Pourquoi la France n’a pas encore réussi à trouver un vaccin contre le covid-19

Pfizer-BioNtech, Spoutnik V, Moderna, AstraZeneca, Sinopharm, Gamaleïa…Un à un, de nombreux laboratoires pharmaceutiques ont annoncé avoir mis au point un vaccin contre le covid-19.

Mais parmi eux… aucun Français. Ni le laboratoire Sanofi ni l’Institut Pasteur n’ont, par exemple, vu leurs recherches aboutir pour le moment.

Les raisons de cet échec sont multiples. Mais pour certains économistes, cela reflète le retard pris par la recherche médicale française depuis plus d’une décennie.

Alors que le secteur pharmaceutique a été bouleversé par l’arrivée des biotechnologies, la France n’aurait pas réussi à s’adapter et a pâti de financements en recul, contrairement à plusieurs de ses voisins européens.

L’article complet sur lemonde.fr

VIDÉO La France n’a pas encore réussi à trouver un vaccin contre le SARS-CoV-2. Pour certains analystes, cet échec est le signe du retard pris par la recherche française depuis plus d’une décennie.

Par Philippe Escande, Marc Bettinelli et Solène Bureau

Pas de vaccin Covid-19 français : pour le Medef, le « pays de Pasteur » doit se remettre en cause

Difficultés de Sanofi, échec de Pasteur… Alors que la France a jusqu’ici échoué à lancer un vaccin contre le Covid-19, « c’est le moment de se remettre en cause », pour le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux.


Alors que Sanofi et l’Institut Pasteur n’ont toujours pas réussi à lancer un vaccin contre le Covid-19, le président du Medef tire la sonnette d’alarme. Geoffroy Roux de Bézieux juge que c’est « le moment de se remettre en cause », pour le « pays de Pasteur ». Dans le cadre d’un colloque dédié au progrès, l’organisation patronale a publié un sondage réalisé avec Odoxa mettant en avant les doutes -voire la défiance- des Français concernant les nouvelles technologies, l’innovation ou encore la science, un sentiment plus élevé que dans d’autres pays européens.

« Je n’irais pas jusqu’à dire que les difficultés de Sanofi, l’échec du vaccin Pasteur sont le syndrome de ce doute, car il y a une part de malchance dans la recherche médicale. Mais quand même, le pays de Pasteur qui n’arrive pas à être dans la course aux vaccins, est-ce qu’il y a un lien avec ce qui a distillé le principe de précaution dans la société? On peut se poser la question », s’est interrogé M. de Bézieux en introduction aux débats. Citant « deux citoyens français, l’un Stéphane Bancel qui a créé Moderna, l’autre qui est le patron d’AstraZeneca » Pascal Soriot, il a estimé que « le génie français n’a pas disparu, simplement il est allé s’exprimer dans un autre contexte.

Ca peut être une bonne nouvelle, ce qui est un peu inquiétant c’est qu’il n’y ait pas les mêmes à la maison, c’est qu’on n’ait pas aussi des Français qui soient restés en France dans des grandes entreprises pharmaceutiques ou des biotechs ». « C’est quand même le moment de se remettre en cause là-dessus », a poursuivi Geoffroy Roux de Bézieux. Trois vaccins – BioNTech/Pfizer, Moderna et AstraZeneca – ont à ce jour reçu un agrément des autorités européennes.

Du côté des laboratoires français, fin janvier l’institut Pasteur avait annoncé l’abandon de son principal projet, tandis que Sanofi a indiqué que son vaccin ne serait prêt que fin 2021. Selon l’enquête réalisée par le Medef avec Odoxa, pour les Français le progrès ne permet pas l’augmentation du niveau de vie (57%) ni des libertés (56%), une opinion n’étant « en moyenne partagée que par 30% des Européens », résume l’organisation patronale. « En France, seules 3 technologies (surtout celles de la santé) sont plébiscitées par les Français sur les 10 proposées dans le sondage, contre 6 environ dans les autres pays européens », est-il précisé.

Capital.fr

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire