Appel de «Les Démocrates de Côte d’Ivoire» au vaillant peuple ivoirien

Ivoirienne, ivoirien,

De 1989 et, même des années avant, le peuple s’est battu contre les forces rétrogrades et leur a arraché en 2000, des acquis démocratiques aujourd’hui anéantis par les compromissions, l’inconstance politique, les arrangements entre copains et les quêtes personnelles au détriment des aspirations populaires. On ne devrait pas raisonnablement, en 2020 ni en 2021, parler de la nécessité d’une commission électorale non inféodée à un pouvoir, d’un conseil constitutionnel non aux ordres, de conditions d’élections transparentes, libres, crédibles, inclusives et apaisées si l’action politique nationale avait été guidée par la cohérence et le respect des principes. On ne devrait pas raisonnablement, en 2020 ni en 2021, parler de prisonniers et d’exilés politiques et militaires si les droits et libertés avaient été respectés comme cela est le cas dans toute démocratie. Malheureusement, ces sujets ont animé et empoisonné ton quotidien en fin d’année dernière.
Ivoirienne, ivoirien,

Tu as été appelé à défendre la Loi fondamentale malmenée et exiger la mise en place d’un cadre institutionnel capable de garantir des compétitions électorales loyales, crédibles, transparentes, apaisées et inclusives. Malheureusement, ce combat légitime a entraîné de nombreuses morts, parfois horribles, et des dégâts matériels importants. Sache, cependant, ivoirienne, ivoirien, que le combat pour la reconquête des acquis démocratiques anéantis ne sera pas un cours d’eau tranquille. Il faudra compter avec les réflexes anciens de l’âge d’or des régimes à parti unique de reniement, de trahison, de retournement de veste et de course vers les recasements politico-administratifs faciles. Mais l’issue de ce combat est certaine.

Ivoirienne, ivoirien,

Après avoir fait rêvé en 2000, la démocratie connaît une traversée du désert dans notre pays : la crise post-électorale et le soutien international à une partie du peuple a accouché d’un pouvoir fort qui a fait tomber en désuétude le principe démocratique sacro-saint de la séparation des pouvoirs. Depuis, les élites politiques font face à un dilemme et sont dans l’impasse : collaborer pour vivre libres ou combattre pour la démocratie et courir le risque de connaître les affres de l’exil ou de la prison d’où l’on ressort très souvent malade avec une espérance de vie encore plus réduite.

Ce doute t’habite aussi, ivoirienne, ivoirien, toi qui souffres du chômage endémique et de la cherté de la vie provoquée par un trop grand nombre de taxes et qui ne tiens plus, ne sachant plus à quel saint te vouer.

Ivoirienne, ivoirien,

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil ; dans le passé, nous trouvons les réponses aux questionnements du présent.
Ce doute a aussi animé les démocrates d’antan qui, face à l’absence d’alternative et aux différents chantages et tentations, ont su se montrer patients pour attendre des vents favorables. Tu n’as pas lutté en vain pour la démocratie, pour le respect de la Loi fondamentale et pour que le jeu démocratique repose sur des bases transparentes et crédibles.

Honneur aux héros de la démocratie tombés au front du combat pour des conditions d’élections transparentes, crédibles, inclusives et apaisées. Courage à tous ceux qui restent marqués à vie par la barbarie des forces rétrogrades répressives, celles qui utilisent les ficelles de la démocratie pour tuer la démocratie et faire ressurgir, dans le présent, les pages sombres de l’histoire africaine des régimes autoritaires avec, toujours dans l’antichambre, l’activisme de conseillers venus d’outre-mer pour la préservation d’intérêts anciens.


A tous ceux qui se sentent encore la force de lutter, sachez que l’heure n’est pas aux atermoiements ni à la résignation. Dans l’histoire des grandes nations, les forces rétrogrades n’ont jamais triomphé que pour un temps. L’histoire de notre pays n’échappe pas à cette règle générale. L’idéal républicain pour un enracinement plus fort, plus honnête et plus sûr dans la démocratie se réalise dans le temps, jamais en un temps.

Ivoirienne, ivoirien, peuple de Côte d’Ivoire,

Tu vis, aujourd’hui, des moments douloureux mais ta combativité sera récompensée demain. L’histoire se répète, certes, avec les atermoiements des périodes de 70 à 80. Mais comme tu as vaincu hier ; tu vaincras encore demain et, la démocratie triomphera.

Ivoirienne, ivoirien, peuple de Côte d’Ivoire,

Entre la Côte d’Ivoire des valeurs et la Côte d’Ivoire des compromissions, reniements et autres arrangements entre copains aux effets désastreux pour la démocratie, il te faudra faire un choix. Entre la Côte d’Ivoire des ambitions personnelles et la Côte d’Ivoire du destin collectif, il te faudra faire un choix. Entre l’esprit sectaire du repli ethno-tribal institutionnalisé et l’esprit du brassage communautaire légué par les pères fondateurs comme un bien commun et creuset de la nation, il te faudra faire un choix.

Les esprits sectaires de tous bords nourris au lait de la haine de l’autre ne le comprendront jamais. Malheureusement. L’équité, la justice sociale, la solidarité et la générosité de la nation, ils ne les comprennent qu’en faveur de leur sphère ethno-tribale. Leur combat reste de tous temps encarté par la préservation des intérêts d’une communauté, la leur qui le leur rend très bien en développant à tout moment un réflexe de tribu assiégée avec des desseins électoralistes. Le communautarisme conduit à un endoctrinement néfaste à la nation et à la cohésion sociale. Cette gangrène qui sape les bases de la nation doit être combattue vigoureusement.

Ivoirienne, ivoirien,

Construire une Côte d’Ivoire des valeurs et solidaire pour un rayonnement sous-régional et international plus grand, tel est notre rêve et notre ambition. Ce rêve, nous le réaliserons avec toi, ivoirienne, ivoirien, vaillant peuple de Côte d’Ivoire et avec tous ceux qui se sentiront la force de cette mission de salut public.

Ivoirienne, ivoirien,

C’est en nous appuyant sur un socle de valeurs fondamentales éprouvées par notre histoire collective que nous parviendrons à rendre ce pays encore plus grand et à sauver ce qui nous reste de cohésion sociale. Le respect des principes fait partie de ces valeurs fondamentales. C’est au nom de ce respect des principes et par cohérence politique que « Les Démocrates de Côte d’Ivoire » ne se sent pas concerné par les élections législatives du 6 mars 2021 tout en prenant acte de la volonté de certaines entités politiques d’y participer.

Ivoirienne, ivoirien,

La victoire et l’avenir nous appartiennent. N’en doutons pas. Ensemble, nous sauverons la démocratie en Côte d’Ivoire.

Fait à Abidjan, le 1er février 2021.

Pour « Les Démocrates de Côte d’Ivoire »
Le Président
Prof. Séraphin Prao

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “Appel de «Les Démocrates de Côte d’Ivoire» au vaillant peuple ivoirien

  1. PRECHER DANS LE DESERT !
    2011-2021, dix ans de preche!
    des milliers d’appels à la revolte,
    à l’insurection, à la sédition, à la revolte.
    jamais aucun n’a trouvé écho au près de
    qui que ce soit! meme pas dans votre propre famille ni politique ni biologique
    qui se trouve assurément en sécurité à l’etranger tout comme vous même.
    la perseverance paye toujours!
    vous avez encore 5 années de prospectus
    d’insurection à imaginer!
    courage!

Comments are closed.