SAP Côte-d’Ivoire: Des licenciements abusifs et une délocalisation des activités qui font mal

Investissement privé – La société allemande Sap accusée de rouler ses employés et l’état dans la farine

La société allemande « Systems, Applications and Products for data processing » ou SAP est une entreprise internationale leader mondial dans les systèmes informatiques dénommés ERP (en francais, Progiciel de Gestion Intégré). La société réalise un chiffre d’affaires de plus de 25 milliards d’euros annuels, soit 50% du Produit Intérieur Brut Ivoirien. C’est comme si une entreprise de 100 000 personnes faisait vivre la moitié de la population ivoirienne. SAP est une entreprise allemande qui se vante chaque année d’être une des meilleurs entreprises mondiales où il fait bon vivre « the place to be »
Tout avait pourtant bien commencé

Depuis trois ans environ, SAP se repositionnait en Afrique et avait ouvert son hub pour toute l’Afrique Francophone depuis Casablanca au Maroc avec un bureau à Abidjan en Côte d’Ivoire. Elle a recruté à grands renforts de publicité des ressources locales que ce soit au Cameroun, au Sénégal ou en Côte d’Ivoire.

En début 2020, SAP North West Africa, le hub, l’entité juridique qui gère toute la zone, avait même organisé, juste avant la crise du Covid 19 une grande conférence à Abidjan avec tous ses partenaires (intégrateurs de ses solutions informatiques) d’Afrique Centrale et de l’Ouest. Le DG d’alors, le français Frédéric Alrand, rassurait alors tout ce beau monde sur les intentions de SAP sur l’Afrique de l’ouest et centrale « Qu’ils étaient là pour longtemps et qu’ils avaient même un bureau à Abidjan ».

Un marché de dupes

La où le bas blesse, dans cet environnement idyllique, c’est que pendant que Monsieur Alrand disait à ses partenaires que tout était très beau, en même temps, SAP venait de résilier sans coup férir le bail de ses bureaux d’Abidjan Plateau. Sans même prévenir ses employés. Un lundi matin , la société gestionnaire des locaux leur avait tout simplement signifié que SAP avait arrêté de payer le loyer et qu’ils ne pouvaient plus accéder aux locaux. Quel bérézina !

Alors même que quelques semaines plus tard le DG affirmait le contraire, tout sourire, devant les centaines de représentants des partenaires informatiques locaux du géant allemand.

Pourquoi ce changement stratégique ?

Pourquoi ces messes basses qui pourtant ne ressemblent pas du tout au monde des affaires en Allemagne ?

De surcroit, alors que le Géant Allemand signait contrat sur contrat avec la Banque Africaine de Développement, le Groupe ivoirien Sifca ou encore d’autres banques et acteurs industriels de la sous-région, SAP était dans une politique de licenciement en « douce » de ses mêmes ressources, en commençant par le nerf de la guerre, son équipe commerciale.

Mais tout cela ne serait rien encore, si ces employés africains n’avaient des contrats de travail à la limite de la légalité, signés en Afrique du Sud, basés en Côte d’Ivoire mais travaillant pour le Maroc. Des contrats passés complètement au nez et à la barbe des services des impôts ivoiriens.

Ce même SAP Afrique du Sud avait été condamné pour des affaires de corruption en Afrique du Sud en 2017. C’est à croire que cette société n’apprend pas de ses expériences.

Commerce triangulaire en 2021


Voici un opérateur économique qui se fait des milliards de FCFA avec nos entreprises et nos organismes en Afrique mais qui ne paie aucun impôt en local, qui ne participe même pas aux charges salariales dont la CNPS a si besoin. Il se comporte tout simplement comme un soudard pour piller notre continent. Tout prendre et ne rien laisser.

Zu guter Letzt

Et pour finir, « Last is not least », pardon en allemand, « Zu guter Letzt », le meilleur pour la fin. SAP ferme son bureau ivoirien, licencie son personnel en Afrique pour recruter des marocains qui travailleront sur cette même Afrique de l’ouest et centrale.

Tout pour eux, rien pour nous. La recolonisation est devenue économique dans ce commerce triangulaire d’un nouveau genre, ou encore une fois nos pays africains seront rémunérés par des babioles.

La question est : que fait la police ? Où sont nos autorités gouvernementales ? Jusqu’où va-t-on se dévoyer ? Comment atteindrons-nous cette émergence tant vantée si nous laissons les acteurs économiques se comporter comme des soudards au-dessus des lois ?
GVP, correspondance particulière

Encadré – Extrait de la conférence de presse de présentation le 18 avril 2013 à Abidjan

Abidjan (Côte d’Ivoire) – L’entreprise SAP AG, basée à Walldorf, en Allemagne, et avec des bureaux dans plus de 130 pays, a organisé jeudi à Abidjan un forum autour du thème : ’’l’innovation conduit le business’’, pour expliquer aux entreprises et institutions ivoiriennes ses nouvelles solutions et innovations destinées à la ‘’production améliorée’’

Ce forum a réuni dans un hôtel ‘’chic’’ du Plateau, le quartier administratif et des affaires de la capitale économique ivoirienne, les chefs des entreprises privées et publiques mais aussi des responsables des institutions nationales et internationales.

‘’Nous sommes arrivés en Côte d’Ivoire, pour retravailler sur plusieurs axes simultanées’’, a déclaré au cours d’une conférence de presse, Franck Cohen, le président de SAP Europe, Moyen Orient et Afrique.

Selon lui, SAP crée en 1972, a une riche histoire d’innovation et de croissance en tant que leader de l’industrie vrai. Elle veut, a-t-il expliqué, ‘’aider les entreprises de toutes les tailles et des industries à mieux fonctionner’’.

‘’Le projet a été présenté hier au patronat ivoirien’’, a-t-il ajouté en précisant que les négociations sont en cours avec les autorités ivoiriennes pour une éventuelle mise à disposition gratuite de ce logiciel pendant trois ans au bénéfice des petites et moyennes entreprises de la Côte d’Ivoire.

M. Cohen qui avait à ses côtés le Directeur général SAP Afrique, Pfungwa Sérima et Marius Moantsoga, Directeur régional SAP FFA, a également exprimé la volonté de son entreprise d’offrir ‘’l’accès aux meilleures pratiques de gestion en Afrique’’.

En Côte d’Ivoire, des entreprises du secteur agroalimentaire, de l’énergie et de la communication ont déjà adhéré aux produits et services de SAP qui permettent en outre de ‘’lutter efficacement’’ contre la ‘’fraude’’.

‘’Le coût du logiciel dépend de la taille de l’entreprise’’, a encore dit M. Cohen, ajoutant qu’il ‘’coûte 1500 dollars par an pour 5 utilisateurs’’.

Leader sur le marché des logiciels d’entreprise, SAP aligne de nouvelles solutions avec les innovations 4.0 afin de permettre à ses clients de mettre en place des processus pour des productions améliorées.

source : Apa News

Commentaires

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire