Congo-Brazza: Kolélas emporté par le covid-19, ses proches contestent la rumeur « d’empoisonnement »

Le principal opposant à Denis Sassou N’guesso, Guy-Brice Parfait Kolélas (60 ans), a trouvé la mort cette nuit, au cours de son évacuation par avion de Brazzaville vers Paris. Selon plusieurs sources Kolélas a été emporté par le covid-19. Des membres de la famille et des camarades de parti que nous avons pu joindre confirment la mort par covid-19. Ces derniers contestent la thèse de l’empoisonnement. «Donc tu peux annoncer sa mort est confirmée, mais il est mort vraiment du covid et non de l’empoisonnement », nous a indiqué une de nos sources depuis Bruxelles en Belgique.

(Sylvie Kouamé)

Le principal opposant, positif au Covid-19, est décédé

ÉVÉNEMENT. Évacué d’urgence de Brazzaville dimanche, Guy-Brice Parfait Kolélas était apparu malade, mais motivé dans une vidéo où il appelait ses partisans à voter.

Par Le Point Afrique

L’opposant Guy-Brice Parfait Kolélas, principal rival du président sortant Denis Sassou Nguesso à l’élection au Congo-Brazzaville, est décédé à son arrivée à Paris où il avait été évacué ce dimanche. L’information a été transmise en pleine nuit au Point Afrique par Jean-Jacques Serge Yombi, vice-président du Rassemblement pour la démocratie et le développement (RDD), qui a signé le 27 février un accord d’alliance avec l’Union des démocrates humanistes (UDH-Yuki). Testé positif au Covid-19, Guy-Brice Parfait Kolélas avait affirmé dans un émouvant message vidéo diffusé samedi, la veille du scrutin, « se battre contre la mort ». Guy-Brice Parfait Kolélas, 60 ans, « a été testé positif au Covid-19 hier [vendredi] après-midi », avait indiqué son directeur de campagne Cyr Mayanda ce samedi. Un avion a décollé de France pour son évacuation vers Paris qui devrait avoir lieu « dimanche matin », avait-il ajouté. Vendredi, le candidat n’avait pas pu animer son dernier meeting de campagne à Brazzaville, avaient constaté des journalistes sur place, dont l’AFP.


« Battez-vous, pour votre changement »

« Mes chers compatriotes, je me bats contre la mort, cependant, je vous demande de vous lever. Allez voter pour le changement. Je ne me serais pas battu pour rien », avait indiqué dans cette vidéo Guy-Brice Parfait Kolélas, « Pako », pour les intimes. Alité, affaibli, il s’était exprimé en retirant, pour les besoins de son message, son masque d’assistance respiratoire. « Levez-vous comme un seul homme. Faites-moi plaisir. Je me bats sur mon lit de mort. Vous aussi, battez-vous, pour votre changement. Il y va de l’avenir de vos enfants », avait-il ajouté, avant de remettre son masque, à la fin de cette vidéo datée de vendredi.

Parfait Kolélas, seul vrai rival de Sassou Nguesso dans cette présidentielle

Opposant historique, Guy-Brice Parfait Kolélas, 60 ans, économiste entré en politique sur les conseils de son père, Bernard Kolélas, disparu en 2009 après avoir lutté contre le colonialisme et tous les régimes qui ont dirigé le Congo après son indépendance en 1960, est arrivé deuxième du scrutin de 2016 derrière le président Sassou Nguesso, selon des résultats contestés par une violente rébellion dans son fief du Pool (sud de Brazzaville) à l’époque.

Il est apparu cette année comme le seul vrai rival du président sortant, 77 ans, dont 36 au pouvoir, qui ne cache pas sa volonté de se faire réélire dès le premier tour dimanche. Ses adversaires et la société civile ont déjà mis en cause la transparence du scrutin, même si la campagne s’est déroulée dans le calme. Kolélas s’est largement appuyé sur sa « base électorale » constituée des membres de la communauté lari habitant la région du Pool (Sud) et les quartiers sud de Brazzaville.

(…)

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire