Que pèse réellement l’opposition politique en Côte-d’Ivoire ?

A plus d’une semaine du lancement de la campagne électorale pour les législatives du 6 mars, les forces politiques affûtent leurs armes.

Le PDCI qui avait choisi la voie du boycott actif lors de la présidentielle du 31 octobre 2020 est revenu à de meilleurs sentiments.

Le parti sexagénaire veut même une victoire éclatante face à la redoutable machine du RHDP.

Henri Konan Bédié désormais, chef de l’opposition a envoyé des missions à l’intérieur du pays en vue de la mobilisation des militants à choisir les candidats du PDCI et de l’opposition.

L’opposition en rang dispersé

Si le RHDP joue la carte de la solidarité et va en rang serré, ce n’est pas le cas pour l’opposition.

Au départ, l’objectif était de former une coalition contre le RHDP.

Mais après des discussions, l’on a constaté que le mur était lézardé..Cela s’est confirmé avec la publication des différentes listes par la CEI. Les partis de l’opposition ont ainsi montré leurs profondes divergences. « Le FPI a pris acte de la volonté du PDCI et de sa plateforme dénommée DRP ainsi que celle de EDS de ne pas coopérer avec l’ensemble de l’opposition » affirme Issiaka Sangaré, Secrétaire Général du FPI version Affi N’Guessan , qui n’a pas digéré le fait que le PDCI qu’il considérait jusque-là, comme un allié naturel leur tourne le dos, pour s’allier avec EDS, un mouvement très proche de l’ex Président Laurent Gbagbo.

Du coup, le FPI dirigé par Pascal Affi N’Guessan, esseulé est obligé de faire cavalier seul et de présenter une soixantaine de candidats. « Nous tirons les conséquences et décidons d’aller aux élections sans le PDCI et EDS. Aussi, nous nous insurgeons contre l’usage du logo du FPI par ce mouvement » a mis en garde le SG du FPI.

Une lutte âpre au sein de l’opposition :


À Abidjan, la plateforme pro-Gbagbo, EDS a concentré ses actions sur la commune de Yopougon où elle convoite 4 des 6 sièges. Les candidats sont entre autres le président de EDS, Georges Armand- Ouégnin et Michel Gbagbo, le fils de l’ex Président Laurent Gbagbo.

Les candidatures de Koné Katinan et Damana Pickass qui avaient été déposées à Port-Bouet et Marcory ont finalement été retirées par la CEI car étant en exil et avec des délits.

A Bongouanou, dans le Moronou, Pascal Affi N’Guessan, président du Conseil Régional affrontera Charles Koua, un autre pro-Gbagbo.

Au PDCI, la candidature de l’ex ministre de la santé, Alphonse Djédjé Mady n’ayant pas été validée par son parti, a choisi d’aller en indépendant à Nahio/Saioua.

L’on est bien en mesure de s’interroger sur les capacités de cette opposition face à ‘’l’ogre’’ RHDP qui a aligné la quasi-totalité de ses poids lourds. 
Parmi ceux-ci, figurent le Premier ministre Hamed Bakayoko et le Président de l’Assemblée Nationale, Amadou Soumahoro à Séguéla. 
Le Directeur Exécutif du RHDP, Adama Bictogo est dans son fief à Agboville quand le ministre de l’agriculture et du développement, Kobénan Kouassi Adjoumani, par ailleurs Porte-Parole du parti houphouétiste est à Tanda. Le ministre de la santé, Eugène Aka Aouélé à Aboisso, Anne Ouloto à Toulepleu, Cissé Bacongo à Koumassi, le Secrétaire Général de la Présidence, Patrick Achi à Adzopé, Kandia Camara à Abobo, Paulin Claude Danho et Laurent Tchagba à Attécoubé, le ministe-Gouverneur du District autonome d’Abidjan, Robert Beugré Mambê à Songon.

Le RHDP qui a des candidats dans toutes les 255 circonscriptions électorales de la Côte d’Ivoire jouera à coup sûr la consolidation des acquis de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.
Contrairement à l’opposition, même si elle semble divisée aura finalement compris que les élections se gagnent dans les urnes et non dans la destruction des biens publics et privés et dans les tueries de personnes innocentes.

Sékou Koné
Lebanco.net

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire