Obsèques Côte-d’Ivoire: Hamed Bakayoko inhumé à Séguéla

Cote-d’Ivoire 19 mars 2021:

Prière suivie de la levée du corps de feu le Premier Ministre Hamed BAKAYOKO, ce vendredi 19 mars 2021, à la Grande Mosquée de Séguéla, en présence du Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA.

blank

blank

blank


blank

blank

blank

blank

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “Obsèques Côte-d’Ivoire: Hamed Bakayoko inhumé à Séguéla

  1. ====== LE CHEMIN DE L’ÉTERNITÉ DE HAMBAK ========

    Non, je ne crois pas que nous ayons vécu les derniers instants de HAMBAK aujourd’hui.

    Non je ne vais pas porter de contradiction au titre de l’article. Comme feu Le Président Mariam NGOUABI, en visite en Côte d’Ivoire, rectifiant une question d’un journaliste à Abidjan. Ce dernier lui disait que « La CI et le Congo viennent de tourner une nouvelle page de leurs relations… » Le Commandant parachutiste préféra qu’on parle de « vieille page qui était tournée »…

    HAMBAK entre pour longtemps dans la mémoire collective du Worodougou. Plus que Losseni Soumahoro. Et certainement encore qu’un Sékou SANOGO, qui ne vécut que 41 petites années mais qui reste une figure tutélaire dans l’histoire politique de la Côte d’Ivoire d’avant les indépendances.

    Ce que l’histoire et la conscience des hommes retiennent d’un homme, dépassent de très loin la portée immédiate des faits eux mêmes.

    Pour l’unité du Grand Woroba, HAMBAK à convoqué dans la mémoire très ancienne des hommes, un concept et une voix qui a parlé au cœur des fils et filles du pays : LE GBAKROU SAWA. Et prétexte tout trouvé fut l’organisation de manière tournante de la Nuit du Destin dans le District du Woroba. Relisons un des compte-rendus de cette cérémonie religieuse de Juin 2016 :

    ======= 300 IMANS POUR LA NUIT DU DESTIN ======

    == Les imams prônent l’union des cadres==

    « …Sceller l’union, renforcer la solidarité, consolider la fraternité entre les peuples des régions du Bafing, du worodougou et du Béré, dont les liens historico-sociologiques ont été rompus par le tracé de limites artificielles liés à l’administration du territoire. Tels sont les objectifs de la célébration tournante de la nuit du destin dans les différents chefs-lieux de régions susmentionnées.

    En clair, il s’agit de rassembler les ressortissants du « Gbakrou-sawa » (appellation originelle du Woroba) autour des idéaux d’unité et de développement du district du Woroba.
    Après Séguéla en 2014, c’est Touba, qui a abrité cette année, la deuxième édition de ces retrouvailles fraternelles et religieuses autour du thème: « le modèle du prophète dans la fraternisation de la communauté ».

    Ce sont au total, 300 imams, chefs de cantons, de terre et de villages, originaires du Woroba, réunis autour de l’ensemble des cadres, qui ont pris part, à la célébration du 25 juin 2016.
    ===

    HAMBAK n’y a pas développé le thème: « le modèle du prophète dans la fraternisation de la communauté ». Les grands Imams du Woroba, terre incontestée (Ganhoué, Mankono et j’en passe sont des vestiges incontestés d’une présence multicentenaire du savoir du livre Saint sur ces terres) étaient là pour en parler !

    Par contre la question de l’union des cadres il en a disserté. L’union qui fait la force. Cette force qui apporte le développement.

    Si Séguéla n’est pas encore New-York un début de commencement y est perceptible. Il faut donner du temps au temps pour la transformation du monde.

    Il faut se souvenir du Séguéla de 2010 pour lire les pistes de progrès visibles.

    Les 300 Imans qui ont prié depuis la nuit du décès d’HAMBAK, ne font que preuve de gratitude ! C’est un devoir du Musulman. Envers un fils généreux pour les plus démunis. Et pour soutenir celui qui a été la main invisible par laquelle HAMBAK a élevé son niveau de générosité pour ses proches et ceux qui le sollicitaient : son mentor ADO !

    ===== PAS DE TRANSFORMATION SOCIALE SANS FORMATION DES HOMMES =====

    C’est une évidence de dire que l’internet a bien pénétré le territoire ivoirien. Les différents Rapports sur le Digital (We Are Social et  Hootsuite, etc) par leurs chiffres attestent du boom du numérique dans notre pays !

    Cette connectivité est essentiellement orientée vers les réseaux sociaux. Faut il s’en féliciter ou déplorer cette forte orientation ?

    Pour y répondre il faut interroger l’usage que nous faisons desdits réseaux en Côte d’Ivoire et donc les contenus véhiculés…

    Des études plus fines restent à faire. Mais on sait aujourd’hui que de Facebook à YouTube en passant par les autres messageries, place prépondérante est donnée à des platitudes portées par des soit disant Influenceurs Sociaux, en général des cyberactivistes qui font la plus et le beau temps de la communication adressée aux jeunes ! Et ces jeunes forment plus de 60% de nos populations en Afrique.

    En Afrique où le chômage est grand !

    En Afrique où un jeune peut faire 3 à 5 heures sur les smartphones par jour, faute d’être occupé UTILEMENT.

    Ainsi absorbé il est aussi la proie de tout Évangélistes à la formation approximative, coaches sortis de nulle part, fabricants de richesses qui tirent eux mêmes le diable par la queue, réparateurs de cœurs meurtris dont on ignore le statut matrimonial etc.

    GEDEON fait sensation. Ses « vérités » très simplistes amusent. Répétées d’imitation en imitation, elles entrent dans les crânes comme des vérités. Il n’est pas le seul dans le registre religieux !

    Les cyberactivistes ivoiriens sont devenus des interlocuteurs privilégiés de certains hommes politiques, obligés de négocier une PAX ROMANA, avec des influenceurs dont la morale et l’éthique sociale restent un grand mystère ! Faute certainement de réussir à trouver du travail au plus grand nombre, cible consentante ou victime de ces nouveaux maîtres autoproclamés du Net dont le nombre de vues par session est le seul baromètre !

    Certains de ces hommes politiques vous répondront « Houphouët-Boigny lui même, a ouvert les portes de la Présidence à tout ce que le grand Abidjan comptait de loubards…faute de parvenir à régler la question sécuritaire urbaine ! »

    Alors activer des activistes, quel risque après le précèdent créé par le père de la Nation ?

    On finit par se demander QUI NOUS GOUVERNE ?

    La Gouvernance de l’internet au plan des contenus véhiculés est une préoccupation mondiale. Elle n’est hélas pas UNE PRIORITÉ des propriétaires des satellites et des géants du Web les fameux GAFA. Et pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que d’une part ils ont d’autres priorités plus sérieuses et d’autres part ils se sont donnés les moyens de former leur jeunesse. FORMER pour pouvoir les TRANS-FORMER.

    Transformé dans le bon sens, un jeune saura ne pas se laisser distraire par n’importe quelle communication !

    Transformé positionnement un jeune n’abandonnera ses cours pour aller faire des funérailles d’un homme politique !

    Transformé par un maître mûr, un jeune ne décrétera jamais la date de ses congés nonobstant le calendrier officiel !

    Transformé un jeune c’est lui donner les moyens de saisir cette opportunité UNIQUE qu’est l’internet pour accéder à toutes les bibliothèques numériques pour faire sa propre émergence.

    Premier mandat de la Troisième République ou troisième mandat de la deuxième, peu importe l’enveloppe au point où nous sommes !

    C’est collectivement que ce défi nous interpelle. Car le monde nous regarde sur le Net ! C’est le tribut d’une nation africaine émergente et qui ne parle pas sur Internet une langue nationale comme le Ghana, le Nigeria, le Sénégal, les deux Congo ou Madagascar.

    Et tout ce que Makosso, Souley, Ladji, Jhonny , la Guêpe, Zasso, Dessin Animé ou la star montante APOUTOU Nationale et j’en passe, à des degrés divers, vendent comme « informations » sur la toile est achetable partout dans la monde. Or « le cassement de papos » qui constitue 90% des contenus de leurs interventions, vise à dénigrer. Simone Gbagbo n’y a pas échappé ! On peut ne pas partager ses convictions politiques ni admirer son parcours, mais un Gneba Isaac se diffrencie du gros lot des cyber communicateurs. L’explication est tout simple : il est allé à l’école. A l’école de la vie avec des acquis certains. Les autres viennent sur la toile avec des préoccupations bassement mercantiles.

    Il est temps de nous proposer au sommet de l’Etat, UN AUTRE MODELE SOCIAL qui inspire et TRANS-FORME notre jeunesse !

Comments are closed.