Contribution Côte-d’Ivoire: «Adjaratou Traoré gâte son nom et celui du Rhdp sur le terrain à Koumassi»

En campagne à Koumassi pour se faire réélire député sur la liste du parti au pouvoir , Adjaratou Traoré et son staff tiennent des propos et font des promesses qui gâtent le nom du Rhdp, et mettent même à mal la victoire le 6 mars 2021, date de l’élection législative, selon une contribution d’une militante du Rhdp (Hassanatou Konaté) à lire, ci dessous.

Or donc, il existe d’autres voies que les concours ou une nomination par décret présidentiel, pour intégrer la Fonction Publique en Côte d’Ivoire ! Par exemple, quand on est l’épouse ou, prosaïquement, la femme du Ministre, on peut faire entrer à la Fonction Publique, qui on veut et comme on veut. Un point, un trait, ça ne va pas quelque part ! La très Honorable Traoré Adjaratou, l’épouse de son mari Issa Coulibaly, Général des Douanes, le démontre, de manière incontestable. De quoi gâter le nom du Rhdp , et mettre à mal le parti au pouvoir, à Koumassi.

Depuis l’arrivée de Issa Coulibaly à la tête du Ministère de la Fonction Publique, des rumeurs persistantes couraient sur le fait que c’est la Députée de Koumassi, Dame Traoré Adjaratou, qui gère désormais les concours administratifs en Côte d’Ivoire.

Pour les besoins de la cause, elle se servirait, comme d’une marionnette, du Directeur de Cabinet du Ministère, un cadre FPI de la même race que l’ex, le Gl DOGBO Blé.

Il s’agit de Monsieur Oka Séraphin, qu’elle a rencontré comme pigiste à l’Assemblée Nationale en 2012, qu’elle a imposé à son mari.

Plusieurs personnes affirmaient connaître les réseaux mis en place à travers le District d’Abidjan, en particulier à Koumassi, sa circonscription électorale. Des réseaux gérés, directement, par elle-même et OKA Séraphin. Nul ne pouvait, avec certitude, confirmer ou infirmer ces rumeurs, jusqu’à ce que, récemment, quelques faits, pour le moins curieux, attirent l’attention.

De prime abord, il ne fallait pas être devin pour comprendre comment l’entourage de Madame la Députée , se soit retrouvé presque tout entier à la Fonction Publique, un beau matin, sans tambour ni trompette.

Ainsi, quatre personnes de son entourage sont entrés par effraction à la Fonction Publique, en 2018. Il s’agit de Aboulaye N’diaye, alias Ablo canal, analphabète, et vendeur de Canal Plus «araignée», Traoré Stéphane, ex-vendeur ambulant les jours pairs et pickpocket les jours impairs à l’espace dit «Djassa» de Koumassi, Yobouet Mathurin, la cinquantaine bien sonnée, déserteur de l’EMPT de Bingerville, naufragé en perdition repêché par Feu Midiour Tionté Albert et porte-sac assumé de Madame la Député, et Gbané Seydou, 33 ans, avec le niveau terminal. Ils ont tous intégré l’emploi d’Agent de la Police de Navigation, Grade C3, sans avoir fait leur humanité correctement.

Cerise sur le gâteau, avec le cas de Koné Mohamed Sidi dit Sirima, le jour, Koné Sidi , à l’ombre la nuit , 56 ans, né, une deuxième fois, le 01 mars 1976, quelque part comme nulle part. Sans la moindre preuve d’une quelconque étude académique effectuée, à plus forte raison d’un éventuel diplôme obtenu, en Côte d’Ivoire, en dehors d’études coraniques approximatives suivies à Bobo-Dioulasso, au Burkina-Faso, probablement de 1988 à 1994, ce candidat député suppléant de Adjaratou Traoré vient d’être recruté, à titre exceptionnel, dans l’emploi d’Administrateur Civil, pour servir, un jour, comme Sous-préfet puis Préfet dans l’Administration Territoriale de Côte d’Ivoire. Et oui, comme Sous-préfet puis Préfet dans l’Administration Territoriale de Côte d’Ivoire !
Ces cas ne sont qu’un tout petit bout de la partie immergée de l’iceberg de la distribution des concours administratifs, au profit des amis, et du commerce juteux proposé au reste des candidats.


Désormais, tout est devenu clair. À plus d’une reprise, Madame la Députée a confirmé elle-même , par ses propres propos, ce qui n’était que rumeur jusque-là.

D’abord, la déclaration faite par Madame la Députée Traoré Adjaratou, épouse Coulibaly, devant ceux qu’elle se plait à appeler «mes parents de la SOGEFIHA», lors du meeting organisé par le corvéable et intrépide BABA Mohamed, dans le cadre de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Écoutons plutôt : «Gbè (vérité) est mieux que drap (honte) ! Aujourd’hui, on va se dire les gbès ! On a écouté tout à l’heure les derniers mots de l’hymne national qui parlent de pays (entendre Patrie) de la vraie fraternité. À la SOGEFIHA, il n’y a pas de vraie fraternité. Je mets quiconque au défi de me donner le nom d’un seul cadre ou homme politique, qui a fait comme moi, avant ou depuis mon engagement en politique, ici à la SOGEFIHA. J’ai permis à plus de 200 jeunes, mes frères et sœurs, de la SOGEFIHA, d’entrer à la Fonction Publique. Qui dit mieux ! En retour, je n’ai pas eu, jusqu’à présent, la moindre reconnaissance…».

Ensuite, les propos tenus, lors de la rencontre qu’elle a eue avec des jeunes Guérés du quartier 32, le samedi 27 février 2021. En effet, elle a promis, publiquement au micro, à son auditoire toute ouïe, sous les vivats et les hourras, de recruter à la Fonction Publique, dans le cadre de la prochaine session des concours administratifs, toutes celles et tous ceux, qui sont actuellement à la recherche d’emplois. Comme pour convaincre de respecter toujours ses engagements ou ses promesses, elle a répété, en martelant chacun des mots utilisés dans sa déclaration.

Ainsi, le recrutement à la Fonction Publique, sans concours, ni par nomination sur décret présidentiel est le seul argument de campagne, par excellence, utilisé par ADJA, l’épouse de son mari Issa Coulibaly ci-devant Ministre de la Fonction Publique. Alors, on brûle d’envie de demander à la très Honorable ADJA, que promettrait-elle ou vendrait-elle aux jeunes Ivoiriens, en particulier ceux de la commune de Koumassi, dont elle sollicite le suffrage, au cas où son époux de Ministre n’était même plus ministre, à plus forte raison Ministre de la Fonction publique. ADJA, que ferais-tu dans ce cas ? Te remarier au nouveau locataire de ce Ministère !?! Trêve de plaisanterie !

À l’évidence, ADJA n’a rien en partage, ni avec le RHDP, encore moins avec son Président, Alassane Ouattara, dont elle est le parfait contraire. La fraude sur les concours administratifs ne s’inscrit pas dans la mise en œuvre, même sous l’effet de quelque substance hallucinogène ou enivrante, de la vision d’une Côte d’Ivoire unie, disciplinée et travailleuse, donc vertueuse, prônée par le RHDP et son Président, SEM Alassane Ouattara, Président de la République. Il s’agit plutôt du comportement d’aventurier, qui n’a qu’une conscience trop aigüe de son appartenance héritée..Adja gâte le nom du Président Alassane Ouattara et du Rhdp.

ST

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire