Côte-d’Ivoire: « J’ai conscience d’avoir profondément heurté le Chef de l’État à qui je tiens à dire mes sincères excuses » (Marcel Amon Tanoh)

« J’ai conscience d’avoir profondément heurté le Chef de l’Etat, à qui je tiens à présenter publiquement mes sincères excuses » (Marcel Amon Tanoh)

[ Le pardon et les regrets de Amon Tanoh, relativement à ses propos tenus au stade Fhb en octobre 2020, en guise de vœux pour 2021. Humilité et mesure ! Amon Tanoh avait étonné par cette absence ce jour de modération et de mesure qui lui étaient connues et reconnue ! ]

En ce début d’année 2021, après de longs mois de joutes oratoires politiques, alors que la pandémie de la covid-19 continue de sévir et que nous devons redoubler de prudence, il est impérieux de faire le bilan de l’année écoulée.

Il est temps de mettre de côté nos querelles, nos ressentiments, nos intérêts personnels et d’apaiser le climat politique.
Seul notre devoir envers notre pays et l’avenir de nos concitoyens doit nous préoccuper.

Dans le but de promouvoir les valeurs de rassemblement et de partage autour de notre idéal commun, le développement de la Côte d’Ivoire et le bonheur de chaque ivoirien, je vous ai présenté, au cours de l’année 2020, ma vision et mon ambition pour notre pays. Je vous ai également fait part de ma volonté d’incarner le trait d’union entre tous les ivoiriens, de toutes catégories sociales, de toutes origines, de toutes opinions et de toutes religions.

Je réaffirme aujourd’hui ma détermination à persévérer dans cette voie.

De ce point de vue, je reconnais n’avoir pas été totalement fidèle à mon engagement de montrer aux ivoiriens qu’il est possible de faire de la politique différemment, en sachant, malgré nos désaccords, garder le bon ton, sans proférer d’invectives et sans porter de jugements de valeur.

Je pense notamment aux propos que j’ai tenus le 10 octobre 2020, au stade Felix Houphouët-Boigny, envers le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA.

Voter pour un Président, c’est lui confier notre pays à gérer.


Dire qu’il nous le rende, n’est qu’une manière d’exprimer une divergence sur certains aspects de la gestion des affaires publiques, mais en aucun cas de suggérer qu’il n’est pas ivoirien, comme il me revient que beaucoup de mes compatriotes l’auraient compris.
Néanmoins, le fond ne justifiait pas la forme, or la forme l’emporte sur le fond.

J’ai conscience d’avoir profondément heurté le Chef de l’Etat, à qui je tiens à présenter publiquement mes sincères excuses, et à exprimer mes regrets aux ivoiriens.

Cependant, je tiens à rappeler que dès 1993, il y a de cela 28 ans, quelques mois avant le décès du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, j’ai pris fait et cause pour Monsieur Alassane OUATTARA, alors qu’il était Premier Ministre et que beaucoup considéraient déjà qu’il n’était plus fréquentable.

En effet, mon engagement politique a toujours été motivé par la lutte contre l’injustice et les discriminations, de quelques natures quelles soient.

Ce combat, je continuerai à le mener.

C’est la raison pour laquelle je reste convaincu que sans réconciliation nationale, pour cicatriser nos blessures, nous ne pourrons pas mener sereinement ce pays vers une plus grande prospérité, et surtout un partage inclusif de ses richesses.
Je tiens à réaffirmer ma foi en une Côte d’Ivoire plurielle, composée d’hommes et de femmes du Nord, du Sud, du Centre, de l’Est et de l’Ouest, tous enfants de notre beau pays, ayant les mêmes droits, mais aussi les mêmes devoirs vis à vis de la Nation.

J’encourage à nouveau tous les acteurs politiques à s’inscrire résolument dans le processus du dialogue en cours actuellement, avec franchise et réalisme, dans un esprit constructif et apaisé, favorable à la justice, à la repentance et au pardon réciproques.

Ensemble, nous pouvons impulser ce changement tant attendu par les populations.

Pour ce faire, il est important que toutes les sensibilités soient consultées, écoutées et représentées sur l’échiquier politique pour servir le peuple, avec détermination, abnégation et humanisme.

Que DIEU bénisse la Côte d’Ivoire.

Marcel Amon Tanoh

Author: La Rédaction

3 commentaires sur “Côte-d’Ivoire: « J’ai conscience d’avoir profondément heurté le Chef de l’État à qui je tiens à dire mes sincères excuses » (Marcel Amon Tanoh)

  1. ====== TOUT ÇA, C’EST LONG ! ======

    Pour avoir occupé une station élevée dans la pyramide de l’administration étatique, par la seule volonté du Prince, des nains politiques ont tôt rêvé d’un destin national.

    Et voici venue l’occasion incontournable de MESURER SON POIDS POLITIQUE. La jauge de l’électorat dans quelque démocratie que ce soit, reste une unité de mesure difficilement contestable.

    L’instant est pathétique. Beaucoup de micro-partis dont les leaders avaient tous eu un temps de parole au Félicia pour vilipender le pouvoir, n’ont pas même été invités à la table des négociations pour le YALTA politique de Mars 2021 ! Cruelle réalité. On peut se passer à l’heure des choses sérieuses. A l’ONU il y a bien les pays à droit de Veto et les autres. Ainsi va le monde.

    Dans le lot des remplisseurs du temps de parole du mois d’octobre 2020, Tanoh fils était du nombre. L’exercice était nouveau pour lui n’ayant pas grave les échelons en apprenant les dures réalités de ce monde de coups tordus. Le néophyte est allé avec la frénésie et le zèle qui caractérisent les nouveaux convertis.

    Longtemps dans le sillage du Président Ouattara, nous étions tous portés à croire que son homme de main était tout à la fois loyal et intelligent.

    A l’heure de prendre son envol par une démonstration de force politique sur le terrain, notre amon TANOH découvre avec stupeur l’énorme écart entre le rêve et le monde réel.

    Quelle compassion peut on avoir aujourd’hui pour cet homme qui veut nous re-expliquer les propos publics, tenus dans un Félicia en plein jour, et qui lui avaient valu au demeurant d’être plébiscité à l’applaudimètre ?

    On reste tout simplement silencieux en observant que notre destinée nationale est parfois entre les mains de personnes hautement irresponsables qui par le hasard des opportunités de la vie, se trouvent assis à côté de l’oreille du Roi.

    Quel village fût il le plus reculé du pays, peut souhaiter que cet homme soit son député à une Assemblée Nationale ?

  2. Malheureusement la plupart de nos hommes politiques sont comme lui, sans dignité et sans valeurs.

  3. 30 ans de collaboration avec quelqu’un et un beau jour tu souhaites lui ravir le trône(ce qui est pourtant légitime). même pas eu l’intelligence d’y aller avec élégance!
    Monsieur Tanoh, opposant néophytes, vous avez creusé votre propre tombe politique.
    dommage!

Laisser un commentaire