Tonne de cocaïne saisie en Côte-d’Ivoire: Plusieurs semaines de filature, des Ivoiriens arrêtés

Saisie de plus de 25 milliards de cocaïne en Côte d’Ivoire : voici ce que tout le monde ne sait pas.

Sur le déroulement des opérations, ce que révèlent mes investigations, le réseau de narcotrafiquants qui vient d’être démantelé était surveillé depuis plusieurs semaines et les enquêteurs ivoiriens attendaient juste que ces malfrats soient en possession de la drogue pour les prendre en flagrant délit. Ils ont effectivement reçu de la « marchandise » en début de semaine, débarquée par bateau au port d’Abidjan. Ce que les trafiquants ignoraient, c’est que les éléments du Groupe de Sécurité Portuaire ont discrètement filé leur convoi jusqu’à la villa du quartier Angré où ils ont entreposé leur poudre blanche. A partir de ce moment, les enquêteurs n’ont plus quitté la villa des yeux et ont maintenu une filature permanente autour des membres du réseau qu’ils avaient identifiés.


D’après mes informateurs, l’opération du mercredi dernier a mobilisée une trentaine d’hommes, notamment des éléments de l’Unité d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (UIGN) lourdement armés, une unité spéciale dirigée par le lieutenant-colonel Soro Toplé. La cocaïne saisie avait été embarquée d’un pays d’Amérique Latine et elle devait être acheminée, par divers moyens, en Europe après transit par Abidjan. Selon ma source proche des enquêtes, outre la cocaïne d’une valeur de 25 milliards 560 millions CFA, plusieurs arrestations ont été effectuées, dont des Ivoiriens mais également des étrangers.

Contrairement aux affirmations d’un célèbre journaliste ivoirien de caniveaux –adepte de fake news et de ragots- la drogue n’a pas « traversé tout le pays jusqu’à Angré » au nez et à la barbe des services de sécurité, puisque qu’elle a débarqué au port d’Abidjan et non dans une autre localité. On doit plutôt féliciter les forces de sécurité ivoiriennes pour leur efficacité dans la lutte contre les trafiquants de drogue, qui tentent visiblement de faire d’Abidjan une destination de transit de choix. En effet, les échanges avec la Côte d’Ivoire sont moins surveillés par les Européens, du fait de la crédibilité du système sécuritaire du pays d’Alassane Ouattara.

Ce qui est vrai, est vrai !

Saïd Penda Officiel

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire