Côte-d’Ivoire législatives 6 mars: Peut-on être d’accord avec les partisans du « OUI » et ceux du « NON » ?

Cette manière de faire de la politique, est une vraie astuce rhétorique pour minimiser la divergence, c’est à dire éliminer subtilement l’aspect frontal du débat et paralyser le contradicteur. C’est manquer de courage et de sincérité.

La démocratie a été inventée pour choisir entre le Non et le Oui. C’est cette liberté du choix du citoyen, qui caractérise la démocratie de la dictature.

Léon Blum disait : «L’homme libre est celui qui n’a pas peur d’aller jusqu’au bout de sa pensée »

La démocratie a besoin de clarification et d’un minimum d’honnêteté …  » On ne peut pas être d’accord avec le pouvoir et être d’accord avec l’opposition. Quand certains politiciens de l’opposition Ivoirienne disent : « je donne raison à ceux qui veulent aller aux législatives avec le pouvoir, et je suis également d’accord avec ceux qui ne veulent pas aller aux élections». Non seulement, cette manière de faire de la politique perturbe les citoyens, mais elle entretient un manque de courage et de clarté dans la liberté des choix politiques.


Par exemple, au deuxième tour de la présidentielle de 2002 en France, qui avait opposé Jacques Chirac à Marie le Pen, le premier secrétaire du PS de l’époque, monsieur Hollande, avait appelé publiquement les socialistes et la gauche, à ne pas voter pour le FN (Front National), mais de voter massivement pour la république, c’est à dire l’UMP de Chirac. À la différence de certains opposants ivoiriens, Hollande n’avait jamais utilisé une posture facultative…Il n’avait pas dit « je suis d’accord avec ceux qui ont décidé de voter pour Le Pen et je suis également d’accord avec ceux qui voudraient voter pour Chirac ».

Quand vous ne reconnaissez pas un pouvoir, et que vous le présentez comme «illégal », comment peut-on encourager certains citoyens, à participer à des élections législatives sous la même dictature ou la même gouvernance ?

Hamadou Kourouma disait: «quand on refuse on dit Non».

En conclusion, tout le monde est d’accord pour le parti unique, et arrêtons d’attribuer tous les maux à Ouattara.

Être d’accord avec le pouvoir nuitamment, et venir distraire le peuple le jour, n’a rien à voir avec la démocratie. Arrêtez de jeter les enfants des pauvres dans la rue pour rien. Ayez le courage de prendre vous- mêmes le devant de vos manifestations non structurées.

Liade G

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire