Les productions de sucre et d’anacardes en hausse en Côte d’Ivoire

Anacarde: La production s’élève à 848.700 tonnes en 2020 contre 643.631 tonnes en 2019

Jocelyne LIADE

En Côte d’Ivoire, la production d’anacarde s’est élevée à 848.700 tonnes à fin novembre 2020 contre 643.631 tonnes à fin novembre 2019, soit une hausse de 205.069 tonnes équivaut à 33,7%, selon un rapport du ministère de l’Economie et des finances.

« La production d’anacarde ou noix de cajou s’est inscrite en hausse à fin novembre 2020…s’est élevée à 848.700 tonnes, en augmentation de 33,7% », mentionne le rapport économique novembre 2020 avant d’expliquer que la filière a bénéficié « des mesures prises par le gouvernement, en particulier le contrôle des fuites à travers les frontières terrestres et la subvention des plants de cajou greffés à haut rendement. »

« Ces actions ont bonifié la production », ajoute le document.

Cependant, à en croire le document, comme d’autres cultures d’exportation, la noix de cajou a également connu des difficultés de commercialisation dues à l’interruption des activités, à la baisse des prix ainsi qu’à la faible capacité de stockage.

Ainsi, la filière a bénéficié d’une aide de « 36,69 milliards » du gouvernement à travers le Programme d’urgence de soutien aux filières agricoles dénommé « PURGA-COVID-19. »


La production du sucre s’établit à 164.703 tonnes à fin novembre 2020 soit une hausse de 15.694 tonnes

Djamal AKINBOLA

La production du sucre s’établit à 164.703 tonnes à fin novembre 2020 soit une hausse de 15.694 tonnes

La production du sucre s’est hissée à 164.703 tonnes à fin novembre 2020 contre 149.009 tonnes à la même période en 2019, soit une hausse de 15.694 tonnes, selon un rapport du ministère de l’Economie et des finances de Côte d’Ivoire.

« En ce qui concerne le sucre, la production a augmenté de 10,6% pour se situer à 164.730 tonnes », peut-on lire dans le document.

Ainsi, la production sucrière ivoirienne accuse une hausse de 15.694 tonnes en un an.

« Cependant, le secteur a souffert des importations frauduleuses en raison de la baisse des prix internationaux et de l’offre importante de sucre », ajoute le rapport.

Pour pallier aux difficultés qui minent le secteur, le ministère de l’Economie et des finances indique que le gouvernement a pris la décision de maintenir « l’interdiction d’importer du sucre pendant cinq ans ».

Une décision qui devrait permettre à la filière de « connaitre un regain de compétitivité grâce aux investissements prévus pour mieux répondre aux besoins nationaux ».

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire