A l’endroit du Peuple de Côte d’Ivoire

Notre société doit changer. Pour avoir un peuple épanoui c’est à dire un peuple digne et un peuple responsable, les acteurs publics doivent pour cela créer les conditions au minimum nécessaires.

La morale, la solidarité, la probité, l’éducation, la santé et la sécurité sont des chantiers qu’il faut construire pour donner de bons repères aux générations futures. En fait, l’objectif ultime est d’avoir des citoyens bien formés pour que le pays tout entier en tire un développement harmonieux.

Nous savons par ailleurs que là où il n’y a pas de règles, c’est l’anarchie ou la tyrannie qui sont légions. Il y a donc à bâtir un paysage où des acteurs importants doivent être regardants de façon scrupuleuse, pour le devenir du pays. Or nous constatons que fouler les règles aux pieds est devenu monnaie courante dans notre pays. Quand ceux qui sont sensés incarner l’aspiration du peuple n’ont plus de parole ; quand ceux-là n’intègrent pas la notion de sanction au point de tout faire passer par perte et profits, c’est qu’il y a véritablement péril en la demeure.


On dit souvent que le peuple a les dirigeants qu’il mérite. C’est pourquoi le peuple doit avoir sa conscience aiguisée afin que celle-ci soit tenue en éveil. C’est ainsi aussi que nous pouvons faire disparaître le sentiment d’un éternel recommencement.

La légèreté, la négligence, la naïveté, le laxisme, le clientélisme, la coterie, l’improvisation et les approximations doivent faire place à la logique de la prévention, de la rigueur et de la responsabilité. Cela suppose que l’on évalue chaque acte posé par les différents acteurs.

Un pays doit protéger ses enfants. Nous devons donc agir dans ce sens. Car personne ne viendra le faire à notre place.

C’est dans cet esprit que nos démarches doivent s’inscrire pour le bonheur du peuple qui doit être en permanence au centre de toutes nos préoccupations.

Une contribution de Claude Koudou

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire