
Lebanco.net

Commentaires

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire