Irié Lou Colette: Un modèle de réussite en Côte-d’Ivoire

Qui était Irié Lou Colette qui nous a quittés le 5 mars 2021 ? Que fit-elle pour les femmes ?

Qu’apporta-t-elle à la Côte d’Ivoire ?

Avant de rendre l’âme, cette dame avait créé un marché de fruits et légumes, une coopérative
vivrière, puis la fédération nationale des coopératives du vivrier de Côte d’Ivoire, laquelle
fédération compterait aujourd’hui plus de 1800 coopératives. Mme Irié Lou était aussi à la tête
de plusieurs ONG spécialisées. On lui doit, en outre, la création d’un vaste programme de lutte
contre la pauvreté dénommé Programme d’Appui à la Production du Vivrier et à la Sécurité
Alimentaire (PAPV-SA). Le but de ce programme était de contribuer à la lutte contre la cherté de
la vie en Côte d’Ivoire par la mise sur le marché de produits vivriers de bonne qualité. Enfin, Irié
Lou Colette avait pour ambition majeure de nourrir tout le continent. Une ambition qu’elle n’a
pas eu le temps de réaliser.

En ce qui concerne les décorations et distinctions, elle fut élevée au rang de chevalier de l’Ordre
National de Côte d’Ivoire, puis d’officier de l’Ordre du mérite national, reçut le diplôme du
bâtisseur de l’économie ivoirienne et le prix de la meilleure entreprise du commerce intérieur. La
FAO lui décerna la Médaille de meilleure artisane de la sécurité alimentaire du pays et
l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le prix du meilleur ambassadeur du libre
échange.

Dame Irié Lou Colette est ainsi la preuve que ce n’est pas uniquement en fréquentant l’école
occidentale ou en étant un salarié de la Fonction publique que l’on peut donner un sens à sa vie
et améliorer celle des autres. Elle a surtout démontré que, sans être bardé de diplômes, il est
possible d’atteindre le succès et que ce qui compte le plus, c’est d’être déterminé, discipliné et
organisé dans le métier qu’on a choisi ou que la vie a choisi pour nous.

Que l’on ne croie cependant pas que la vie fut toujours rose pour cette battante. Par exemple,
quelquefois, après la récolte des produits, il n'y avait pas de camions pour le ramassage et elle
devait attendre en vain. Elle confia également avoir “perdu à ses débuts près de deux millions
cinq cent mille francs CFA en cinq jours et en cinq voyages”. En d’autres termes, son riche
parcours ne fut pas sans embûches. Colette connut des difficultés, des moments de doute et de
découragement mais jamais elle ne jeta l’éponge. Car, pour elle, il ne s’agissait ni de reculer ni
de s’arrêter mais d’avancer et de faire avancer le pays.


Ceux et celles qui étaient à Abidjan en mars et avril 2011 pourraient témoigner aisément qu’elle brava le soleil et la pluie pour se rendre à l’intérieur du pays et y acheter de quoi approvisionner la capitale économique. Qu’adviendrait-
il si, en plus de la fermeture des banques et de l’embargo sur les médicaments, le circuit des
vivriers était contrôlé par les partisans de Ouattara ? C’est dire combien Mme Irié Lou
joua un rôle capital dans la survie du pays dans une période où, pour Ouattara et ses parrains
français, tout moyen était bon pour arracher le fauteuil présidentiel à Laurent Gbagbo.

Quoiqu’elle ait contribué à l’autonomisation financière d’un bon nombre de femmes, cette figure
emblématique du monde agricole ne bénéficiera pas des mêmes honneurs qu’Hamed Bakayoko.
Les drapeaux ne seront pas mis en berne pour elle. Elle n’aura pas droit à un deuil de 8 jours de
la part du gouvernement. Ni le stade olympique d’Ebimpé, ni le Palais des Sports de Treichville
ne sera réquisitionné pour que ses bonnes œuvres soient magnifiées. Un avion ne sera pas affrété
pour transporter sa dépouille mortelle dans le village qui la vit naître il y a 65 ans. Elle ne sera
pas non plus élevée, à titre posthume, à la dignité de Grand-Croix de l’Ordre national. Les

journalistes affamés et indignes ne la mettront pas à la “une” de leur feuille de chou, ni ne
l’appelleront grande dame. En un mot, elle recevra le même traitement que le grand Bernard B.
Dadié, c’est-à-dire que l’État ivoirien fera le minimum pour elle, parce qu’elle ne fait pas partie
de la bonne ethnie, parce qu’elle n’a pas pris les armes pour Ouattara, parce que le régime
installé par Sarkozy méprise les vrais modèles de réussite, parce que, depuis avril 2011, notre
pays, où l’inversion des valeurs est devenue une habitude, a choisi de célébrer et de promouvoir
les cancres et truands présentés à tort comme de grands hommes.

Jean-Claude DJEREKE

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction